Jean-Philippe Romero, Compagnie fiduciaire : "Agir pour ne pas subir le numérique"

 |   |  310  mots
Jean-Philippe Romero, président de la Compagnie fiduciaire
Jean-Philippe Romero, président de la Compagnie fiduciaire (Crédits : DR)
Jean-Philippe Romero, président de la Compagnie fiduciaire, est l'invité du Club Eco de La Tribune dans le cadre de Biznext 2016. Il explique comment ce cabinet d'expertise comptable et de commissariat aux comptes, créé il y a 35 ans à Bordeaux, a engagé la transformation digitale de son activité.

La Compagnie fiduciaire est un cabinet d'expertise comptable et de commissariat aux comptes qui a été créé il y a 35 ans à Bordeaux et compte aujourd'hui 22 sites dans le Grand Sud-Ouest de la France ainsi qu'à Paris. Avec 550 collaborateurs, la société réalise un chiffre d'affaires de 37 M€. Son président, Jean-Philippe Romero, explique dans cette interview comment le cabinet a engagé il y a trois ans sa transformation digitale.

"De gros acteurs internationaux se présentaient sur le marché européen, nous avons préféré agir pour ne pas subir. Avec les 28 associés du cabinet, nous avons mené une réflexion sur l'évolution de nos métiers et ce que serait le cabinet du futur. Nous avons abouti à la création d'un cabinet 100 % digital. De la contractualisation à la réalisation de la mission et à la restitution des éléments financiers, tout se passe via Internet. (...) Il a fallu réinventer cette relation, réinventer l'outil (...), ce qui nous permet d'amener un service "plus plus" à des profils de clients TPE qui cherchent un service rapide et fiable et qui donne des indicateurs de gestion en temps réel."

Jean-Philippe Romero développe également la deuxième partie de cette stratégie qui est de combiner présence physique, relation de proximité et outils digitaux pour donner de l'information en temps réel à ses clients et se déplacer vers le conseil :

"Nos collaborateurs vont produire un peu moins et conseiller encore un peu plus, c'est l'enjeu du futur dans la relation client."

Le président de la Compagnie fiduciaire évoque également le délicat sujet de l'adaptation du personnel à cette transformation digitale avant d'encourager la profession à s'engager fortement dans le digital "parce que des acteurs importants sont sur ce marché et si la profession n'entre pas de plain-pied sur les services digitaux, d'autres le feront à notre place."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :