Avec Dubourdieu, c’est Courrèges l’aquitaine qui prend la mer

 |   |  791  mots
La collaboration entre Dubourdieu et la maison Courrèges a donné naissance à Ocean White, la nouvelle pépite du chantier naval girondin
La collaboration entre Dubourdieu et la maison Courrèges a donné naissance à "Ocean White", la nouvelle pépite du chantier naval girondin (Crédits : Dubourdieu)
La marque de luxe mythique des années 60, la maison Courrèges, en plein renouveau, s’associe au chantier naval Dubourdieu (Gujan-Mestras) avec lequel elle vient de signer un bateau le "White Ocean". Une belle aventure qui renforce encore les liens entre Courrèges, maison historiquement ancrée à Pau, et l’Aquitaine.

Ce bateau, au design épuré, aux couleurs claires peu habituelles dans le milieu du yachting, qui vient d'être mis à l'eau à Gujan-Mestras, devant un parterre de journalistes du monde de la mode et de la décoration, est le fruit d'une rencontre. Le résultat d'une belle aventure humaine entre un patron de chantier naval Emmanuel Martin, qui dirige le chantier Dubourdieu, son épouse Béatrice et Frédéric Torloting et Jacques Bungert, propriétaires, depuis la fin 2010, de la marque créée en 1961 et qui reste la plus emblématique de cette décennie-là.

"J'avais envie de mettre en valeur le savoir-faire de nos 14 compagnons, l'expertise des entreprises artisanales qui nous accompagnent dans la réalisation de nos bateaux", explique Emmanuel Martin. "Associer notre chantier naval Dubourdieu, créé en 1800, à l'excellence de Courrèges, portée par des repreneurs qui ont le souci de perpétuer une marque légendaire, m'a semblé évident. La rencontre avec Frédéric et Jacques, à Paris, m'a conforté dans ce choix."

La rencontre a tout du coup de foudre. Trois mois après, le designer de Courrèges, Julien Gaubert, présente les premières maquettes aux Martin.

"Courrèges, qui avait posé sa griffe sur beaucoup d'objets, notamment dans le domaine automobile avec une Matra Bagheera toute blanche qui m'a fait rêver quand j'étais gosse, n'avait jamais fait de bateau."

5 exemplaires pour un bateau d'exception

C'est chose faite désormais avec ce bateau blanc, le "Ocean White", tout juste sorti du chantier girondin à l'issue de 4.000 heures de travail, qui porte tous les codes du design à la "Courrège", de la couleur de la coque au mobilier, en passant par l'aménagement intérieur, les draps de bain, sacs de plage et uniformes d'équipage...

"S'il est réalisé à partir de la coque d'un de nos best-sellers, le Picnic Sport, ce bateau est une pure création Courrèges où le blanc et la transparence l'emportent. Il n'a rien à voir avec les autres Picnic Sport produits jusque-là. Ce chantier, le designer Julien Gaubert l'a suivi au plus près, en relation quasi quotidienne avec son épouse Béatrice", assure Emmanuel Martin.

Ce bateau sera vendu, en fonction des options, entre 560 et 680.000 € et produit, quoi qu'il arrive, à seulement cinq exemplaires. Le premier d'entre eux est la propriété de Dubourdieu Services, filiale du chantier naval, qui s'occupe de le louer désormais et s'engage à ne pas le vendre cette année pour permettre à Courrèges d'en profiter pour mettre en avant sa marque. Quoi qu'il en soit, ce bateau va prendre la direction de la Méditerranée dans quelques semaines, pour une location de deux mois avant un retour sur le bassin d'Arcachon.

Courrèges, toujours plus ancrée en Aquitaine

Le bateau part, donc, mais pas la marque, qui s'ancre encore un peu plus en Aquitaine. Il faut savoir qu'historiquement, la maison Courrèges, fondée par André Courrèges, originaire de la région, est fortement paloise.

La marque, au plus fort de sa notoriété et de son succès, a même employé, dans une usine futuriste construite en 1972, jusqu'à 300 personnes. Fermée dans les années 80, puis réouverte partiellement par Coqueline Courrèges, en 1998, l'usine, qui a été rénovée dernièrement, est aujourd'hui Courrèges Design, un atelier de prototypage des collections qui employait 15 personnes en 2013 et qui en compte désormais 25.

A Pau elle se renforce, et sur le Bassin où elle jette l'ancre, même le temps d'un mini série, la maison Courrèges bénéficie aussi aux artisans, comme Toiles de Mer, à Sanguinet, qui a réalisé la sellerie de ce bateau. La marque française pourrait faire des émules. C'est en tout cas le souhait d'Emmanuel Martin, du chantier Dubourdieu.

"Avec cette expérience Courrèges, nous montrons au monde du luxe qu'au-delà même du chantier Dubourdieu, nous avons autour de nous, dans la région, des savoir-faire uniques. Il y a trois ans, un passionné du monde du luxe m'avait ouvert les yeux. Il avait voulu une pinasse sur mesure, aménagée uniquement avec les  meilleurs matériaux essentiellement des produits de luxe. Je me suis dit qu'associer l'image de Dubourdieu avec la création de la filière luxe était une piste de développement possible."

Une piste qui s'est ouverte avec Courrèges, mais qui pourrait perdurer avec un autre acteur du luxe qui aimerait, lui aussi, associer son image à la production navale de Dubourdieu. Le monde du luxe étant généralement aussi celui du secret, il faudra attendre avant de connaître l'autre grande marque qui voudra prendre la mer.

>> Embarquez à bord du Dubourdieu "White Ocean"  by Courrèges

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :