Rocade bordelaise : encore 100 M€ à trouver

 |   |  678  mots
La rocade bordelaise n'est que partiellement à deux fois trois voies
La rocade bordelaise n'est que partiellement à deux fois trois voies (Crédits : Pascal Rabiller - Objectif Aquitaine)
Michel Delpuech, le préfet d’Aquitaine et de Gironde, a abordé ce mardi matin les grands dossiers au programme de l’année 2015 dans la région, à commencer par le passage à deux fois trois voies de la rocade bordelaise mais aussi la réforme territoriale.

Lors de ses vœux à la presse, ce mardi matin, le préfet de Région, Michel Delpuech est notamment revenu sur les attentats meurtriers qui ont touché Charlie Hebdo, Montrouge et l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes. Il a expliqué que les cibles des terroristes constituaient autant d'attaques symboliques contre la République. Soit une atteinte "à la force de la loi" avec le meurtre des policiers, au "vivre ensemble" avec celui des clients de confession juive de l'Hyper Cacher, et à "la liberté d'expression" avec la mort des journalistes. Rappelant que l'existence de la liberté de la presse est consubstantielle à celle de la démocratie, Michel Delpuech a observé que ce pluralisme devait être protégé "au risque de heurter certains, mais dans le respect de la loi. Il ne peut y avoir ni de compromis ni de demi-mesure. En manifestant le 11 janvier, les Français ont dit leur fierté d'appartenir à un pays où Charlie Hebdo peut exister".

Michel Delpuech est ensuite revenu sur la réforme territoriale, en particulier marquée par la modification cette année des scrutins départementaux (en mars) et régionaux (en décembre). Comme ailleurs, le département de la Gironde voit le nombre de ses cantons fondre, en l'occurrence à 33, avec constitution obligatoire de candidatures binominales paritaires (homme - femme) pour ce nouveau scrutin départemental d'où le mot de canton disparaît.

Un CICE en hausse de 50 %

La future grande Région n'a de son côté pas encore de nom. Elle est identifiée par l'ordre alphabétique de ses trois composantes : Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes.

"Les trois régions totalisent actuellement 182 conseillers régionaux. Il y en aura 183 dans la prochaine assemblée, dont 102 Aquitains (contre 85 actuellement - NDR), 24 Limousins et 57 Picto-Charentais. Le Conseil régional de demain ne sera pas la copie de celui d'aujourd'hui. Le nombre d'élus a été calculé à partir du poids démographique de la nouvelle Région" a précisé le préfet.

La naissance des métropoles est une autre des nouveautés territoriales 2015 et "il y aura du temps" avant que leurs compétences réelles soient vraiment connues, a précisé le préfet qui confirme que régions et métropoles vont devenir les points forts du redécoupage territorial. Le préfet de Région s'est félicité que le CICE (crédit d'impôt compétitivité emploi), qui a représenté 430 M€ en Aquitaine l'an dernier, au titre des salaires 2013, allait grimper de 50 %, soit plus de 600 M€ dans la région, et que le scepticisme initial des chefs d'entreprises à propos de ce dispositif était en train de s'estomper.

L'élargissement de la rocade à 200 M€

Et l'administration dans tout ça ? Avec près de 8.000 fonctionnaires d'administration centrale dans les trois régions, dont un peu moins de 4.000 en Aquitaine, cette question a du poids.

"Il y aura une seule administration régionale d'Etat. Nous n'allons pas tout centraliser dans le futur chef lieu régional. Dans une approche métier, par exemple pour les services de contrôle, il est important d'avoir des moyens décentralisés, proches du terrain. Tandis que le lieu n'est pas un problème pour les fonctions support. En Aquitaine, toutes les demandes de passeports sont ainsi traitées à Agen" illustre Michel Delpuech.

Ce dernier a dit que l'Etat était prêt à mettre 100 M€, soit 50 % de la facture, pour achever la mise à deux fois trois voies de la rocade bordelaise, soulignant que l'installation d'un péage ne serait pas retenue par l'Etat. Une part de financement que le précédent président de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), Vincent Feltesse (PS), s'était selon le préfet engagé à payer. Le chantier étant d'un coût de 200 M€, il faudrait que Bordeaux Métropole, dont le budget est très serré cette année, débourse 100 M€. Et Alain Juppé, nouveau président (UMP) de Bordeaux Métropole (ex-CUB) aurait semble-t-il opté pour le péage. Les travaux dans cette section nord -nord ouest de la rocade seront-ils remis à plus tard ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2015 à 10:40 :
A-t-on besoin d'autant de Conseillers régionaux ? 182 ou 183, ça fait beaucoup...
Pour la rocade... je suis toujours réfractaire à une solution long-terme (péage) pour un problème court-terme (financement).
a écrit le 20/01/2015 à 16:32 :
Plutôt que de faire une réforme territoriale coûteuse et inutile, ne faudrait-il pas utiliser tout cet argent dépensé pour rien, à l’élargissement de la rocade.
Pour la réforme on a trouvé des fonds...
Pour le contribuable Bordelais (et ses déplacements) il n'y-a pas d'argent???
Nul doute que les habitants de Bdx Métropole s'en souviendront lors des prochaines élections.
Réponse de le 21/01/2015 à 20:36 :
une taxe sur les entrées au grand stade par exemple un équipement dont bordeaux avait bien besoin...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :