Envoyer un gâteau basque dans l'espace, pour quoi faire ?

 |   |  519  mots
Le ballon gonflé à l'hélium emportera la pâtisserie dans la stratosphère avant d'éclater. Le dispositif redescendra doucement au moyen d'un parachute et devrait atterrir dans une zone de 150 km2 autour d'Anglet
Le ballon gonflé à l'hélium emportera la pâtisserie dans la stratosphère avant d'éclater. Le dispositif redescendra doucement au moyen d'un parachute et devrait atterrir dans une zone de 150 km2 autour d'Anglet (Crédits : Pablo Ordas)
Le coup de com' est assumé. Le 24 octobre prochain en début d'après-midi, un gâteau basque traditionnel décollera d'un centre commercial d'Anglet et sera envoyé dans la stratosphère qu'il rejoindra à l'issue d'un voyage long de deux heures. L'opération a vocation à attirer l'attention sur les capacités d'innovation du Pays basque, qui se dit "coincé entre Bordeaux et ses start-ups et Toulouse et son industrie aéronautique".

Fièrement, les porteurs du projet annoncent que la divine pâtisserie - traditionnelle, tiennent-ils à préciser - sera "le premier gâteau basque à voyager dans l'espace". Point de doux farfelus derrière cette idée, mais une opération qui mélange coup de communication et projet de recherche. Ce dernier implique des étudiants et chercheurs de l'Estia, l'école d'ingénieurs de référence au Pays basque. Depuis le mois de juillet, une équipe technique planche sur la conception de la capsule qui abritera le gâteau et sur les technologies embarquées nécessaires. Daniel Sourgen, ingénieur électronique passé par le laboratoire de météorologie dynamique de l'X et du CNRS, a supervisé le projet qui a nécessité 150 heures au sein d'un laboratoire de l'école réquisitionné pour l'occasion.

L'idée est sortie de l'imagination de Mathieu Rousset, cofondateur du collectif de communicants Le Labo, installé à la Technopole Izarbel à Bidart. D'autres partenaires locaux se sont associés au projet : l'association de promotion du gâteau basque Eguzkia, le centre commercial BAB2, la marque de prêt-à-porter 64...

150 heures en labo

"C'est un projet un peu fou mais, pour nous, il est riche de sens : on veut casser les idées reçues sur l'innovation au Pays Basque. Coincé entre Bordeaux et ses startups et Toulouse et son industrie aéronautique, le Pays basque doit certes être perçu comme un pays de tradition mais aussi comme un territoire d'innovation. Nous sommes à la pointe et aujourd'hui nous le revendiquons ! Non sans humour et autodérision", précise Mathieu Rousset, cofondateur du Labo.

Le coup de com', au double bénéfice de la célèbre pâtisserie et du territoire, se conjuge donc avec défi technique pour les étudiants de l'Estia. Ces dernières semaines, tests d'équilibrage de la structure, calcul de la trajectoire à partir des prévisions météo, intégration de l'enregistreur de données qui récupèrera les statistiques du vol... se sont déroulés. La nacelle de 3 kg qui emportera à 5 mètres par seconde le gâteau, deux caméras, deux trackers GPS, des batteries... sera reliée à un ballon-sonde gonflé à l'hélium, via un bras fixe. Découpe laser et pièces créées par impression 3D ont été nécessaires. A 35 kilomètres d'altitude, deux heures après le décollage, le ballon éclatera et le dispositif redescendra en étant freiné par un parachute.

Gâteau basque dans l'espace

Intégration des équipements embarqués (photo Pablo Ordas)

Le public pourra assister au décollage le 24 octobre à 14h depuis le parking du centre commercial BAB2 à Anglet. Les porteurs du projet, qui ont obtenu l'autorisation nécessaire de la Direction générale de l'aviation civile, auront pris contact 15 minutes avant avec la tour de contrôle de l'aéroport de Biarritz qui validera ou non la fenêtre de tir. Avis au chanceux où à la chanceuse qui verra atterrir le gâteau dans son jardin à l'issue de la descente : la pâtisserie aura vécu deux passages par - 60° et sera donc probablement peu comestible...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :