Bordeaux : l’immeuble emblématique de Mériadeck change de proprio

 |   |  298  mots
Figurant depuis 2014 à l'inventaire supplémentaire des bâtiments historiques, le siège de la CEAPC a des faux air de Guggenheim mais c'est un architecte tarbais Raymond Lay qui l'a réalisé en 1978.
Figurant depuis 2014 à l'inventaire supplémentaire des bâtiments historiques, le siège de la CEAPC a des faux air de Guggenheim mais c'est un architecte tarbais Raymond Lay qui l'a réalisé en 1978. (Crédits : Pascal Rabiller)
L’affaire avait été révélée en juillet dernier, elle est signée depuis hier 16 décembre. Le promoteur bordelais Norbert Fradin acquiert, auprès de la Caisse d’épargne Aquitaine Poitou-Charentes, son siège social actuel.

C'est signé. Norbert Fradin, promoteur immobilier à Bordeaux depuis trente ans, connu pour son grand intérêt des rénovations du patrimoine architectural, vient de mettre la main sur l'immeuble du siège social régional de la Caisse d'épargne Aquitaine Poitou-Charentes, situé au cœur du quartier Mériadeck de Bordeaux.
L'immeuble emblématique du quartier bordelais, situé à 50 mètres de la nouvelle cité municipale de Bordeaux, reconnaissable à ses formes arrondies en béton et en pierre, a été l'un des premiers, en 1978, à sortir de terre sur la dalle du quartier Mériadeck. Il est inscrit, depuis 2014, à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques.
La CEAPC et les 250 salariés de son siège social régional continueront d'occuper ce bâtiment jusqu'au troisième trimestre 2016, date de livraison de son nouveau siège social, dans le nouveau quartier Euratlantique, situé derrière la gare Saint-Jean à Bordeaux.

Lofts, commerces et centre culturel dans un "sosie" tarbais de Guggenheim


Le projet de la société Fradin, associée dans l'opération à l'architecte Bernard Bülher, est de réhabiliter le bâtiment pour y aménager une vingtaine de lofts et d'y implanter des commerces. Il n'est apparemment plus question d'hôtel comme initialement évoqué par le promoteur.
Dans l'enceinte de ce bâtiment très "années 2000" au faux air de Guggenheim, mais réalisé par l'architecte tarbais Raymond Lay, va également prendre place un centre dédié aux arts et à la culture de 2.000 m² qui sera aménagé d'ici à 2018 sur la partie basse du site qui comportera, en sous-sol, un amphithéâtre de 300 places. D'ici là, un programme très lourd de rénovation et de restructuration va être engagé. Le montant de la transaction, plusieurs dizaines de millions d'euros, n'a pas été révélé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :