Le Girondin Innoveox débarque à Nankin

 |   |  358  mots
En plus de l'air, le gouvernement chinois doit s'occuper de la dépollution de l'eau.
En plus de l'air, le gouvernement chinois doit s'occuper de la dépollution de l'eau. (Crédits : © China Stringer Network / Reut)
Innoveox vient de signer un nouveau contrat de partenariat avec un acteur chinois majeur dans l’industrie pétrolière. Un virage probablement dans l’histoire de la startup.

La société Innoveox, à Paris, cotée en Bourse, qui a son centre de recherche et développement et l'essentiel de ses salariés en Gironde (33 salariés), à Mérignac, et dont la première unité opérationnelle a été installée en Aquitaine, à Lacq, annonce la signature d'un partenariat de développement commercial avec Nanjing Benesource Environment Engineering Co. (NBS), à Nankin, filiale du groupe d'Etat China National Offshore Oil Company (CNOOC).

Innoveox détient la licence exclusive sur le brevet d'oxydation hydrothermale en milieu super critique (OHTS) à énergie positive, développé à Bordeaux, qui permet de transformer les déchets organiques liquides (peintures, solvants, etc.) en eau propre (non potable) et énergie. Et c'est bien ce qui intéresse NBS, filiale de CNOOC, troisième opérateur pétrolier en Chine (31 Md€ de CA en 2014), dédiée à la sécurité et à la protection de l'environnement. L'OHTS à énergie positive, qui s'appuie sur un dispositif de traitement léger et transportable, est parfaitement opérationnelle dans les secteurs du pétrole, de la pétrochimie et du raffinage.

Des ressources dégradées

La République Populaire de Chine (RPC) est de plus en plus sensibilisée aux questions environnementales et NBS est, comme le souligne Innoveox, "à la recherche de technologies de rupture pour un traitement propre et/ou un recyclage des déchets industriels pétroliers, aux côtés de partenaires financiers de premier plan, comme Fosun ou FPI (Pacific Investment HK)". La startup présidée par Jean-Christophe Lépine relève également que la RPC est d'autant plus sensibilisée à la pollution qu'en plus de très forts taux de particules fines dans l'air, "les ressources hydrauliques de ce pays ont été largement dégradées par le déversement de 75 milliards de tonnes d'eau polluée et par divers déchets toxiques".
Avec sa technologie, qui garantit une destruction des polluants supérieure à 99,9 %, l'absence de la production de gaz dangereux et la possibilité de récupérer la totalité de l'eau et des métaux contenus dans les déchets liquides toxiques, Innoveox a convaincu sans trop de peine les dirigeants chinois de NBS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :