Valbiotis réussit son augmentation de capital et lève 7,2 M€

 |   |  632  mots
Sébastien Peltier, dirigeant de Valbiotis
Sébastien Peltier, dirigeant de Valbiotis (Crédits : Sylvie Curty)
Société innovante dans le monde de la santé et en pointe dans la lutte contre la survenue du diabète de type 2, Valbiotis, à La Rochelle, annonce la levée de 7,2 M€. Montant qui correspond à ce qu’attendait l’entreprise pour lancer sa nouvelle phase de développement.

La société rochelaise Valbiotis, cotée en bourse, annonce qu'elle vient de boucler avec succès l'augmentation de capital, avec maintien du droit préférentiel de souscription (DPS), dont l'échéance était fixée ce 28 octobre. Le montant brut de cette augmentation de capital frôle les 7,2 M€ (à 7.199 K€) et correspond à un produit net de 6,2 M€ pour l'entreprise. Avec cette opération la capitalisation boursière de Valbiotis atteint 16,9 M€ après l'émission d'un peu plus de 3 millions d'actions nouvelles au prix unitaire de 2,35 euros, et le flottant (part des actions de la société cotée en bourse) passe de 62,4 % à 78,4 %.

Le mouvement d'ouverture du capital n'est donc pas neutre mais les enjeux à relever pour l'entreprise sont cruciaux. Les 6,2 M€ de cash qui viennent renforcer la trésorerie de Valbiotis vont ainsi principalement servir à deux objectifs prioritaires : sécuriser le financement de l'entreprise jusqu'en juin 2021, et atteindre son objectif de conclure avant fin 2020 un partenariat stratégique avec un acteur majeur de la santé. Valbiotis, dont Sébastien Peltier est le dirigeant, veut se donner les moyens de réussir le lancement de son nouveau produit : Valedia.

La dernière ligne droite est en vue

Ce complément alimentaire qui contient une substance active d'origine végétale, Totum-63, a déjà subi avec succès des batteries d'essais précliniques et cliniques qui ont démontré sa réelle efficacité auprès des personnes prédiabétiques, c'est-à-dire dont le taux de glycémie est plus élevé que la normale mais inférieur à celui du diabète (taux de glycémie à jeun égal ou supérieur à 1,26 g/l). Valedia permet de réduire drastiquement les risques d'apparition du diabète de type 2 (lié à l'âge et au surpoids), et de ses nombreuses conséquences pathologiques.

"Nous remercions tous les investisseurs ayant participé, tant institutionnels que particuliers, qui manifestent ainsi leur confiance et leur adhésion à notre projet au service de la prévention et de la lutte contre les maladies métaboliques. Grâce aux fonds levés, nous disposons désormais de ressources renforcées pour aborder la dernière étape de développement de Valedia et préparer sa mise sur le marché. Dans cette perspective, notre position est aujourd'hui renforcée pour conclure avant fin 2020 un partenariat stratégique avec un acteur majeur de la santé" déroule Sébastien Peltier, président du directoire de Valbiotis.

Un futur partenaire qui aura beaucoup de poids

Le partenariat stratégique avec un acteur majeur de la santé que cherche à conclure Valbiotis doit permettre - au-delà de l'apport en cash généré par l'augmentation de capital qui vient d'être bouclée - le financement de la finalisation du programme clinique de Valedia. Une étape nécessaire pour pouvoir déposer une demande d'allégation santé relative à la réduction d'un facteur de risque de développer un diabète de type 2 auprès de l'Autorité européenne de sécurité alimentaire (AESA/EFSA en anglais) et de la FDA (US Food and drug administration) aux Etats-Unis. Mais aussi d'autre part de pouvoir assurer la mise sur le marché et la commercialisation de Valedia à l'échelle internationale en direction des personnes prédiabétiques. La direction de Valbiotis souligne que, grâce aux étapes d'évaluation franchies, Valedia est déjà commercialisable en Europe. Ce qui pourrait permettre au partenaire de mettre ce complément alimentaire sur le marché avant même l'obtention de l'allégation santé. C'est ainsi que, comme le précise Valbiotis, "l'ambition d'obtention d'une allégation en 2021 peut être confirmée mais reste logiquement conditionnée par la date de conclusion de l'accord avec le futur partenaire et la stratégie de mise sur le marché qu'il souhaitera privilégier".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :