B-Boost Bordeaux : "Le logiciel libre a gagné mais personne ne le sait ! "

 |   |  999  mots
La convention d'affaires B-Boost se tient à Bordeaux les 6 et 7 novembre 2018.
La convention d'affaires B-Boost se tient à Bordeaux les 6 et 7 novembre 2018. (Crédits : Nick Youngson CC BY-SA 3.0 Alpha Stock Images)
"L'écosystème du logiciel libre était très communautaire et refermé sur lui-même, il est devenu performant, qualitatif et opérationnel", assure Jean-Christophe Elineau, directeur du pôle Aquinetic et organisateur de B-Boost, la convention qui se tient à Bordeaux les 6 et 7 novembre autour du logiciel libre et de l'open source. Dédié d'abord aux professionnels, cet évènement veut aussi interpeller le grand public sur les enjeux du logiciel libre et de la gestion des données personnelles.

Quel est l'objectif de B-Boost et pourquoi le créer à Bordeaux ?

Jean-Claude Elineau : Tout simplement parce que Bordeaux et la Nouvelle-Aquitaine constituent le 2e écosystème français en matière de logiciels libres et d'open source avec plus d'une centaine d'entreprises actives ! Nous avons voulu initier un évènement à vocation économique, orienté business, pour concrétiser notre travail mené collectivement depuis des années avec le soutien de la Région. Il y a une programmation très dense avec plus de 70 conférences, 40 exposants, des rendez-vous BtoB, des side events et entre 500 et 1.000 participants attendus.

Nous souhaitons proposer une convention professionnelle avec des débats techniques mais aussi interpeller le public le plus large possible à travers des thématiques qui concernent l'agriculture, l'espace, la ville, les modèles économiques ou encore la gestion des données.

Cette question des données occupe une place centrale dans les débats actuels sur le numérique...

Oui et elle constitue naturellement un enjeu transverse de B-Boost puisqu'environ un quart des conférences traitera de cette problématique à travers l'open data, la collecte, le maniement et l'exploitation des données, etc. La filière du logiciel libre rassemble des acteurs disposant d'une éthique certaine : on ne fait pas n'importe quoi avec les données, notamment personnelles, on ne les collecte pas n'importe comment et on ne les utilise pas sans respecter le cadre de la vie privée ! La conférence de Tristan Nitot, responsable de Qwant et ancien président de Mozilla Europe, sera particulièrement éclairante sur ces aspects.

Où en est le logiciel libre aujourd'hui ?

En réalité, le logiciel libre a gagné mais personne ne le sait ! Il est utilisé au quotidien et constitue 80 % de l'architecture d'internet. Il y a des briques de logiciels libres partout : dans nos voitures, dans nos avions et, bien sûr, dans nos téléphones mobiles ! Il lui reste encore à investir les postes de travail professionnels où il est encore peu répandu : les entreprises travaillent sous Windows ou sous Mac OS mais pas encore sur Linux.

Le secteur du logiciel libre a connu ces derniers mois deux acquisitions très remarquées par des géants du numérique : Github par Microsoft pour 7,5 Md$ et Red Hat, le papa de Linux, par IBM pour 34 Md$. Qu'est-ce cela révèle sur le logiciel libre ?

Microsoft a engagé un virage vers le logiciel libre depuis plusieurs années et est aujourd'hui le plus gros contributeur de logiciels libres. Il s'agit d'un changement progressif de modèle économique pour s'éloigner de celui de la licence d'utilisation classique. Cependant, le rachat de Red Hat par IBM constitue lui un vrai tournant pour le logiciel libre parce que la valorisation est énorme au regard du chiffre d'affaires de Red Hat qui atteint 2,9 Md$ lors du dernier exercice. Cela montre comment Red Hat, qui existe depuis 25 ans, a su grandir et convaincre en s'appuyant sur un modèle économique solide autour des services associés aux logiciels libres. Pour moi ce n'est qu'une première étape dans une série de rachats d'entreprises de l'open source dans les prochaines années.

Faut-il s'inquiéter de cet appétit soudain des géants du numérique pour l'open source et le logiciel libre ?

Non, je ne crois pas car ils ne rachètent pas ces entreprises pour les tuer mais pour les développer davantage et les intégrer à une stratégie hybride. D'autant qu'au regard du dynamisme, de l'agilité et de la vivacité de l'écosystème libre, il est très facile pour la communauté de dupliquer, de "forker", une solution qui serait supprimée ou verrouillée.

Mais il ne faut pas pour autant y voir une convergence entre les GAFAM [Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) et le monde du logiciel libre parce que leurs logiques et leurs modèles économiques restent très différents. En revanche, cela montre que l'écosystème du logiciel libre qui était très communautaire et refermé sur lui-même est devenu aujourd'hui performant, qualitatif, complètement opérationnel et capable d'offrir un haut niveau de service.

Vous parlez de modèle économique, quel est celui des entreprises du logiciel libre ?

Il s'agit de développer et de facturer des services associés à l'utilisation d'un logiciel gratuit. Par exemple, si votre entreprise utilise un logiciel libre proposé par Red Hat, elle aura besoin d'un niveau de service professionnel et donc de prestations de maintenance, d'assurance, de certification, de suivi qualité, etc. C'est sur ce modèle, via des abonnements, que s'est construit Red Hat et c'est un modèle qui attire de plus en plus les grands groupes, notamment pour des raisons de trésorerie.

Quels sont les enjeux de demain pour les acteurs du logiciel libre ?

Il faut continuer à grandir ! Les éditeurs de logiciels libres qui peuvent être des leaders sur un marché de niche doivent réussir à croître de manière efficace et sereine pour pouvoir devenir des ETI. C'est le principal défi pour aujourd'hui et pour demain.

------------------------

B-Boost : 76 conférences sur 10 thématiques

La conférence B-Boost sur le logiciel libre et l'open source se tient mardi 6 et mercredi 7 novembre 2018 au Palais de la Bourse à Bordeaux. Elle est organisée par Aquinetic, en partenariat avec le Conseil national du logiciel libre et Systematic-Paris-Region et avec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine, Bordeaux Métropole, la CCI Nouvelle-Aquitaine, la CCI Bordeaux Gironde, la CMA de Nouvelle-Aquitaine, le département de la Gironde, l'Université de Bordeaux, Invest in Bordeaux et French Tech Bordeaux.

Un milliers de participants sont attendus pour assister notamment aux 76 conférences données par des spécialistes de plus de dix pays autour du thème de la transformation numérique libre déclinées au sein de dix thématiques : international, économie, santé, agriculture, aéronautique, industrie, ville, développement informatique, technologie, et solutions d'entreprises. 40 exposants sont également annoncés. Programme et inscription ici.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :