"La LGV va entraîner des gains de temps spectaculaires pour les territoires"

 |   |  712  mots
Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine
Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine (Crédits : Agence Appa)
Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, souligne que la ligne à grande vitesse Bordeaux-Paris, mise en fonction le 2 juillet 2017, va aussi rapprocher les autres villes de la capitale.

Qu'attendez-vous de la LGV Paris - Bordeaux en matière de retombées économiques ?

"Il y a déjà des amorces de développement autour de Poitiers, Angoulême et Bordeaux bien sûr. Mais je voudrais aussi insister sur les gains de temps spectaculaires dont vont bénéficier de nombreuses villes de la région Nouvelle-Aquitaine : 1h10 pour un Agen- Paris, 52 minutes pour Arcachon-Paris, 1h22 pour Mont-de-Marsan, 1h12 pour Pau, 1h06 pour Bergerac... Ce temps de gagné est un facteur de développement essentiel sur lequel il faut capitaliser. Nous nous attacherons à le faire savoir."

Faut-il espérer du développement d'emplois endogènes ou exogènes ?

"Même si des contacts très intéressants sont noués, il ne faut pas chercher l'emploi exogène à tout prix. Quand j'observe le dynamisme des startups, le dynamisme d'activités telles que la maintenance aéronautique que la Région accompagne depuis des années... Le tissu régional a un fort potentiel de création d'emplois endogènes qu'il ne faut pas négliger et qui peut profiter d'un effet LGV. Je pense par exemple à Legrand, à Limoges, un territoire qu'il faudra brancher sur le réseau à grande vitesse avec des trains rapides. Si des Dassault, des Thales, des Safran se renforcent en Nouvelle-Aquitaine, c'est parce qu'ils ont trouvé un écosystème fort, des compétences et des centres de formation... notamment grâce à la Région et à ses investissements qui ont boosté des secteurs embryonnaires.
Imaginons un développement exogène à partir du développement endogène. Le tropisme des années Datar, où l'Etat fléchait les entreprises vers les différents coins de France, est terminé. On ne va pas aller rechercher un Ford, on n'en est plus là. Appuyons-nous sur la formidable diversité des activités en Nouvelle-Aquitaine. L'innovation et le tissu industriel restent le squelette de l'économie."

Lire aussi : Bordeaux-Paris : ce que la LGV va changer

Comment éviter que la métropole bordelaise retire tous les marrons du feu, au détriment des autres territoires ?

"La ligne Océane doit être vue comme une épine dorsale. Il faudra effectivement veiller à ce que tout ne soit pas concentré sur la métropole bordelaise, notamment en favorisant l'interopérabilité entre le TER et le TGV par exemple. Les autres territoires, comme Angoulême et son pôle image, Rochefort et l'aéronautique, ont des arguments solides. Nous allons mettre en place une politique d'aménagement du territoire qui fasse qu'il ne pleuve pas là où le sol est déjà mouillé."

"Explorer de nouvelles pistes de financement pour le GPSO"

Vous avez à plusieurs reprises critiqué la façon dont a évolué le dossier Tours-Bordeaux. On se rappelle aussi de la bataille menée pour que la SNCF accepte de revoir à la hausse le nombre de trains prévus. Quels enseignements tirez-vous ?

"Ce qui m'a choqué, c'est le coût de ce partenariat public-privé pour les collectivités territoriales. Je souhaite donc que nous explorions de nouvelles pistes de financement pour la prolongation de la grande vitesse vers l'Espagne via Dax et vers Toulouse et l'Occitanie. Il faut poursuivre le Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest pour que ce territoire ne reste pas un angle mort de l'Europe. Bordeaux ne doit pas être un cul-de-sac. Nos voisins espagnols attendent et l'enjeu est considérable. Je ne comprends pas les arguments de ceux qui militent pour une utilisation des voies actuelles, surtout quand on connaît les problèmes d'usure du réseau. Il faut des voies nouvelles."

Lire aussi : TGV Bordeaux-Paris : "La hausse des prix ne sera pas proportionnelle au gain de temps"

Justement, que préconisez-vous pour les lignes vers le Sud, sachant que l'Europe a financé moins de 1 % de Tours-Bordeaux ?

"Mais l'Europe souhaite participer au GPSO ! Sa priorité, c'est l'Europe des réseaux. On parle de 1 milliard d'euros au moins. Une nouvelle ligne, c'est l'investissement d'un siècle, on peut espérer de la part de la Banque européenne d'investissement des prêts à taux très doux. Et je veux aussi solliciter les Investissements d'avenir."

---
Cet article a initialement été publié dans l'Edition Bordeaux de La Tribune, en kiosque le 8 décembre 2016, dans le cadre de notre dossier sur les impacts économiques de la LGV Bordeaux-Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2017 à 15:51 :
Ils me font marrer tous ces défenseurs-politiciens de la LGV ce sont les mêmes que je croise dans la navette Air France Orly-Bordeaux.

Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais. En attendant ils jettent des milliards par la fenêtre.
a écrit le 16/01/2017 à 17:12 :
Mon commentaire était-il insultant pour que vous ne l'ayez pas publié?
a écrit le 16/01/2017 à 13:03 :
@Torres67
Si vous ne connaissez rien à ce projet qui "court" depuis de si nombreuses années et qui coûterait si cher (plus de 13 000 000 000 d'euros -milliards-!), beaucoup plus nuisant et destructeur que vous vous plaisez à le dire (sans doute ce serait très loin de chez vous), alors merci de ne pas commenter !
Pour avoir une idée de ce que représente réellement ce projet lisez le commentaire de PEIO (spécialste ) ci dessous et sachez que ce projet de LGV allonge tellement les distances sur les destinations prévues, que les voies actuelles, actuellement délabrées, correctement restaurées et modernisées, permettraient d'obtenir des performances aussi intéressantes que les LGV, dont les gares seront presque toutes très loin des centres urbains.
A tel point que Bordeaux-Dax serait alors plus rapide sur ces voies que par ces LGV !!!
Ces voies rénovées auraient aussi l'avantage de pouvoir améliorer tous les trains du quotidien (plus de 90 % des passagers). et d'assurer la sécurité des voyageurs, évitant ainsi les très graves accidents comme ceux qu'on a connus récemment (Brétigny/Orge ou Denguin)
a écrit le 16/01/2017 à 11:32 :
La LGV va entraîner des gains de temps spectaculaires pour les territoires : c'est bien un politique deconnecté de la réalité de nos vies !! A quel prix et cout, Monsieur ? C'est ca qui conditionne tout pour l'usage !!
a écrit le 16/01/2017 à 9:27 :
Rousset, president d'un autre age. Se contente de palper et de parler. Un nul.
Les dettes aux jeunes generations.
a écrit le 15/01/2017 à 16:11 :
Gains de temps ; mais pour quoi faire Monsieur ??
Et si vous appreniez à mieux utilser votre temps au lieu de courir ... à votre décès?
CARPE DIEM ,
a écrit le 15/01/2017 à 15:34 :
« La région aurait un fort potentiel de création d'emplois endogènes qui pourrait profiter d'un effet LGV. Quelle confiance attribuer aux affirmations mensongères d’Alain Rousset : en 2009, il a fait voter en Conseil Régional une délibération annonçant que la construction de la LGV Tours Bordeaux allait créer 100 000 emplois, alors qu'au pic du chantier on en était à 4200 emplois.
« Quand on connaît les problèmes d'usure du réseau. Il faut des voies nouvelles." Les chemins de fer fédéraux suisses exploitent un réseau de 3 173 km, totalisaient en 2014 430,4 millions de passagers et 14 478 millions de tonnes/km de fret. Le service est cadencé à la 1/2h voire au 1/4h, sur la plupart des lignes. Les Suisses sont les Européens qui voyagent le plus souvent en train. Le réseau date du 19ème siècle, mais il a été sans cesse modernisé. La seule LGV (45km) date de 2004. Comme quoi un réseau existant entretenu et modernisé est performant Mr Rousset !
L’Europe souhaiterait participer au financement du GPSO. Selon A Rousset « on parle de 1 milliard d’euros ». Qui « on » ? Il devrait le savoir lui qui est allé faire la manche à Bruxelles ! Pourquoi est-il si évasif ?
On peut selon le président de Région espérer des « taux très doux ». Il oublie de préciser que pour le GPSO, le montant de l’investissement s’élève à 13,3 milliards d’euros (dossier enquête publique Pièce H chap. 7, p. 184). Qui paiera Mr Rousset vous qui parlez d’un emprunt sur plus de 50 ans ? Nos enfants ! Merci pour eux génial visionnaire et gestionnaire président de région.
a écrit le 14/01/2017 à 23:35 :
Avec cette nouvelle ligne le train va éliminer l avion gourmand en kérosène polluant à outrance très cher cher et bruyant...il faut maintenant prolonger vers l'Espagne!
a écrit le 14/01/2017 à 17:23 :
Avec tous ces temps gagnés ils font quoi avec sans le sou? Des RTT? Ou des sudoku des mots croisés ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :