Dirigeables : Flying Whales choisit la Nouvelle-Aquitaine pour implanter sa ligne d’assemblage

 |   |  594  mots
Conçu originellement pour répondre aux besoins de l'ONF pour l'extraction de bois en zone difficile d'accès, le LCA60T a vocation à apporter des réponses aux problèmes de logistique et d'enclavement à travers le monde.
Conçu originellement pour répondre aux besoins de l'ONF pour l'extraction de bois en zone difficile d'accès, le LCA60T a vocation à apporter des réponses aux problèmes de logistique et d'enclavement à travers le monde. (Crédits : Flying Whales)
Déjà actionnaire stratégique de la société Flying Whales, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine devient un partenaire crucial dans le développement industriel de dirigeables destinés au transport de charges lourdes. L’entreprise basée en région parisienne a annoncé ce mercredi 19 juin, sur le Salon du Bourget, l'implantation de sa première ligne d’assemblage en Nouvelle-Aquitaine. Reste à définir un site. Ce sera fait dans les prochaines semaines. La création de 200 à 300 emplois directs à terme est d’ores et déjà annoncée. Premier vol prévu fin 2022.

"C'est un partenariat qui est devenu une évidence", assure Sébastien Bougon, président de Flying Whales. L'entreprise basé à Suresnes (92) a annoncé ce mercredi 19 juin, sur le Salon du Bourget, l'implantation en région Nouvelle-Aquitaine de sa première ligne d'assemblage de dirigeables destinés au transport de charges lourdes (LCA60T). Aucun lieu n'est à ce stade dévoilé.

"Deux sites sont encore à l'étude. Le choix se fera dans les semaines qui viennent. Le site devra répondre à tous nos besoins, en matière de superficie notamment. Le bâtiment fera en moyenne 200 mètres de longueur, 60 m de hauteurs et 80 m de largeur", précise Romain Schalke, marketing manager pour Flying Whales.

"Le Libournais défendra sa candidature pour accueillir, sur près de 70 ha, ce projet sur son territoire en bordure de l'aérodrome des Artigues-de-Lussac", a d'ores et déjà réagi le maire de Libourne, Philippe Buisson.

Au-delà d'annoncer des dimensions immenses, l'entreprise prévoit également un design avant-gardiste et un process d'assemblage révolutionnaire. "Il s'agira d'une usine unique en son genre qui fera naître la première génération de dirigeables français destinés au transport de charges lourdes."

Flying Whales

De gauche à droite : Stéphane Bougon, président de Flying Whales, et Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine.

Le LCA60T, pour quoi ?

Le dirigeable sera doté d'une capacité d'emport de 60 tonnes. Conçu originellement pour répondre aux besoins de l'Office National des Forêts (ONF) pour l'extraction de bois en zone difficile d'accès, il a vocation à apporter des réponses aux nombreux problèmes de logistique et d'enclavement à travers le monde. "Cette solution permettra, à bas coûts, de s'affranchir de toutes contraintes au sol pour le transport de point à point de charges lourdes ou volumineuses avec une faible empreinte environnementale", promet la société.

Ce projet a nécessité du temps, cinq ans d'ingénierie, et un travail d'équipe, avec un consortium de plus de 30 entreprises et labos de l'industrie aéronautique, dont 5 partenaires majeurs  : Onera, Epsilon Composite, Zodiac Aerospace, REEL et Tecalemit Aerospace. Deux d'entre eux sont implantés en Nouvelle-Aquitaine : Epsilon Composite pour la structure (Gaillan-en-Médoc - Gironde) et REEL pour le système de levage de charge (La Rochelle - Charente-Maritime). Le président de Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, a d'ailleurs montré son soutien à ces deux partenaires techniques.

La Région engagée depuis 2017

Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui accompagne Flying Whales depuis sa première levée de fonds en 2017, est devenu un actionnaire stratégique de Flying Whales. Il est désormais un partenaire crucial dans le développement industriel de ce programme aéronautique de grande échelle. "L'intérêt pour les développements technologiques et la vision industrielle sont clairement dans l'ADN du Conseil régional. L'industrie française a un très bel avenir avec des partenaires de ce calibre", insiste Sébastien Bougon qui précise que d'autres régions françaises ont fait des propositions. Mais "la Région Nouvelle-Aquitaine a su monter la meilleure proposition tant sur le plan technique, que social, environnemental ou financier."

Aucun montant n'a toutefois été dévoilé. En revanche, en matière d'emplois dans un communiqué commun, la Région et Flying Whales précisent que "la création d'une nouvelle filière aéronautique impliquera la création de nombreux postes, de 200 à 300 emplois directs à terme, en région Nouvelle-Aquitaine et développera des formations pour subvenir aux besoins de ce secteur." L'entreprise compte organiser le premier vol fin 2022.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :