Les camions Trazit passent sous pavillon bordelais

 |   |  401  mots
Une partie de la flotte de l'entreprise.
Une partie de la flotte de l'entreprise. (Crédits : DR-Trazit)
La famille Trazit vient de vendre la société de transport routier du même nom à un investisseur bordelais qui a l'expérience de ce secteur d'activité.


Société emblématique du transport routier en Lot-et-Garonne, Trazit, à Marmande, jusque-là dirigée par Brigitte Trazit, qui a réalisé 7 M€ de CA en 2016 avec une quarantaine de salariés, vient de changer de main pour passer sous le contrôle de Stéphane Roehrig, un repreneur bordelais. Ce dernier a confirmé à La Tribune, à Bordeaux, qu'il allait ainsi diriger sa première entreprise dans un secteur d'activité des transports sous température dirigée (froid), où il s'est fait une solide expérience professionnelle en tant que cadre, en particulier dans des groupes spécialisés dans le transport frigorifique, comme Stef.

L'entreprise marmandaise détient 30 camions et a réalisé, selon les bases de données spécialisées, un résultat net près de 300.000 euros en 2016. Chiffre que n'a pas démenti Stéphane Roehrig. Trazit a également une activité d'entreposage, avec Trazit Entrepôts Marmandais (près de 800.000 euros de CA pour plus de 85.000 euros de résultat net avec 12 salariés en 2016) qui ne fait pas partie de la transaction.

Une activité internationale

La société utilise ses camions frigo pour le transport de fruits et légumes au départ du Sud-Ouest à destination des régions Centre, Ile-de-France, Normandie et Pays-de-la-Loire. Elle réalise également des opérations de transport à l'international, en particulier pour le secteur industriel, en lots partiels ou complets. Le transporteur lot-et-garonnais est membre du groupement de transporteurs routiers et logistiques Tred Union et du réseau Pôle, spécialisé dans la distribution de palettes. Ce qui fait que Trazit intervient notamment en Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Luxembourg et Suisse.

Fondée en 1947 par Guy Trazit la société éponyme est ensuite passée sous le contrôle de son épouse, Monique, avant que leur fille Brigitte ne prenne la suite en 1999. Stéphane Roehrig est accompagné dans cette opération, dont le montant n'a pas été dévoilé, par Galia Gestion, désormais filiale d'Alliance Entreprendre (groupe Natixis Investment Managers), à Bordeaux, qui a participé au financement de la reprise dans laquelle s'est également impliqué le CIC Sud-Ouest. Stéphane Roehrig a également bénéficié du conseil des cabinets bordelais de LDA Société d'avocats (acquisition, droit des sociétés et investissement) et CP&A Groupe (diligences d'acquisition). Brigitte Trazit, de son côté, a été conseillée par la Compagnie juridique et @com CF, également à Bordeaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :