Anquetil, champion français du drone de cinéma

 |   |  451  mots
Doté d'un équipement qui lui permet d'être à la fois le pilote et l'oeil du drone caméra, Pascal Anquetil réalise des images et des effets de cinématiques impressionnants qui ont été récompensés d'un prix aux NYCDFF.
Doté d'un équipement qui lui permet d'être à la fois le pilote et l'oeil du drone caméra, Pascal Anquetil réalise des images et des effets de cinématiques impressionnants qui ont été récompensés d'un prix aux NYCDFF. (Crédits : D.R)
Cadreur et pilote de drone, le Bordelais Pascal Anquetil s’est fait un nom dans l’industrie du cinéma français. Mais c’est de New York qu’est venue la consécration internationale : un “Oscar” du film de drone décroché le 6 mars dernier.

Athenium Films, petite société de production bordelaise installée au Bouscat, n'en revient pas. Créée en 2007 à Ruel-Malmaison (92) mais désormais installée au Bouscat près de Bordeaux, la société vient de décrocher une récompense internationale dans un domaine qu'elle a investi il y a cinq ans seulement : les prises de vues artistiques par drones. Le 6 mars dernier, le plus important festival au monde de films réalisés par des drones (355 films présentés), le New-York City Drone Film Festival (NYCDFF), a remis à Pascal Anquetil, pilote de drone pour Athenium Films, le prix "Technical", une sorte d'Oscar du drone de la technique de prises de vues drone.
Une consécration pour ce cadreur spécialiste des effets spéciaux qui a créé l'activité drone d'Athenium qui propose aux réalisateurs de nouvelles cinématiques capables de remplacer les images de synthèses et les caméras virtuelles.

"On peut filmer la réalité avec une liberté qu'on ne connaissait pas jusqu'à maintenant", assure Pascal Anquetil.

Il sait de quoi il parle puisqu'il a travaillé pendant près de 15 ans pour un studio de trucages numériques.
Une liberté qui, quand elle s'accompagne de l'expérience du cadreur, se transforme en prises de vues artistiques qui font mouche. Outillé de lunettes qui lui permettent de voir en permanence les images que le drone capture, Pascal Anquetil enchaine les tournages. Tout récemment, il a signé les séquences spectaculaires (quartier de la Défense, Dunkerque) de la série de Canal+, "Baron Noir". En ce moment même, il prépare un nouveau tournage pour la série les Hommes de l'Ombre. Depuis la consécration new-yorkaise, les contacts se multiplient, les demandes des médias aussi. Les images produites par les drones ont la cote.

"Mais elles demandent énormément de travail de préparation en amont. Pour la séquences de tournage de La Défense, il nous a fallu monter 4 dossiers de demandes d'autorisations différents", explique la gérante de d'Athenium Films, Sophie Geoffroy.

Si l'activité drone n'est pas la seule de sa société, elle pèse de plus en plus lourd, et la consécration new-yorkaise va accélérer le "business drone" d'Athenium Films.
Dans quelques jours, un rendez-vous calé avec ECLA, structure régionale de soutien à la création cinématographique et littéraire, pourrait bien permettre à Pascal de piloter... son propre projet cette fois.

"Pascal espère pouvoir réaliser un polar. Les images réalisées par les drones auront beaucoup de place et devraient sublimer le décor qui a été choisi pour ce tournage", confie Sophie Geoffroy.

Ce décor à sublimer, c'est Bordeaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :