Woodrise : un congrès mondial à Bordeaux pour promouvoir les immeubles bois

 |   |  589  mots
La tour Silva de Kaufman & Broad, 50 mètres de haut, a été retenue par le jury de Bordeaux Euratlantique.
La tour Silva de Kaufman & Broad, 50 mètres de haut, a été retenue par le jury de Bordeaux Euratlantique. (Crédits : Kaufman & Broad)
Le premier congrès mondial sur les immeubles bois moyenne et grande hauteur au cœur de la ville durable et de la transition écologique, Woodrise, se tiendra à Bordeaux, du 12 au 15 septembre prochain. Il aura un objectif : démontrer le potentiel technique, économique et environnemental des immeubles bois.

"La dynamique de la construction bois en lien avec l'exigence de territoires bas carbone est lancée, nous souhaitons l'amplifier."

Patrick Molinié est responsable développement construction à l'Institut technologique FCBA qui co-organise du 12 au 15 septembre prochain à Bordeaux le congrès mondial Woodrise dédié à la construction bois de moyenne et grande hauteur. Un événement qui permettra de réunir pour la première fois en un même lieu l'ensemble des acteurs internationaux de la filière bois, construction et aménagement autour du bois comme matériau essentiel au développement de la ville durable

"Depuis 3 ou 4 ans, des promoteurs, des architectes, des ingénieurs et des constructeurs s'engagent dans la conception et la réalisation de bâtiments de 6 à 20 étages. Ils démontrent, au-delà de la prouesse architecturale, combien le bois peut s'adapter de façon durable et performante à des projets variés valorisant au mieux ses caractéristiques en mécanique, en acoustique et en performance au feu", précisent les organisateurs que sont FCBA (France), FPInnovations (Canada), le Building Research Institute (Japon), avec le concours d'Adivbois (France).

Les programmes dédiés au bois progressent

A ce jour en France, "la construction bois représente 8 à 10 % de part de marché, mais 0 % pour les immeubles. L'objectif est d'atteindre 20 %. Pour cela, il faut attaquer le marché des villes", explique Patrick Molinié qui cite un premier exemple à Bordeaux dans le cadre d'Euratlantique, vaste programme qui prévoit 25.000 m2 de construction bois par an pendant 15 ans. Un premier immeuble tertiaire de 7 étages et 30 mètres de haut réalisé par le groupe Pichet sera livré en 2018. Par ailleurs, en mars 2016 deux lauréats ont été désignés pour la construction de deux tours de 50 mètres de 16 à 18 étages : Hypérion  d'Eiffage et Silva de Kaufman & Broad.

En région parisienne, l'établissement public d'aménagement Epamarne s'est également engagé à développer l'utilisation du bois et des matériaux biosourcés dans les futures constructions à Marne-la-Vallée.

De son côté, l'association Adivbois a également sélectionné 24 sites pour accueillir la construction d'immeubles en bois de 10 étages et plus, dans le cadre de son appel à manifestation d'intérêt lancé en juin 2016.

"Le bois avait été oublié comme matériau de construction. On le repositionne", précise Patrick Molinié.

Hyperion - Eiffage

Le projet Hypérion d'Eiffage.

Des opportunités de développement économique

"Si le défi est environnemental, il est aussi économique", insiste par ailleurs Patrick Molinié.

"L'idée dans un premier temps de stabiliser de l'emploi et de créer des innovations dans les entreprises avec le lancement de nouveaux produits. Je pense en particulier à la société Sacba ou encore Egeris construction en Nouvelle-Aquitaine. Le but est aussi de favoriser la ressource locale en bois. Les acteurs de la forêt bougent et investissent. C'est toute la chaîne qui est tirée."

Selon la dernière étude de l'Observatoire de la construction bois en France, en 2014, 1.984 entreprises étaient présentes sur ce marché en France. Elles employaient au total 28.850 salariés (personnel de production, administratif, commercial, études, encadrement), soit 3 % des effectifs du bâtiment en France.

Le congrès Woodrise s'adresse à l'ensemble des acteurs publics et privés : maîtres d'ouvrage, promoteurs, architectes, bureaux d'études, économistes, acteurs de la R&D ou encore certificateurs et représentants des pouvoirs publics. Cette année à Bordeaux, une vingtaine de pays devraient être représentés avec 600 visiteurs attendus par jour. L'idée serait de répliquer l'événement au Canada en 2019 et au Japon en 2021.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :