Chantier naval : Couach a remis le cap sur l’ambition

 |   |  1190  mots
Dessiné par Clément Carbonne, le nouveau 38 mètre de la collection lounge a suscité l'intérêt des clients potentiel lors d'une réception privée au Yacht Club de Monaco. Chantier Naval Couach espère concrétiser les premières ventes au plus vite.
Dessiné par Clément Carbonne, le nouveau 38 mètre de la collection lounge a suscité l'intérêt des clients potentiel lors d'une réception privée au Yacht Club de Monaco. Chantier Naval Couach espère concrétiser les premières ventes au plus vite. (Crédits : Couach Yachts)
Sous la houlette du groupe Nepteam, son propriétaire depuis 2011, le chantier naval Couach (Gujan Mestras - Gironde) a réussi à devenir un industriel du navire militaire tout en renforçant son statut de seul constructeur de yachts et de super yachts en France. Le nouveau PDG, Walter Ceglia, revient sur cette réussite et évoque l’avenir du plus ancien chantier naval de France.

Elle a commencé en 1897, l'aventure du chantier naval Couach, mais elle aurait pu s'arrêter avec une mise en liquidation judiciaire, en 2009, avant que Fabrice Vial ne le rachète à la barre du tribunal de commerce de Bordeaux. Elle aurait pu s'arrêter aussi après la mort tragique de ce dernier, assassiné en 2011.
Mais c'était avant que la holding Nepteam n'en prenne le contrôle, en 2013, et n'investisse dans ce chantier naval capable, et c'est le seul en France, de concevoir et fabriquer des super yachts de 50 m.
Sous la houlette d'une nouvelle direction et d'un premier PDG, Christophe Kloeckner, puis plus récemment de son successeur, Walter Ceglia, le chantier naval a opéré une transformation qui s'avère payante.
Entre 2015 et 2016, le chiffre d'affaires annuel de Chantier Naval Couach aurait été multiplié par 3 pour atteindre 60 M€ et le chantier a recruté massivement puisqu'il compte 260 salariés actuellement et 110 intérimaires.

Les intercepteurs pour accélérateur

Une transformation largement accélérée, voire initiée par la victoire du chantier naval girondin dans l'appel d'offres du chantier allemand Lürssen pour la production, en sous-traitance, de 79 intercepteurs vendus à l'Arabie Saoudite.
"Il y a eu clairement un avant et un après contrat intercepteur en ce qui concerne au moins l'activité de Plascoa, notre entité en charge de l'activité militaire et industrie", reconnaît Walter Ceglia, polytechnicien italien maîtrisant six langues, passé par Harvard et la direction de grands groupes de l'informatique et de l'énergie avant de prendre, en mars dernier, la direction générale du chantier naval Couach.

"Ce contrat de 79 intercepteurs à livrer d'ici mi-2018 nous a obligé à repenser notre mode de production, à mettre à niveau notre outil industriel", souligne le PDG.

Une remise en question qui permet au chantier de produire à un rythme extrêmement soutenu (mais qui doit rester secret dixit Guillaume Peuchant, responsable de l'activité défense de Chantier Naval Couach) la commande en cours qui change la donne en matière de visibilité pour l'activité Plascoa.

Couach


Doté d'un matériel modernisé, d'une nouvelle organisation et de compétences internes de très haut niveau, le chantier naval Couach s'avère compétitif

Beaucoup d'expertise embarquée

"Notre réussite sur cet appel d'offres a renforcé notre légitimité en tant que constructeur performant. Du coup, nous avons mis à profit ce contrat pour adresser de manière plus ambitieuse ce marché de la défense. Notre catalogue s'est élargi avec une nouvelle version de l'intercepteur : Fast Interceptor Craft, le plus puissant et le plus performant jamais produit en France, la quintessence de ce que peut réaliser Chantier Naval Couach", assure Walter Ceglia

Un "Fast Interceptor Craft" qui aurait, selon nos informations, rencontré beaucoup d'intérêt lors de sa présentation en octobre dernier à Euronaval (Paris - Le Bourget). Pas moins de 36 délégations militaires étrangères se seraient arrêtées sur le stand de Chantier Naval Couach et auraient manifesté de l'intérêt pour le nouveau bateau présenté par le chantier girondin.

"Notre chantier regorge de compétences. Même si nous faisons travailler une centaine d'entreprises sous-traitantes autour de nous lors des pics de charge, nous avons chez nous les expertises qui nous permettent de répondre à toutes les demandes et sollicitations du marché et ce dans une rapidité qui fait notre différence actuellement", assure Walter Ceglia.

Yacht et Super Yacht : nouvelle gamme, nouvelle stratégie commerciale

Tous les moyens aussi, dans l'autre activité forte du chantier naval, celle de la production des yachts, de répondre dans des temps record aux exigences des clients des bijoux flottants Couach qui vont de 20 à plus de 40 mètres de long.
Aux compétences initiales du chantier plus que centenaire s'ajoute, désormais, un département R&D qui compte 10 personnes et aux designers maison s'ajoute depuis peu une collaboration avec Espen Øino, grand designer norvégien du monde du yachting.

"Dans le cadre de notre stratégie de conquête du marché de la grande plaisance, nous avons relancé toute notre gamme de yachts", explique Walter Ceglia.

Au total Chantier Naval Couach compte cinq gammes (Mediterranean, Timeless, Super Sport, Lounge et Super Yachts collection) à son catalogue, dont trois ont été dessinées par Espen Øino dont celle des super yachts de plus de 40 mètres.
Lors d'une présentation privée organisée à Monaco, le 38 mètres de la "Lounge collection", dessinée en interne par Clément Carbonne, a suscité l'intérêt de nombreux clients potentiels.
L'équipe commerciale renforcée autour de Walter Ceglia  et qui est depuis peu présente physiquement dans le sud-est de la France, s'attèle à finaliser les premières signatures de contrat pour ce bateau qui nécessite environ 3 ans de travail pour une production ultra personnalisée assurée par les ateliers dédiés à l'activité Yacht et placés depuis quelques jours seulement sous la direction de Jean-Yves Corvisier.

Un outil de production mis à disposition de tiers

Des ateliers qui sont véritablement au cœur de la stratégie de développement de l'activité de Chantier Naval Couach.

"Nous avons poussé la montée en compétence de nos différents corps de métiers, nous avons mis aux plus hauts standards de production et de sécurité nos équipements et process. Nous sommes capables de maîtriser tous les niveaux d'infusion, de fabrication des composites. C'est pourquoi le troisième volet de notre stratégie repose sur la mise à disposition de nos capacités et compétences", explique Walter Ceglia.

En clair, le Chantier Naval Couach met son outil de production et ses ressources humaines à disposition de marques qui n'ont pas l'outil leur permettant de réaliser certains nouveaux produits qui nécessiteraient de trop lourds investissements pour des ventes limitées en nombre.

"Nous pouvons produire des navires pour des marques qui ne sont pas en concurrence frontale avec nous", assure Walter Ceglia. "Cette stratégie permet d'entretenir, de conserver, voire de renforcer nos capacités de production tout en faisant monter en puissance les compétences de nos personnels en leur permettant de travailler sur des projets inhabituels pour Couach", ajoute le PDG.

Couach


Walter Ceglia (Pdg)

"Industrialiser les... commandes"

Après avoir bénéficié en partie du travail entrepris depuis 2013 pour réinstaller le chantier naval sur de bonnes bases financières, l'avoir fait monter en puissance sur le plan technique, des méthodes de travail et des compétences et l'avoir fait monter en charge sur le plan de la production, l'équipe dirigeante actuelle s'attaque à un autre challenge, commercial celui-là.

"Nous devons maintenant industrialiser aussi notre capacité à prendre des commandes, transformer en ventes l'excellence de notre chantier qui n'a rien à envier à ceux de nos concurrents italiens, et c'est précisément pour cela que je suis là", précise Walter Ceglia.

L'examen rapide du parcours professionnel semble montrer en effet qu'il s'est fait une spécialité, en Europe ou en Amérique du Sud, du développer le business des sociétés qui l'ont sollicité.
Le Chantier Naval Couach pourrait visiblement être plus mal barré...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :