Nouvelle-Aquitaine, le mécano de l'atome

 |   |  845  mots
EDF, qui gère la centrale nucléaire du Blayais, joue un rôle pivot dans le cluster E-Clide
EDF, qui gère la centrale nucléaire du Blayais, joue un rôle pivot dans le cluster E-Clide (Crédits : EDF)
La Nouvelle-Aquitaine (Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes) vient de se doter d’un cluster, E-Clide, ciblé sur la maintenance dans les centrales nucléaires : une première qui va servir au "grand carénage" lancé par EDF.

Le cluster E-Clide, dédié à l'innovation numérique au service de la maintenance dans l'industrie nucléaire, a officiellement été lancé le 7 juillet à la pépinière d'entreprises de la Haute Gironde, à Saint-Aubin-de-Blaye, non loin de la centrale nucléaire du Blayais.

"Un cluster national à Saint-Aubin, vous vous rendez-compte ? Personne ne savait où était Saint-Aubin et aujourd'hui les plus grandes entreprises s'y retrouvent !" se réjouit Philippe Plisson, président (PS) de la communauté de communes de l'Estuaire et député de la Gironde.

L'implantation à Saint-Aubin-de-Blaye d'entreprises comme Areva NP, Clemessy, Ponticelli ou Spie suffit à démontrer l'importance du projet. Une trajectoire sur laquelle est revenu Thierry Gres, président de ce nouveau cluster, mais aussi délégué régional Areva NP.

Développer des innovations

"Nous travaillons depuis 2013 sur ce projet et je me demandais si nous irions au bout, avec l'engagement des grandes entreprises et en particulier d'EDF, sans qui rien n'aurait pu être fait. Nous avons fait le pari de la pépinière, nous avons fait le pari du centre de formation, que le président de la Région, Alain Rousset, juge exemplaire, et bientôt aura lieu la livraison d'un hôtel d'entreprise, où j'aurais plaisir à vous accueillir" lance Thierry Gres.

Le président souligne bien qu'il s'agit d'améliorer les performances en maintenance des membres du cluster qui, s'ils sont concurrents, ne s'interdisent pas de coopérer sur ce sujet d'autant que la Région les y incite vivement.

"Le cluster est une association loi 1901, c'était important de mettre par écrit le processus de fonctionnement de la structure pour rassurer tout le monde. L'idée c'est de collaborer pour aboutir au développement de prototypes innovants. Le fait que quatre grands groupes et des PME locales aient intégré le cluster devrait rapidement déboucher sur des solutions" analyse Thierry Gres.

Parmi les prototypes récemment développés on compte une application en réalité virtuelle qui permet aux opérateurs, grâce à des lunettes 3D, de s'entraîner à l'intervention sur des pièces en grandeur réelle, ou encore une application numérique sur tablette grâce à laquelle les entreprises engagées sur un chantier peuvent se coordonner de façon autonome, sans repasser par le client.

Au cœur du "grand carénage"

Il a travaillé à la centrale du Blayais et dit revenir avec plaisir en Haute Gironde : Philippe Sasseigne, directeur de la Division de la production nucléaire EDF éclaire les enjeux de ce cluster.

"Il s'agit d'améliorer la sécurité des centrales, de faire bien du premier coup : c'est ça qu'il faut réussir. D'où l'importance du matériel d'entraînement aux manipulations. Nous devons réaliser les travaux de maintenance dans les temps et réussir à augmenter la durée de vie des centrales, en intégrant la réglementation Fukushima. Autre fait marquant, nos centrales sont les seules qui peuvent moduler leur production pour recevoir les énergies alternatives, comme le solaire ou l'éolien" expose Philippe Sasseigne.

Pas question pour autant de réinventer l'eau chaude dans chacune des centrales, aussi le patron de la Division de la production nucléaire EDF précise que chaque innovation fera l'objet d'une communication générale, avant de rappeler que les opérations de maintenance lourde ainsi que l'allongement de la durée de vie des centrales sont au cœur de l'opération "grand carénage" qui a démarré en 2014 et doit s'achever en 2025.

Formation et technologies

La robotisation aura un rôle très important dans cette série d'opérations et Syneox (groupe Innoveox), à Paris et Mérignac (Gironde), qui a développé en particulier SX1, un robot blindé contre les radiations, qui se déplace en essaim dans les centrales nucléaires et peut filmer dans le noir absolu, fait parti de ce cluster haut girondin.

La Région est bien entendu partie prenante de ce programme et Bernard Uthurry, vice-président en charge du développement économique et de l'économie numérique, mais aussi très impliqué dans l'élaboration du Schéma régional de développement économique, d'innovation et d'internationalisation avait fait le déplacement à Saint-Aubin-de-Blaye. Il s'est félicité de la coopération sur ce projet de développement "des industriels, professionnels et gens du territoire" de l'emboîtement de ces trois classes d'acteurs pour gagner en habileté dans l'usage du numérique.

Mais Bernard Uthurry était aussi présent en tant que messager du président Rousset, dont l'intervention était enregistrée sur une clé USB. Le président de la Région a ainsi souligné que "les deux moteurs qui nous ont fait avancer, Philippe Plisson et moi" sont d'une part l'anticipation des besoins en formation professionnelle, avec notamment le concours des Opca (organisme paritaire collecteur agréé) ou de l'UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie), et d'autre part l'utilisation optimale des technologies développées dans la région. E-Clide est désormais l'un des outils de référence de la Nouvelle-Aquitaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :