2019, année de l’export pour EMS Proto qui investit 4 M€ en France

 |   |  520  mots
L'usine du futur d'EMS Proto en Gironde.
L'usine du futur d'EMS Proto en Gironde. (Crédits : EMS Proto)
Elle fait partie des lauréats du Pass French Tech 2018 dans la catégorie croissance du chiffre d’affaires. EMS Proto, spécialiste de la fabrication de petites séries de cartes électroniques, investit pour doubler sa capacité de production en France. Elle annonce la construction d’une nouvelle usine à Martillac et la création de filiales à l’étranger dès 2019. Tous les voyants sont au vert pour la société girondine fondée en juillet 2015.

"On sera le petit canard de Martillac au milieu des très grands", déclare Pierre-Yves Sempere, l'un des cofondateurs de la société girondine EMS Proto, fabricant de cartes électroniques uniquement en petites séries, qui va participer pour la deuxième fois, cette année du 13 au 16 novembre, au salon Electronica de Munich. Un salon professionnel qui présente depuis 50 ans les innovations du secteur électronique. "Nous avons une nouvelle fois été sélectionnés pour y exposer. C'est une vraie reconnaissance et cela va nous permettre de gagner en crédibilité. C'est une belle opportunité aussi dans la mesure où 2019 sera pour nous l'année de l'export." L'export représente 11% de l'activité d'EMS Proto. Objectif, atteindre les 25 %.

"Nous visons l'Europe, notamment l'Allemagne, l'Angleterre, l'Italie où le besoin est le même qu'en France. Nous avons des représentants à l'étranger mais notre stratégie consiste à construire des filiales, au moins trois. 2019 sera peut-être aussi marquée par une opération de croissance externe", annonce Pierre-Yves Sempere.

Une nouvelle usine en 2019

En attendant, en France, le spécialiste de l'assemblage de cartes électroniques sur mesure investit tous azimuts. "Une nouvelle ligne de production sera mise en place courant décembre, ce qui va nous permettre de doubler notre capacité de production. Passer donc de plus de 2.000 cartes électroniques fabriquées chaque mois à plus de 4.000."

D'où, aussi, l'annonce de la construction d'une nouvelle usine, toujours à Martillac, l'année prochaine.

"Le permis a été accordé, le premier coup de pelleteuse sera donné début décembre. Une fois le chantier terminé, nous disposerons de 4 lignes de production", explique Pierre-Yves Sempere.

En tout, ce sont près de 4 M qui auront été investis en quelques mois. "La demande est exponentielle", reconnait Pierre-Yves Sempere.

"Nous avons 317 clients. Chaque mois est un nouveau record en terme de chiffre d'affaires, avec une croissance au minimum de 30 %. En 2017, nous étions à 1 M€ de chiffre d'affaires. On va faire près d'1,6 M€ en 2018."

Le contrôle, 30 % du coût de la ligne

Les clés du succès ? "Nous avons développé une plateforme Internet qui permet à nos clients de chiffrer le coût de réalisation d'une carte électronique en une dizaine de minutes. Cette plateforme répond aux besoins des ingénieurs en électronique qui font appel à nous. Le suivi est, par ailleurs, assuré par des électroniciens et non des opérateurs comme en Asie." Quant au contrôle qualité, pas d'impasse. Chaque carte électronique est contrôlée de façon automatique par rayons X et via des caméras (AOI). "Cela représente quasiment 30 % du coût de la ligne", explique Pierre-Yves Sempere qui précise qu'EMS Proto a fait le choix d'industrialiser son usine et d'en faire une usine du futur, automatisée.

EMS Proto, qui compte à ce jour 22 salariés, prévoit l'embauche de 13 personnes l'année prochaine en Gironde, des techniciens en électronique, des conducteurs de ligne CMS et des ingénieurs méthode. Pour la création de filiales en Europe, la société envisage des recrutements de natifs qui connaissent bien leur marché et leur pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :