Europlasma, la BEI signe un contrat de financement de 30 M€

 |   |  500  mots
En plus de la production d'électricité par gazéification de déchets, Europlasma est le seul groupe à neutraliser définitivement les déchets d'amiante.
En plus de la production d'électricité par gazéification de déchets, Europlasma est le seul groupe à neutraliser définitivement les déchets d'amiante. (Crédits : Agence Appa)
La Banque européenne d’investissement (BEI) avait déjà évoqué sa volonté de participer au financement de la centrale de production d’électricité par gazéification de déchets et biomasse Cho Tiper. Elle vient de signer son engagement.

L'annonce le 23 mars de la réorganisation réussie de la branche énergie renouvelable du groupe Europlasma, puis le 28 mars de la signature par la Banque européenne d'investissement (BEI) d'un premier contrat de financement de 30 M€ pour le projet de centrale électrique alternative Cho Tiper (groupe Europlasma), à Thouars (Deux-Sèvres), ont provoqué deux gigantesques flambées de fièvre spéculative sur le titre en bourse. C'est ainsi que 58,3 millions de titres ont été échangés le 23 mars et plus de 70 millions le 28 mars ! Après être remontée jusqu'à plus de 29 centimes par titre, la valeur unitaire de l'action s'est légèrement érodée depuis le 3 avril pour clôturer à 24,4 centimes le 6 avril dernier.

Si elle ne règle pas tout à elle seule, l'intervention de la BEI - attendue depuis des mois - n'en reste pas moins un puissant signal favorable au projet.

"Le soutien à l'innovation et à la lutte contre les effets climatiques est une priorité d'action pour la Banque de l'Union européenne. C'est pourquoi je suis heureux que la BEI finance ce projet innovant, pionnier et à fort impact économique, écologique et social. Avec ce nouveau financement, la BEI soutient la construction d'une filière prometteuse. Le gaz renouvelable est une ressource énergétique d'avenir pour l'Europe" a ainsi commenté Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI.

Encore 18 M€ pour boucler le projet

Cho Tiper doit, selon le modèle développé par Cho Power, produire de l'électricité à partir de la gazéification de déchets et de biomasse grâce à la technologie de la torche à plasma. Cette centrale électrique de proximité doit approvisionner 45.000 habitants en électricité renouvelable et éviter l'enfouissement de 50.000 tonnes de déchets par an dans la zone d'activité de Thouars. Cho Tiper, c'est aussi un projet à 60 M€. La BEI à elle seule amène la moitié de l'enveloppe, tandis que l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) s'est engagée à injecter 12 M€ dans le projet. Il reste encore 18 M€ à trouver pour financer la construction hors des Landes de cette centrale électrique à énergie renouvelable, dont la mise au point initiale a coûté si cher au groupe Europlasma. Il n'en reste pas moins que ces 18 M€ devraient pouvoir être levés sans trop de difficulté.

Parce qu'il y aura un avant et un après BEI. Carlos Moedas, commissaire européen à la recherche, à l'innovation et à la science s'est exprimé sans ambiguïtés sur cet investissement de la banque européenne.

"Je suis heureux qu'un pionnier des énergies renouvelables comme Europlasma puisse obtenir le soutien de l'Union européenne et j'espère que la liste des bénéficiaires continuera à s'allonger afin de favoriser la transition énergétique. Des technologies innovantes favorisant l'énergie propre sont essentielles et ont besoin de notre soutien pour se développer" a argumenté le commissaire européen.

Une fois en service Cho Tiper devrait générer près de 300 M€ de revenus sur 20 ans et permettre la création de 65 emplois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :