Le président de la CCI de Libourne négocie tous azimuts

 |   |  582  mots
Yves Ratel, président de la CCI de Libourne
Yves Ratel, président de la CCI de Libourne (Crédits : CCI Libourne)
Condamnée à disparaître dans le cadre de la loi Macron, qui réorganise le réseau des chambres de commerce et d’industrie (CCI), la CCI de Libourne négocie d’arrache-pied pour déterminer le meilleur parti à prendre : Bordeaux ou la Dordogne ?

La circonscription de la CCI de Libourne, située à l'est du département de la Gironde, frontalière des départements de la Dordogne et du Lot-et-Garonne, a traditionnellement des relations compliquées avec Bordeaux, et plutôt excellentes avec les CCI des deux autres départements. "La loi Macron a fixé à 10.000 le nombre de ressortissants nécessaires pour continuer à exister. La CCI de Libourne en a 8.000, ce qui nous oblige à disparaître et donc à fusionner avec une autre CCI territoriale", explique Yves Ratel, président de cet établissement. A proximité immédiate de grands vignobles (Pomerol, Saint-Emilion...), le Libournais compte aussi de grandes entreprises comme le laboratoire vétérinaire Ceva Santé animale. "Si l'on compte le nombre de salariés de nos entreprises ressortissantes on arrive au moins à 40.000 personnes et si l'on rajoute les familles concernées, on arrive à 100.000", plaide Yves Ratel.


30 % en Dordogne


Tout en mettant en avant ses bonnes relations avec Pierre Goguet, le président de la CCI de Bordeaux, le patron de la CCI de Libourne a du mal à digérer l'obligation faite à son établissement de disparaître. Les 32 élus de cette CCI sont dos au mur, du coup la logique administrative prend une autre tournure. Comme la CCI de Libourne est située en Gironde on s'attendrait à ce qu'elle fusionne avec celle de Bordeaux, mais rien n'est moins sûr. "Pierre Goguet et Christophe Fauvel, président de la CCI de Dordogne, ont demandé à nous voir, confie Yves Ratel. Si on fusionne avec Bordeaux nous pèserons 10 % des élus de la nouvelle CCI, si c'est avec la Dordogne notre poids sera de 30 %." Ainsi le condamné libournais peut encore choisir avec qui se pendre. Alors même que la loi Macron prévoit la réduction du nombre de CCI, Yves Ratel évoque le rêve d'une CCI couvrant la rive droite de la Gironde : du nord (Blayais) jusqu'au sud (Langonnais), en passant par Libourne bien sûr.


Après Libourne, Bayonne ?


La bastide fondée par Edouard 1er, roi d'Angleterre, a beau être aspirée par la conurbation bordelaise, deux fleuves (Garonne et Dordogne) séparent Libourne de Bordeaux et le président de la CCI ne nie pas l'existence d'un certain esprit sécessionniste, à cause d'un vrai particularisme socio-économique local, justifie-t-il. Le volet de la loi Macron concernant les CCI doit faire l'objet d'un nouveau vote cet été. Avant cela, se tiendra une assemblée générale de la CCI d'Aquitaine où Yves Ratel essaiera sans doute de mobiliser en faveur de la survie de Libourne, sans doute dans un dernier baroud d'honneur. Un combat libournais qui n'a jamais vraiment été du goût de Laurent Courbu, ancien président de la CCI de Bordeaux, aujourd'hui à la tête de la Région. Cette CCI n'est pas la seule en Aquitaine à être exposée aux rigueurs de la loi Macron. La seconde est celle de Bayonne Pays basque, en Pyrénées-Atlantiques, où devrait logiquement ne subsister que la CCI de Pau Béarn. En plus d'une distance plus grande entre Pau et Bayonne qu'entre Bordeaux et Libourne, la perspective d'annoncer la suppression de la CCI Bayonne Pays basque n'a jusqu'à présent pas enflammé les imaginations des élus consulaires. Le patronat et de nombreux "abertzales" (patriotes basques) voient en effet dans cette CCI la seule véritable institution basque côté français. Autant dire qu'il ne sera pas facile de s'y attaquer, même avec la loi Macron en poche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2015 à 11:44 :
Claude Moreau qui fut non seulement un président dynamique et convaincant de la CCI de Libourne mais aussi président régional de cette institution doit se fâcher dans sa tombe. Je trouve le rapprochement avec les décideurs économiques de la Dordogne, logique. Des expériences avec Bergerac furent réussies dans le passé. Je suggère une véritable mobilisation des ressortissants de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Libourne qui pourrait ainsi interpeller les élus de ce secteur et entraîner une partie de la population à soutenir le maintien et la fusion avec la Dordogne. Les attraits touristiques de Saint-Emilion et de la vallée de la Dordogne me semblent créer une synergie favorable à une entente et à une dynamique commerciale.
J-M Lachaize
a écrit le 29/05/2015 à 13:57 :
"deux fleuves (Garonne et Dordogne) séparent Libourne de Bordeaux"
Revoyez un peu votre géographie svp...!!!
Quid de La Bastide, quartier Bordelais situé rive droite de la Garonne, de 15.000 habitants, environ !!!
Félicitations, vous repasserez en septembre.
Réponse de le 01/06/2015 à 15:12 :
Il est clair que la formule géographique choisie, reprise des propos du président de la CCI de Libourne, est un peu abusive puisque le quartier de La Bastide se situe bien à droite de la Garonne. Et vous avez eu raison de le souligner.
Reste que dans "l'histoire ressentie" par de nombreux Girondins "l'annexion" à la fin du XIXème siècle par Bordeaux de ce quartier de Cenon qui allait devenir "La Bastide", n'est peut-être pas encore tout à fait assimilée...
Réponse de le 06/06/2015 à 13:08 :
Le problème ne se pose pas pour Bayonne qui compte 15700 ressortissants alors que Pau n'en compte que 13000....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :