Parenthèse aux crises, le Salon de l’agriculture Nouvelle-Aquitaine sera festif

 |   |  563  mots
Le Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine se tiendra du 20 au 28 mai.
Le Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine se tiendra du 20 au 28 mai. (Crédits : Alban Gilbert)
Vitrine des innovations et expérimentations du monde agricole, le Salon de l’agriculture Nouvelle-Aquitaine se tiendra du 20 au 28 mai dans le cadre de la Foire internationale de Bordeaux. Ce sera le premier salon abouti de la nouvelle région, première région agricole d’Europe.

Terroirs, productions, filières, producteurs et savoir-faire seront à l'honneur du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine organisé du 20 au 28 mai dans le cadre de la Foire internationale de Bordeaux. Un événement majeur pour la première région agricole d'Europe. L'agriculture et l'agroalimentaire en Nouvelle-Aquitaine avec plus de 180.000 emplois et 85.000 exploitations soit 11 % du tissu économique régional (contre 6,5 % au plan national) affichent un chiffre d'affaires de 11,3 milliards d'euros par an. Elle est aussi la première région pour les signes d'identification de la qualité et de l'origine.

La Nouvelle-Aquitaine est également motrice dans de nombreux secteurs. Terre d'élevage, elle est aussi le deuxième vignoble de France avec 20 % de la surface viticole de l'hexagone, la deuxième région bio en nombre de producteurs avec 5.000 agriculteurs certifiés et plus de 200.000 hectares cultivés. L'agroalimentaire en Nouvelle-Aquitaine réalise 8 milliards d'euros à l'export.

Vers une agriculture plus innovante

Mais au-delà de ces chiffres flatteurs, les organisateurs et le président de Région n'oublient pas un contexte difficile :

"Le gel qui a récemment touché nos vignes, la sécheresse et la grippe aviaire. L'agriculture est l'une des activités les plus compliquées, parfois les plus hasardeuses", explique Alain Rousset.

C'est en plein Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine que sera justement lancé le nouveau cluster "biosécurité" destiné à lutter contre les risques sanitaires.

"Il faut faire de la recherche et relancer la formation. Nous avons à conduire ce secteur vers un système plus innovant où l'agriculteur serait au cœur de l'échelle de valeur", poursuit Alain Rousset.

Ces mêmes agriculteurs se racontent au travers d'un livre écrit par Magdalena Arbitre qui sera lancé pendant le salon. "Portraits d'agriculteurs" recensera une quarantaine de portraits. Des agriculteurs des 12 départements de la région y livrent leur parcours, leurs craintes mais aussi leurs attentes.

Pour Dominique Graciet, président du Salon et de la Chambre régionale d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine, l'innovation est effectivement incontournable.

"Caméras embarquées sur les tracteurs, robots utilisés dans le secteur de l'élevage, bâtiments intelligents qui gèrent eux-mêmes l'ambiance... (...) Toutes ces avancées technologiques nous permettent de mieux travailler, de diminuer la pénibilité, d'augmenter le bien-être animal et le respect de l'environnement."

L'élevage, les métiers et les produits en démonstration

Malgré le contexte, pas question de gâcher la fête. Rendez-vous incontournable pour les professionnels, vitrine ludique et festive pour le grand public, le Salon sera l'occasion de rencontrer l'élevage avec la 21e édition d'Aquitanima (du 20 au 22 mai) qui rassemblera 400 bovins, une journée ovine (le 22 mai), et Equitaine (du 20 au 28 mai) qui accueillera cette année 300 équidés et leurs éleveurs, cavaliers ou meneurs. La Ferme de Nouvelle-Aquitaine permettra de découvrir les métiers, les pratiques et les productions. Le Salon proposera également un espace gastronomie et un marché des producteurs.

Enfin, c'est une tradition, le Salon 2017 aura aussi sa mascotte : Urielle du Breuil, une ânesse Baudet du Poitou, une race qui a failli disparaître. En 1978, il ne restait que 44 baudets en France. En 2008, ce chiffre se porte à 500 individus dans le monde.

Urielle

Urielle du Breuil, la mascotte.

Le budget de cette nouvelle édition a été revu à la hausse. Il passe de 1,5 à plus de 2 millions d'euros. "Cette année, ce sera le premier salon abouti de la nouvelle région", prévient Dominique Graciet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :