Mobilité et stationnement : on n'arrête pas d'innover

 |   |  353  mots
La table ronde consacrée à la mobilité lors du colloque organisé par la Banque des Territoires à Bordeaux, dans les locaux de la CCI
La table ronde consacrée à la mobilité lors du colloque organisé par la Banque des Territoires à Bordeaux, dans les locaux de la CCI (Crédits : Agence Appa)
L'innovation est le maître mot dans le domaine de la mobilité et du stationnement dans les villes moyennes. De nombreuses solutions nouvelles émergent pour une mobilité intelligente. A moyen terme, on va abandonner la voiture personnelle pour le véhicule partagé.

Le partage d'expériences qu'a mis en lumière le colloque organisé à Bordeaux la semaine dernière par la Banque des Territoires (groupe Caisse des dépôts) en partenariat avec La Tribune, revisitant les enjeux liés à la ville intelligente, montre l'évidence : nous vivons une période de forte mutation de la mobilité et du stationnement dans les villes moyennes. Et ce n'est qu'un début. La Rochelle est pionnière en la matière, avec ses vélos en libre-service depuis les années 70. Elle a été la première à proposer une flotte de véhicules électriques, ou encore à tester une navette autonome, qui a transporté 15.000 passagers sur un trajet dédié de 3 km, à 8 km/h. "En testant des matériels nouveaux avec de bonnes conditions de sécurité, on sensibilise les citoyens, et nous voyons qu'ils ont une vraie appétence", constate Brigitte Desveaux, vice-présidente Transports et mobilités de la communauté d'agglomération de La Rochelle. L'agglo veut désormais mieux communiquer auprès des voyageurs dès qu'ils préparent leur venue à La Rochelle pour qu'ils n'y viennent pas en voiture.

Mulhouse-Alsace-Agglomération a lancé une appli "Compte mobilité", qui donne accès à toutes les mobilités existantes en temps réel : autopartage, parkings, vélos en location, tram et bus. Lancé il y a deux mois, l'application compte 1.500 téléchargements et a généré 80% de nouveaux participants pour le service vélo ou pour l'auto-partage. "L'usager n'est plus prisonnier d'un mode de transports : nous lui offrons toutes les solutions possibles", résume Denis Rambaud, vice-président transports et mobilités de l'agglomération.

Oriane Vales, consultante mobilité et stationnement de la SCET, suggère à terme de forfaitiser les services de mobilité et de stationnement, comme pour l'usage des smartphones.

Florence Ghiron, vice-présidente de Digital Aquitaine, représentante du cluster TOPOS, annonce la sortie la semaine prochaine d'un catalogue de 186 propositions pour les collectivités locales, pour placer la Nouvelle-Aquitaine à l'avant-garde de la mobilité. Pour elle, "à moyen terme on va abandonner la voiture personnelle, et de plus en plus passer en mode partagé".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :