SoUse, le nouveau moteur de recherche de l'économie collaborative

 |   |  913  mots
(Crédits : DR)
SoUse est une nouvelle plateforme proposant de regrouper en un seul et même endroit différents acteurs de l'économie collaborative et circulaire, qu'ils œuvrent dans le logement, le transport, les services, les sorties. En moins d'un an d'activité, la startup basée à Niort et couvée par la Maif compte une soixantaine de partenaires dont certains bien connus du grand public : Blablacar, Gamping, Smiile, Travelerpark, Yescapa ou encore Zenpark.

L'idée est venue d'un constat : l'offre de l'économie participative est en progression mais tellement diffuse que l'utilisateur peut vite se perdre dans les méandres d'Internet. En 2015, Emmanuel Sorel, alors conseiller digital chez l'assureur Maif, a vu la possibilité de développer en intrapreunariat un programme d'intelligence artificielle pour rassembler toutes les économies participatives sur une seule et même plateforme. Son idée plait et une levée de fonds initiale est portée par le groupe à hauteur de 7 millions d'euros sur trois ans. Le projet peut commencer à voir le jour.

Une équipe de dix personnes est alors recrutée en plus des aides ponctuelles d'une dizaine d'agents de la Maif pour des moyens techniques et humains. En septembre 2016 la version bêta est en ligne ; la V1 et l'application sont lancées à partir de mars 2017. Le 15 décembre dernier, la nouvelle interface de recherche est lancée avec plusieurs points d'entrée : la plateforme internet, l'application mobile et la page Facebook de SoUse.

60 partenaires et 10 millions d'offres

Cette plateforme veut permettre à chaque utilisateur de trouver et d'échanger avec des particuliers dans toute la France mais aussi à l'étranger, car certains partenaires sont déjà installés à l'international. Vous pouvez ainsi prendre un repas chez l'habitant avec Vizeat, organiser une sortie culturelle menée par des guides locaux avec Gladtrotter ou encore trouver une baby-sitter à la dernière minute avec Stootie. Cet agglomérat de plateformes collaboratives répondent à une même envie : diffuser l'économie participative, collaborative et circulaire pour devenir un modèle économique rentable.

"En deux ans nous avons déjà sourcé 400 plateformes. Pour le moment 60 partenariats sont déjà intégrés dans notre plateforme et une quinzaine est en cours. Ils devraient arriver dans les semaines et mois à venir. Nous proposons déjà 10 millions d'offres à travers le monde", soutient Elodie Poudevigne, la chargée de communication de SoUse.

Certaines plateformes comme Airbnb n'ont pas été intégrée car "le choix a été fait de travailler avec des plateformes plus confidentielles qui ont besoin de SoUse pour exister et qui partagent les mêmes valeurs que nous". Avec 300 à 400 utilisateurs/jour en cette fin d'année 2017, avec "un fort taux de fidélisation", SoUse est confiant en son utilité pour le grand public.

Un modèle économique à court et moyen termes à consolider

La plateforme est gratuite pour les utilisateurs. Il faut donc une entrée d'argent par des partenariats extérieurs. SoUse propose donc deux formes de services facturés.

La première est la mise à disposition d'une API, une interface de programmation. Avec ses 10 millions d'offres, SoUse est en mesure de proposer à des structures existantes de diversifier leurs offres contenues sur leurs sites internet. Dans un futur proche, la startup commercialiserait l'accès à ses données, assure Elodie Poudevigne, auprès "de structures telles que les offices de tourisme, les comités départementaux de tourisme ou des Régions qui voudraient aussi promouvoir une offre alternative à l'offre classique que l'on peut retrouver aujourd'hui sur leurs sites".

Le second modèle économique est tourné vers la marque blanche. L'interface SoUse est transposable à des événements tels que des festivals ou des rassemblements qui durent plusieurs jours, et qui ont besoin de proposer des hébergements, des transports et pourquoi pas des services : "L'idée est de proposer une version de SoUse paramétrée et géolocalisée autour du territoire aux couleurs de l'événement."

Pour le moment SoUse vit sur les 7 millions d'euros levés grâce à la Maif sur une période de trois ans.

"Sur 2018, il faut absolument qu'on arrive à transformer l'essai. Mais tout a été accéléré par notre sélection au CES de Las Vegas. Notre roadmap a été quelque peu chamboulée. Nous sommes concentrés sur la préparation des présentations. La priorité a été le développement d'une version SoUse.com tournée vers l'international", précise Elodie Poudevigne.

Le CES de Las Vegas, un tremplin espéré

Le Consummer Electronic Show (à Las Vegas du 9 au 12 janvier 2018) est une des tremplins les plus attendus par les startups. "Toutes les jeunes pousses que nous avons interrogées et qui sont passées par cet événement nous ont dit que c'était un accélérateur de visibilité et de recherche de partenariat."

La version de SoUse présentée au CES de Las Vegas sera principalement tournée vers de la géolocalisation. Quelques partenaires de SoUse, tels que Travelerpark (location de véhicule entre particuliers et de parking) ou Vizeat (repas chez l'habitant), ont déjà des partenariats avec les Etats-Unis. "Il faut pouvoir faire des démonstrations qui parlent aux utilisateurs américains, comme avec l'agenda 2.0 Meetup qui permet à des particuliers de se donner rendez-vous autour d'une passion commune, une conférence, un musée ou encore un cours de cuisine par exemple." Et pourquoi ne pas rêver à de grands partenariats ?

"On ne sait jamais, peut-être qu'un jour Google indexera dans sa Google Map toutes les données de l'économie collaborative. Nous sommes convaincus d'avoir une place à jouer sur le recensement et la mise en commun des plateformes. Ce que nous avons mis un an et demi à mettre en place, nous pouvons le présenter à de grands acteurs qui auront accès à notre base", ajoute Elodie Poudevigne.

SoUse sera présente au CES de Las Vegas avec 39 autres jeunes pousses sélectionnées dans toute la Nouvelle-Aquitaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2018 à 2:21 :
Y a t il des tegroupements de differenys services par exeme regionale departementale ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :