Gazelle Tech dévoile son premier véhicule de série

 |   |  376  mots
Doté d'un châssis composite, le véhicule 5 places présentée par Gazelle Tech, le 19 juin 2018 à Darwin, ne pèse que 650 kg.
Doté d'un châssis composite, le véhicule 5 places présentée par Gazelle Tech, le 19 juin 2018 à Darwin, ne pèse que 650 kg. (Crédits : PC / La Tribune)
Gazelle Tech a présenté le premier exemplaire de son SUV ultra-léger à moteur essence. Son châssis composite ne pèse que 650 kg et promet 40 % de consommation en moins. Initialement espérée pour cet automne, la mise sur le marché est désormais attendue pour mi-2019. Parallèlement, la jeune entreprise travaille sur différents partenariats.

On pouvait lire autant la fatigue que la satisfaction sur le visage de Gaël Lavaud à quelques minutes de la présentation de la première Gazelle de série, au sein de l'écosystème bordelais Darwin où Gazelle Tech est née en 2014. Seize mois après avoir dévoilé le premier prototype, le PDG de cette jeune entreprise, désormais installée quelques kilomètres plus au nord, à Blanquefort, peut mesurer le chemin parcouru.

Gazelle Tech

Au-delà de sa teinte orange vif caractéristique, le véhicule, présenté ce mardi, propose cinq vraies places, un coffre spacieux et le confort de base (autoradio, climatisation, fermeture centralisée et vitres électriques). Mais surtout, doté d'un châssis en matériau composite Aerocell, développé et breveté par Gazelle Tech, il ne pèse que 650 kg. De quoi promettre, selon son constructeur, une consommation autour de 3 litres d'essence pour 100 km. Un véhicule comparable, tel que le Citroën C3 Picasso, pèse 1280 kg pour une consommation autour de 6L /100 km.

Pour la suite, les cinq salariés de Gazelle Tech visaient en janvier dernier une homologation et une mise sur le marché de leur véhicule dès cet automne. "Les choses avancent mais prennent aussi du retard. Le planning est décalé et on table désormais sur une commercialisation mi-2019", précise Gaël Lavaud. Dans un premier temps, les flottes d'entreprises et de collectivités locales seront visées avant, aussi vite que possible, de s'adresser aux particuliers.

Lire aussi : Gazelle Tech peaufine son SUV ultra-léger et s'exporte en Afrique du Nord

Parallèlement, l'entreprise est toujours en discussion pour l'installation d'une usine de production en Afrique du Nord. "Les discussions sont plus longues et complexes que ce que nous avions anticipé mais ça avance et nous avons aussi des contacts en Asie du Sud-Est", indique le PDG qui mise aussi sur une diversification de la Gazelle. Des partenariats sont noués avec deux autres startups :

  • Tekaxion pour développer une version rallye-cross capable de participer à des compétitions officielles 100 % électriques en 2020 ;
  • H2X pour développer une version à la propulsion hybride solaire et hydrogène qui pourrait intéresser des taxis et/ou des flottes de véhicules en libre-service.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :