Finances : un compte administratif normal pour la Nouvelle-Aquitaine

 |   |  718  mots
Alain Rousset, président de Région et Andréa Brouille, vice-présidente déléguée aux finances et au budget.
Alain Rousset, président de Région et Andréa Brouille, vice-présidente déléguée aux finances et au budget. (Crédits : HL)
Finances, transports, culture, transition énergétique… La troisième séance plénière régionale de l’année a débuté ce matin. Le point sur les grands dossiers de la Nouvelle-Aquitaine qui présente un compte administratif 2016 "normal", le premier depuis la fusion des 3 anciennes régions.

C'est un motif de satisfaction pour la Région Nouvelle-Aquitaine : le compte administratif 2016, le premier depuis la fusion entre les trois anciennes régions, a été globalement réalisé à hauteur de 90 %.

"C'est un taux relativement élevé en considérant le vote tardif du budget primitif 2016 et plus généralement les conditions difficiles de reprise des paiements en début d'année dans un environnement technique et organisationnel en pleine mutation", déclare Andréa Brouille, désignée vice-présidente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine déléguée aux finances et au budget.

Ainsi, sur une prévision de 2,8 milliards d'euros, 2,5 ont été payés, dont 1,6 en fonctionnement, et 928 millions en investissement.

"Conformément à sa stratégie, et dans un contexte de diminution des dotations de l'Etat, la Région consacre une part significative à l'investissement qui représente 36,6 % du budget global. La section d'investissement a été exécutée à 89 %", précise Andréa Brouille.

L'encours de la dette au 31 décembre 2016 a été porté à 1,825 milliard d'euros avec une capacité de désendettement de 4,8 années, contre 4 en 2015 pour les 3 régions, soit un niveau inférieur à la moyenne nationale des régions (5 années).

L'ensemble de l'exécution du budget 2016 en recettes et en dépenses a permis de dégager un excédent net de 57 millions d'euros qu'il est proposé de reprendre au budget supplémentaire 2017 dont le vote est également prévu à l'occasion de cette troisième séance plénière de l'année.

La formation

Si la question des finances sera largement abordée, la formation sera également au menu avec l'élaboration d'un contrat de plan régional de développement de l'orientation et de la formation professionnelle. 4 défis sont à relever pour la Nouvelle-Aquitaine : l'accès à la formation et à l'emploi, la qualification, l'équité territoriale, l'anticipation des métiers et des compétences.

En 2016, 120.000 personnes ont été formées par la Région : 36.000 apprentis, 54.000 stagiaires de la formation professionnelle continue, 15.000 professionnels du sanitaire et sociale. 22.000 entreprises ont été accompagnées par la Région dans leur démarche de recrutement et de suivi d'apprentis. Enfin, 3.000 entreprises ont été accompagnées dans le cadre du plan de formation de leurs salariés.

Alain Rousset note à ce sujet que le nombre d'apprentis augmente en Nouvelle-Aquitaine avec 134.000 nouvelles formations à la rentrée. L'âge d'entrée a par ailleurs été relevé à 30 ans.

Le président de Région en profite également pour demander une petite révolution aux lycées professionnels.

"Alors que la Nouvelle-Aquitaine investit massivement pour moderniser les équipements de ces lycées, il serait bon de mettre les plateaux techniques de ces établissements à la disposition des PME locales. L'idée est d'avancer sur l'usine du futur dans le lycée du futur."

7 M€ d'aide pour le permis

La Région souhaite également favoriser l'égalité des chances d'accès à l'emploi en proposant une aide régionale au financement du permis de conduire B pour les jeunes les plus précaires qui s'engagent vers une insertion professionnelle. Elle a d'ores et déjà mis en place une aide financière de 600 euros attribuée sous conditions. Une délibération propose aujourd'hui une modification du règlement d'intervention afin de permettre une montée en charge du dispositif. Ainsi, un budget de 7 millions d'euros est alloué en 2017.

Les transports scolaires, compétence de la région en septembre

Autre gros dossier, celui concernant les transports scolaires qui deviendront officiellement une compétence des régions et non plus des départements dès septembre prochain dans le cadre de la loi NOTRe. La Région Nouvelle-Aquitaine assure qu'elle continuera la continuité des services à la rentrée. "Il n'y aura donc aucun changement en septembre."

Agriculture bio : un pacte pour les 3 ans à venir

Enfin, en matière d'agriculture, la Région Nouvelle-Aquitaine se fixe l'objectif d'atteindre à l'horizon 2020, 70.000 hectares supplémentaires en conversion soit près de 260.000 hectares consacrés à l'agriculture biologique dans une perspective d'aboutir à 10 % de la surface agricole utile régionale. Objectif : atteindre 20 % de produits issus de l'agriculture biologique dans les cantines des lycées en 2020.

Dans le domaine de l'agriculture biologique, la Nouvelle-Aquitaine occupe la troisième marche du podium des régions de France que ce soit en surface, en nombre d'exploitations ou en opérateurs de l'aval.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :