La biotech OP2 Drugs lève 3,5 M€ pour lutter contre l'infarctus du myocarde

 |   |  250  mots
OP2 Drugs a des liens très étroits avec l'IHU Liryc, un des principaux centres de recherche en cardiologie d'Europe
OP2 Drugs a des liens très étroits avec l'IHU Liryc, un des principaux centres de recherche en cardiologie d'Europe (Crédits : DR)
Née en 2015, la discrète société de biotechnologies OP2 Drugs annonce avoir bouclé une levée de 3,5 M€. La jeune entreprise, installée à Pessac près de Bordeaux, est positionnée sur le marché de la cardioprotection et lutte notamment contre l'infarctus du myocarde.

"Avec près de 120.000 cas chaque année en France, dont 20.000 décès, l'infarctus du myocarde reste encore et toujours un enjeu majeur de santé publique. OP2 Drugs l'aborde par une approche thérapeutique innovante, à même d'améliorer radicalement la vie des malades", explique Nicolas Pineau, directeur des opérations de la startup.

Installée au sein de la plateforme technologique d'innovation biomédicale de l'hôpital Xavier Arnozan à Pessac, tout près de Bordeaux, OP2 Drugs travaille sur la cardioprotection et la neuroprotection. Elle cherche plus particulièrement à confirmer le potentiel thérapeutique de la molécule OP2113. Elle a su nouer un partenariat scientifique exclusif avec l'Institut hospitalo-universitaire Liryc à Bordeaux, un des principaux centres de recherche en cardiologie d'Europe. La startup est dirigée par Frédéric Marin, ancien de la biotech française GMP-Orphan.

OP2 Drugs signale que les premiers tests menés depuis 2016 chez l'animal sont "très encourageants". Pour soutenir son développement et ses efforts en R&D, un tour de table de 3,5 M€ vient d'être bouclé. Il associe Golda Darty Partners, Aquiti Gestion, ses fondateurs et est complété sur des aides financières de Bpifrance et du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. La biotech ambitionne de finaliser la phase d'études pré-cliniques d'ici le début de l'année 2019 avant d'engager une phase de tests cliniques chez l'humain,et espère conclure par un premier dépôt d'autorisation de mise sur le marché (AMM) d'ici 2022.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :