Véhicules autonomes : de la fiction à la réalité

 |   |  939  mots
C'est en remportant l'appel à projets Link in city lancé par le Conseil régional d'Aquitaine que les ingénieurs du groupe Akka Technologies sont parvenus à mettre au point ce véhicule.
C'est en remportant l'appel à projets "Link in city" lancé par le Conseil régional d'Aquitaine que les ingénieurs du groupe Akka Technologies sont parvenus à mettre au point ce véhicule. (Crédits : Appa)
A l’approche du congrès ITS (Intelligent transports systems) qui se tiendra à Bordeaux du 5 au 9 octobre 2015, une série de tests de voitures autonomes ont été effectués cette semaine au Parc des expositions de Bordeaux-Lac.

Et si la fiction devenait réalité ? Les voitures autonomes aux allures futuristes pourraient-elles faire partie intégrante du quotidien des Français ? Se rendre d'un point A à un point B sans avoir le contrôle du véhicule pourrait bien bouleverser les modes de vie... C'est en tout cas ce que tentent de concrétiser Akka Technologies et Vedecom qui espèrent démocratiser la pratique d'ici à 2020.

Akka et son véhicule qui sait tout faire

A l'heure où l'usage du téléphone mobile en conduite est formellement interdit et puni par la loi, le groupe Akka dépasse la législation et concilie véhicule et application mobile avec son modèle Link in city réalisé en partenariat avec l'Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique), le Conseil régional d'Aquitaine ainsi que les sociétés Cogniteev et Helileo.

Ce véhicule fonctionnant à l'aide de trois batteries (dont une sécuritaire et une autre pour la propulsion) et de capteurs latéraux, avant et arrière, permet aux passagers de retourner les sièges pour discuter en face-à-face ainsi que de regarder sur un écran les différents points d'intérêt (restaurants, cinémas, stade...) identifiés par ce bijou noir et blanc.

Akka sièges avant retournés

Claudia Lo Presti, membre de l'équipe d'Akka, assise sur un siège avant du véhicule en face des passagers arrière.

Grâce aux capteurs, la voiture est capable de se reconnaître dans l'environnement et peut circuler par elle-même. En utilisant les informations du trafic en temps réel, le véhicule est en mesure de comprendre la signalisation et de réagir correctement en cas d'obstacles.

Une voiture qui connaît ses passagers

Le groupe Akka ne s'arrête pas au caractère autonome du véhicule qui circule sans le contrôle de l'Homme. Une application mobile a en effet été conçue afin d'identifier à l'aide d'une série de questions les profils des passagers qui montent à bord du véhicule. En collectant ces informations, la voiture connaît ainsi ses passagers "de A à Z" en passant par leur âge, le caractère de leurs déplacements (professionnels ou touristiques) ainsi que leurs centres d'intérêt. Voilà de quoi poser certaines questions d'ordre éthique ou moral  si on songe au big data...

"Une mobilité totalement repensée"

Réduire les embouteillages pour une circulation plus fluide, tel est l'un des objectifs à atteindre grâce aux voitures autonomes connectés.

"Sur des véhicules connectés, on est capable d'éviter les embouteillages, les heures de pointe. La voiture choisit ses parcours en fonction de l'affluence", explique l'un des ingénieurs d'Akka Technologies.

Akka et Vedecom ... concurrents de la Google car ?

Ce n'est pas tout. Lorsque Link in city se gare, plus besoin de la brancher, le véhicule se recharge automatiquement. Mais Akka Technologies n'est pas le seul groupe européen à concurrencer la Google car qui est en test aux États-Unis. L'institut de transition énergétique Vedecom, partage les mêmes ambitions.

Électrification des véhicules, écosystèmes de mobilité et voiture autonome connectée, tels sont les trois thèmes sur lesquels les 40 membres industriels et académiques (dont PSA et Renault) de Vedecom travaillent depuis la création de l'institut en février 2014.

L'équipe de Vedecom s'est rendue au Parc des expositions avec une Renault Zoé pour effectuer les tests cette semaine. Pour le congrès ITS, l'équipe présentera un autre véhicule qui fusionnera les différentes technologies utilisées sur différents prototypes et qui pourra circuler sur route ouverte à Bordeaux.

"C'est quasiment la première fois qu'un véhicule va rouler sur route ouverte avec un haut niveau de délégation de conduite. On fera un tour du lac, on passera dans la ville en se connectant aux feux, en gérant la circulation, le tram et tous les autres usagers de la route", confie Frédéric Mathis, directeur de programmation des véhicules.

A tout moment, le conducteur peut conduire ou passer en mode automatique. Lorsque la voiture devient autonome, les passagers ont accès à davantage de services tels que les appels en visio-conférence et la navigation sur Internet, en toute sécurité.

"En mode automatique, la voiture sera capable de se connecter aux feux, aux tramways et de s'adapter aux différents obstacles potentiels. Si le conducteur se situe dans des embouteillages, il pourra passer le relai au véhicule", explique Anne-Charlotte Nicoud, responsable démonstrateurs.

Vers une démocratisation du concept d'ici à 2020 ?

Difficile d'imaginer que d'ici cinq ans, ces véhicules puissent être accessibles en termes de prix. "Il va falloir qu'il y ait une élite qui commence à entrer dans le milieu pour pouvoir démocratiser ces véhicules à grande échelle. La difficulté du monde automobile, c'est qu'il faut penser des choses très innovantes avec toujours une notion de coût derrière", explique l'un des ingénieurs d'Akka Technologies.

Mais Akka et Vedecom ont chacun l'idée d'avoir recours, dans les années à venir, à un minimum de capteurs afin de réduire les prix de ces voitures futuristes.

"L'idée c'est  d'utiliser des capteurs qui sont aujourd'hui pratiquement en série chez les constructeurs pour faire des aides à la conduite, et fusionner tous ces capteurs et de faire de la redondance pour faire un véhicule autonome pour aller chercher des prix qui sont tout de même du monde automobile. Moins il y a de capteurs, moins c'est cher", explique Frédéric Mathis, directeur de programmation des véhicules chez Vedecom.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :