Véhicules électriques : EVtronic annonce 40 embauches dès 2018 à Léognan

 |   |  898  mots
Installée à Léognan, en Gironde, l'entreprise EVtronic annonce 40 recrutements sur l'année 2018.
Installée à Léognan, en Gironde, l'entreprise EVtronic annonce 40 recrutements sur l'année 2018. (Crédits : EVtronic)
Année après année, le véhicule électrique gagne les faveurs de tous les constructeurs et surmonte les obstacles techniques en termes d'autonomie et de temps de charge. C'est donc un marché très prometteur qui s'ouvre à EVtronic, spécialiste des bornes de recharges électriques, installé à Léognan. Pour faire face à la demande, l'entreprise annonce un doublement de taille en 2018 avec 40 recrutements à la clef dans tous ses métiers.

Recharger un véhicule électrique pour 300 km d'autonomie en seulement 10 minutes : c'est ce que propose la station de charge ultra-rapide installée par EVtronic à Francfort, en Allemagne, le 21 décembre dernier. Un nouveau pas en avant dans l'essor des véhicules électriques. "Jusqu'à présent, les bornes de recharge permettaient de donner 100 km d'autonomie pour 20 minutes de charge. Avec ces nouvelles performances, les 600 km du trajet Bordeaux-Paris, avec une pause café de 10 minutes au milieu, deviennent tout à fait envisageables en voiture électrique", s'enthousiasme Emmanuel Ourry, le directeur général de cette entreprise spécialisée dans les bornes de recharge pour véhicules électriques depuis 2007. Installée à Léognan depuis deux ans, EVtronic compte une quarantaine de salariés.

1% des véhicules neufs sont électriques

Malgré cette avancée en termes d'autonomie et de temps de charge, le marché tricolore reste à construire. En 2017, seulement 1,2 % des véhicules neufs vendus en France sont électriques (soit 31.000 unités) contre 17 % en Norvège. La croissance est cependant exponentielle. Au niveau européen, 150.000 véhicules électriques se sont écoulés l'an dernier, soit une hausse de près de 45 % en un an tandis qu'en France les ventes ont doublé en trois ans, confortant le pays comme le 2e marché européen.

EVtronic

Station de recharge ultra-rapide inaugurée le 21 décembre à Francfort (crédits : EVtronic).

"Tous les constructeurs s'y sont mis, y compris Ford et PSA-Peugeot-Citroën qui étaient les derniers réfractaires, ce qui permet de proposer des véhicules électriques sur tous les segments de marché et types de modèle", observe Emmanuel Ourry, qui estime que d'ici trois ans, les véhicules électriques proposeront 450 à 500 km d'autonomie pour le même prix qu'un véhicule thermique. "Plus largement, la technologie permet de gagner 15 % d'autonomie en plus chaque année pour un prix, un poids et un encombrement inchangés", promet Emmanuel Ourry qui prévoit que la voiture électrique deviendra majoritaire dans les ventes de véhicules neufs en France d'ici 10 ans.

Mais sans attendre ces perspectives encourageantes, les carnets de commande d'EVtronic sont déjà pleins alors même que la société girondine fait figure de Petit Poucet face à ses deux concurrents en Europe sur le segment de la recharge ultra-rapide : le Suisse ABB et le Portugais Efacec. L'installation d'un millier de stations de charge ultra-rapide est déjà programmée dans toute l'Union européenne et EVtronic ambitionne de décrocher un tiers de parts de marché.

Dépasser les 10 M€ de chiffre d'affaires en 2018

Pour répondre à cette demande croissante, EVtronic a déjà doublé de taille l'an dernier, passant de 20 à 40 salariés, et prévoit de multiplier à nouveau ses effectifs par deux en 2018. 40 recrutements sont donc prévus dans les mois qui viennent sur tous les métiers de l'entreprise : techniciens et techniciens méthode, commerciaux sédentaires et mobiles, logisticiens, ingénieurs de R&D et fonctions supports. A terme, Emmanuel Ourry évoque "un objectif de 150 à 160 salariés en 2020" et a déjà trouvé sa phrase d'accroche pour convaincre les candidats : "Si vous voulez changer le monde grâce à la mobilité sans carbone, c'est chez nous que ça se passe !".

Et le chiffre d'affaires d'EVtronic suit pour l'instant cette forte progression : de 4 M€ en 2016, il a doublé à 8 M€ en 2017. "Notre objectif est de passer la barre symbolique des 10 M€ dès l'exercice 2018", précise le directeur général. Ce chiffre d'affaires se ventile entre les acteurs publics, dont les collectivités locales via notamment l'UGAP (Union des groupements d'achats publics), et les opérateurs privés européens tels que Ionity (Allemagne), Allego (Pays-Bas), E-On (Allemagne) ou Sodetrel, filiale d'EDF.

Développer des réseaux d'énergie intelligents

Parallèlement, l'entreprise poursuit ses travaux de R&D pour produire des bornes de recharge toujours plus rapide et pour développer des réseaux intelligents en termes de capacité de stockage de l'électricité, comme l'explique Emmanuel Ourry :

"La difficulté qui est devant nous n'est pas notre capacité à produire de l'électricité mais à la stocker et à la diffuser partout. Le véhicule électrique doit être un morceau de la solution globale. Nous travaillons donc sur des batteries réversibles et des chargeurs intelligents qui doivent permettre, quand c'est nécessaire, de soulager le réseau en l'alimentant plutôt qu'en consommant et en programmant la charge des batteries aux heures creuses. L'objectif est d'amortir les pics de consommation du réseau et de stocker l'énergie, notamment renouvelable, au plus près des usages. Toutes ces technologies seront mûres d'ici à cinq à dix ans."

Des problématiques qui rejoignent directement celles de l'expérimentation d'autoconsommation collective d'énergie solaire lancée fin 2017 à Belcier par Enedis et Gironde Habitat.

///////////////////////

Le véhicule électrique en chiffres

  • 750.000 unités ont été vendues dans le monde en 2016, dont plus de la moitié en Chine ;
  • D'ici à 2020, entre 9 et 20 millions de véhicules électriques sont attendus sur les routes mondiales ;
  • Le nombre d'infrastructures de recharge a augmenté de 72 % en 2016 au niveau mondial ;
  • En France, 31.000 véhicules électriques ont été immatriculés en 2017 (contre 15.000 en 2014) soit environ 1,2 % de parts de marché contre 0,9 % au niveau européen. La France est le 2e marché d'Europe derrière la Norvège.
  • Plus de 500.000 véhicules 100 % électriques circulent actuellement sur les routes européennes (dont 150.000 nouvelles immatriculations en 2017).

Sources : Association nationale pour le développement de la mobilité électrique et International energy agency

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :