TBM va déployer des vélos électriques en libre service à Bordeaux

 |   |  639  mots
Les vélos électriques V3 seront de couleur bleue, pour les différencier du reste de la flotte
Les vélos électriques V3 seront de couleur bleue, pour les différencier du reste de la flotte (Crédits : Hélène Lerivrain)
Le V3 fait peau neuve. Bordeaux Métropole et Keolis Bordeaux Métropole ont annoncé, aujourd’hui, le déploiement de nouveaux vélos en libre service, plus légers et plus adaptés aux cyclistes de grande taille, mais surtout l’arrivée sur le réseau de 1.000 vélos à assistance électrique dès janvier 2019. Pour les bus électriques, il faudra encore attendre quelques années mais la réflexion est engagée.

Le vélo a le vent en poupe dans la métropole bordelaise, le V3 un petit peu moins. Le vélo en libre service a en effet enregistré une baisse de 14,8 % des emprunts au cours de 8 premiers mois de l'année. "La faute à la météo mais aussi surtout parce que les personnes font de plus en plus l'acquisition de leur propre vélo", explique Christophe Duprat, vice-président de Bordeaux Métropole en charge des transports.

C'est dans ce contexte que Bordeaux Métropole et Keolis Bordeaux Métropole ont annoncé aujourd'hui le début du déploiement de 300 nouveaux V3. "Des vélos classiques avec un nouveau design, mais surtout plus adaptés aux personnes de grande taille et plus légers", détaille Christophe Duprat.

Bientôt 50 % de V3 électriques

La grande nouveauté est en revanche attendue dès le mois de janvier.  Au cours du premier trimestre 2019, plus de 1.000 V3 deviendront des vélos à assistance électrique, soit plus de 50 % de la flotte. "Un vrai bénéfice pour ceux qui souhaitent, par exemple, rejoindre le centre de Bouliac en passant par la côte de l'Empereur, mais aussi pour ceux qui circulent entre les boulevards et la rocade", insiste Christophe Duprat.

D'un point de vue pratique, la batterie d'une autonomie de 10 km se rechargera en 1h30 via un boîtier fourni avec la batterie. Batterie qui sera louée pour 72 euros par an, soit 6 euros par mois. Les vélos à assistance électrique seront bleus. De quoi les différencier des vélos classiques oranges.

TBM

Hervé Lefèvre, DG de Keolis Bordeaux Métropole (à gauche) et Christophe Duprat, vice-président de Bordeaux Métropole en charge des transports (à droite) / photo Hélène Lerivrain.

Les bus électriques dans 5 à 10 ans

Viendront ensuite, mais dans un horizon plus lointain, les bus électriques. "Dans les 5 à 10 ans", déclare Hervé Lefèvre, directeur général de Keolis Bordeaux Métropole qui opère le réseau Transports Bordeaux Métropole.

"Ce n'est pas imminent dans la mesure où nous disposons d'un parc d'autobus majoritairement au gaz et déjà proche des critères de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, explique Christophe Duprat. En revanche, nous sommes conscients que la prochaine étape dans la transition énergétique de TBM passera par des véhicules de transports en commun sans émission de polluants et de gaz à effet de serre."

Première étape : une fois finie sa rénovation, le dépôt Lescure sera adapté pour accueillir 100 bus 100 % électrique. "Il faudra ensuite tester plusieurs marques de bus. Ce que je peux dire, c'est qu'à ce jour, aucune ligne n'est capable de fonctionner à l'électrique. L'autonomie n'est pas suffisante. L'électrique est un nouveau défi", assure Christophe Duprat.

En attendant, dans le cadre de la semaine de la mobilité, TBM propose aux habitants de Bordeaux Métropole de tester, jusqu'à vendredi, un autobus 100 % électrique sur un circuit de 6 km entre la place des Quiconces et la place Stalingrad.

Bus électrique

Le bus électrique est en test les 19, 20 et 21 septembre.

+10 % de croissance en 2018

De manière générale, le réseau TBM poursuit sa croissance. La fréquentation a augmenté de 10 % avec 104 millions de voyages enregistrés sur les 8 premiers mois de l'année. La hausse la plus importante concerne le réseau des bus avec +10,18 % soit 36 millions de voyages, mais le tram reste en tête avec 76 millions de voyages.

Quant à la nouvelle billettique, Christophe Duprat a pris les devant : "Nous avons décidé de faire un saut technologique, alors oui, nous avons du retard, 20 mois de retard précisément. Mais vous verrez quand les métropoles reproduiront ce qui aura été fait ici, en collaboration avec Thales..." Les tickets sans contact sont d'ores et déjà en vente sur le réseau.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2018 à 21:25 :
On parle plus du Pibal de Stark ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :