Neta, fin observateur de la mécanique cellulaire

 |   |  547  mots
La technologie exploitée par Neta permet une observation à l'échelle nanométrique
La technologie exploitée par Neta permet une observation à l'échelle nanométrique (Crédits : DR)
Fraichement créée à Talence près de Bordeaux, Neta conçoit des solutions innovantes d'imagerie permettant de scruter la matière et son évolution avec une résolution nanométrique. La technologie, non invasive et non destructive, devrait notamment intéresser le milieu biomédical.

En résumant à très grands traits l'activité de Neta, on pourrait dire que cette startup talençaise conçoit, fabrique et commercialise des microscopes photo-acoustiques. La réalité est un tout petit peu plus complexe. La technologie, brevetée, a été développée au sein du CNRS et de l'université de Bordeaux par des chercheurs du Laboratoire Onde et matière d'Aquitaine (LOMA) et de l'Institut de mécanique et d'ingénierie de Bordeaux (I2M). En résumé toujours, les produits de Neta utilisent des lasers pour générer des ondes acoustiques qui, combinées à un système d'acquisition permettent de suivre les propriétés de la matière à l'échelle nanométrique.

"Le principe n'est pas éloigné d'une simple échographie de la cheville, illustre Julien Michelon, cofondateur de la société. La lumière crée le son et permet d'obtenir de l'image au niveau nanométrique. Le premier domaine d'application est le contrôle non destructif et sans contact. Là où les autres systèmes permettent des mesures ponctuelles, nous, nous faisons des images. Dans le secteur biomédical par exemple, nous pouvons ainsi faire l'équivalent d'une échographie à l'échelle d'une cellule et voir si cela révèle une pathologie."

La technologie exploitée par Neta permet ainsi de mieux connaître la mécanique cellulaire, qui joue un rôle essentiel dans la progression des maladies neurodégénératives telles que Parkinson, Charcot... ou le cancer.

Neta

Un accompagnement par Aquitaine Science Transfert

Le trio de fondateurs, Julien Michelon, Allaoua Abbas et Xavier Tridon, s'est rencontré chez Amplitude Systèmes, leader mondial des lasers ultra-brefs et robuste ETI basée près de Bordeaux. L'équipe a consacré 18 mois à la phase de maturation du projet, accompagnée étroitement par la structure de transfert de technologies Aquitaine Science Transfert, séduite par le fait que si la filière laser est développée dans la région bordelaise, elle manque d'intégrateurs. Neta vient tout juste de signer un accord de licence avec Aquitaine Science Transfert. La startup a déjà été lauréate du concours i-Lab 2016 organisé par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dans la catégorie "Création et développement". L'heure est maintenant venue pour elle de se frotter au marché :

"Nous visons en priorité le marché de la microélectronique, complexe mais où nous aurons peu d'évangélisation à mener, et celui du biomédical, où notre technologie induit une vraie rupture, qui prendra plus de temps à pénétrer mais qu'il faut déjà commencer à adresser. En fin d'année, nous serons 5, complète Julien Michelon. Nous envisagerons une levée de fonds en 2018 pour accélérer notre déploiement commercial, financer l'installation de démonstrateurs dans des sites stratégiques pour que nos prospects internationaux puissent les tester, et augmenter nos capacités de R&D. Nous viserons sans doute entre 1 et 1,5 M€, en nous adressant plutôt à des fonds d'investissement qu'en ayant recours au financement participatif. Contrairement à certaines startups qui font des choses très lisibles donc très vendeur pour le grand public, fabriquer de la peau par exemple, nous sommes sur de la métrologie."

Innovants, et lucides en plus...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :