Gironde : feu vert pour le budget des pompiers

 |   |  625  mots
Depuis plusieurs mois, un mouvement national de grève est en cours chez les pompiers qui protestent contre leurs conditions de travail et leurs moyens. Ici la caserne de Bruges.
Depuis plusieurs mois, un mouvement national de grève est en cours chez les pompiers qui protestent contre leurs conditions de travail et leurs moyens. Ici la caserne de Bruges. (Crédits : PC / La Tribune)
Les différentes agglomérations de Gironde se sont enfin accordées sur le financement supplémentaire de 8,5 M€ du Service départemental d'incendie et de secours (Sdis 33) en 2019 et 2020. De quoi déployer sur le terrain 17 hommes supplémentaires et du nouveau matériel pour accompagner la forte progression de l'activité des pompiers girondins qui effectuent désormais plus de 130.000 sorties par an.

Les négociations duraient depuis 18 mois entre le Département, Bordeaux Métropole, les intercommunalités de Gironde et la préfecture. Les collectivités territoriales viennent finalement de s'accorder sur un budget supplémentaire de 8,5 M€ pour les pompiers girondins en 2019 et également en 2020. Après l'engagement de toutes les communautés de communes et d'agglomération, seule Bordeaux Métropole manquait encore à l'appel, soucieuse de respecter son engagement de plafonnement de ses dépenses de fonctionnement contracté avec l'Etat l'an dernier.

Lire aussi : Nouvelle-Aquitaine : 21 collectivités s'engagent à maîtriser leurs dépenses, 8 refusent de signer

Faut d'accord de l'Etat, Patrick Bobet le président de Bordeaux Métropole, s'est finalement résolu à verser une contribution complémentaire de 3,5 M€ en investissement et de 600.000 € en fonctionnement. Cette dernière somme correspondant à l'entretien des bouches à incendie situées à Bordeaux Métropole qui était auparavant effectué gratuitement par le Sdis. Il a confirmé cette décision par courrier au Département jeudi 26 septembre.

Venant abonder un budget de fonctionnement de 162 M€ (178 M€ en intégrant l'investissement) financé à 54 % par le Département, cette contribution supplémentaire de 8,5 M€ se compose de 5,5 M€ d'investissement et de 3 M€ de fonctionnement selon la répartition suivante :

  • Bordeaux Métropole : 3,5 M€ d'investissement et 600.000 € de fonctionnement;
  • Le Département : 2 M€ d'investissement et 900.000 € de fonctionnement ;
  • Les autres intercommunalités et communes de Gironde : 1,5 M€ de fonctionnement.

17 pompiers en plus sur le terrain

Le Conseil départemental se félicite de cet accord politique et financier. "L'aboutissement de cette négociation exemplaire est une étape très importante pour l'avenir du Sdis et pour la sécurité de tous les habitants de Gironde", salue ainsi Jean-Marie Darmian, le vice-président du Département en charge des finances. Ce montant permettra de recruter 120 pompiers professionnels, permettant de déployer en permanence 17 personnes supplémentaires sur le terrain dont environ les deux-tiers à Bordeaux Métropole. Le Sdis prévoit également d'acquérir du matériel plus adapté aux nouvelles formes urbaines des Bassins à flot, d'Euratlantique et de Ginko, dont une plateforme de 60 mètres de haut et de nouvelles échelles. "Les immeubles plus hauts, les terrasses et façades décalées et l'essor des ossatures bois nécessite des investissements importants", précise Jean-Marie Darmian.

Sans compter la forte hausse de l'activité du Sdis, corrélée en partie à la croissance démographique du plus vaste département de France métropolitaine : alors qu'il effectuait 83.000 interventions en 2003, les pompiers girondins en ont mené plus de 130.000 en 2018 et devraient atteindre environ 138.000 sorties en 2019. Selon Jean-Marie Darmian, les sinistres incendies majeurs survenus à Bordeaux en 2018 et 2019 (incendies du Central garage place Charles Gruet, du parking des Salinières et d'un immeuble rue Ferrer et l'accident du Burdigala II) représentent à eux seuls un surcoût de fonctionnement de 250.000 €.

Mouvement de grève national

"Cette rallonge budgétaire est une bonne nouvelle, elle était nécessaire et surtout indispensable pour nos collègues sur le terrain mais elle ne suffira pas pour autant et il faudra reposer la question du financement pour l'après 2020", réagit de son côté le syndicat Unsa au sein du Sdis 33. Car en effet, tout n'est pas réglé pour autant pour les sapeurs-pompiers de Gironde et d'ailleurs qui sont en grève depuis plusieurs mois dans tout le pays. "Cela ne résout pas toutes les difficultés auxquelles les sapeurs-pompiers sont confrontés au quotidien : sorties ne relevant pas de leurs compétences, temps d'attente aux urgences, agressions, manque de reconnaissance de la profession. Autant de raisons qui justifient le mouvement de grève national des sapeurs-pompiers", regrette le Département qui appelle à une "réorganisation globale de la sécurité civile par l'État, en lien avec les services hospitaliers".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :