L’IHU de Bordeaux branché sur l’électricité du cœur

 |   |  686  mots
Le tout nouveau bâtiment où ont emménagé les équipes de l'IHU Liryc, dans le domaine de l'hôpital Xavier Arnozan.
Le tout nouveau bâtiment où ont emménagé les équipes de l'IHU Liryc, dans le domaine de l'hôpital Xavier Arnozan. (Crédits : DR)
Vendredi 4 novembre, Louis Schweitzer, le Commissaire général à l’investissement, était en Gironde pour piloter à la préfecture le comité de suivi sur les Investissements d’avenir mais aussi inaugurer l’Institut hospitalier universitaire (IHU) Liryc.

Cet institut de recherche, de soins, de formation et d'innovation centré sur les pathologies cardiaques électriques, installé dans le périmètre de l'hôpital Xavier Arnozan, à Pessac (Bordeaux Métropole), a d'ores et déjà pris une carrure internationale. Il a été classé comme Initiative d'excellence (Idex) dans le cadre du Programme investissements d'avenir (PIA), lui-même lancé en 2010 à la suite du rapport "Investir pour l'avenir, priorités stratégiques d'investissement et d'emprunt national" cosigné en 2009 par l'UMP Alain Juppé, maire de Bordeaux, et le socialiste Michel Rocard.

Que l'un des pères du PIA soit maire de Bordeaux ne pouvait pas nuire au campus bordelais, dont trois universités sur quatre étaient entrées en fusion pour aboutir à la création de l'Université de Bordeaux, comme recommandé par le gouvernement. C'est ainsi que le tout nouvel IHU Liryc, un équipement de pointe sans équivalent dans le monde, a été retenu au titre des Initiatives d'excellence (Idex) présentées par l'Université de Bordeaux dans le cadre du PIA.

Reconnaissance compliquée

"L'Université de Bordeaux est l'une des trois en France où les Idex ont été confirmées, avec celles d'Aix-Marseille et de Strasbourg. Les liens université-industrie, recherche publique et privée sont au cœur de la démarche du PIA. La Satt (société d'accélération du transfert de technologie) va de son côté bientôt rejoindre l'Incubateur régional. Il y a aussi les Equipex (équipement d'excellence) de La Rochelle, centré sur la recherche dans l'efficacité énergétique, et de Limoges, consacré aux objets connectés et aux nanotechnologies", éclaire Louis Schweitzer pour La Tribune.

Une trentaine de représentants du monde universitaire et de la recherche de toute la Nouvelle-Aquitaine, dont le président de l'Université de Bordeaux, Manuel Tunon de Lara, et de laboratoires de recherche ont ainsi participé à la réunion de travail avec le Commissaire général et le préfet de Région, Pierre Dartout. Louis Schweitzer a passé une partie de l'après-midi dans les nouveaux locaux de l'IHU Liryc, en compagnie du maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole, Alain Juppé, et du socialiste Alain Rousset, député de la Gironde et président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. Présent à la résidence préfectorale en fin de matinée, Alain Rousset ne s'est pas privé de refaire le match de cette reconnaissance de l'IHU de Bordeaux en tant qu'Idex, histoire de souligner qu'elle n'avait pas été aussi évidente que l'on aurait pu croire.

L'IHU de Bordeaux à l'international

"Le prédécesseur de Louis Schweitzer aux Investissements d'avenir ne voulait pas en entendre parler. Il avait dit « non c'est pas bon, trouvez une autre voie ». Nous nous sommes battus et la Région Aquitaine a investi 12 M€, et puis l'impact des personnalités à la tête de ce projet et des enjeux de la recherche sur la mort subite de l'adulte, dans une démarche visant à soigner et prévenir, ont fini par emporter la décision", rejoue le président sans être démenti par Louis Schweitzer.

L'IHU de Bordeaux est l'un des six IHU créés en France. Ils doivent rayonner à l'international et ont été collectivement dotés de 850 M€ à leur création. Dirigé par le professeur Michel Haïssaguerre, le Liryc travaille sur les pannes électriques du cœur, qui entrainent la mort dans de très brefs délais. En plus d'être un muscle, le cœur est un organe électrique. Une caractéristique cruciale mal connue jusqu'à présent qui va faire l'objet d'un important programme de recherche international.

Et c'est précisément l'IHU de Bordeaux qui vient d'obtenir la coordination transatlantique de ce réseau qui relie six partenaires académiques d'Europe, Nouvelle-Zélande et Etats-Unis. Ce qui a valu à l'IHU de Bordeaux un financement de 6 M$ qui lui a été octroyé par la Fondation Leducq. La Région a été dotée de 2 Md€ dans le cadre du PIA. La troisième tranche du PIA devrait être votée par les députés d'ici l'an prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :