LegalVision, en forte croissance, bouscule le secteur juridique depuis Bordeaux

 |   |  562  mots
Loïc Le Goas (à gauche) et Gonçalo Alves (à droite), deux des cofondateurs de la startup bordelaise LegalVision.
Loïc Le Goas (à gauche) et Gonçalo Alves (à droite), deux des cofondateurs de la startup bordelaise LegalVision. (Crédits : LegalVision)
La startup bordelaise LegalVision qui propose aux entreprises d’effectuer leurs opérations juridiques simples en ligne devrait finaliser une levée de fonds de 300.000 euros d’ici à fin mai. Elle compte plus de 500 clients et enregistre une croissance mensuelle de 30 %.

Créer son entreprise, transférer son siège social ou encore modifier l'objet de sa société. La startup LegalVision, créée en 2015 à Bordeaux, propose aux TPE et PME d'effectuer 35 opérations juridiques en ligne, "uniquement des actes simples et standards qui, cela dit, représentent 90% des opérations juridiques. Nous proposons une sorte de guichet unique des formalités", explique Loïc Le Goas, directeur général de LegalVision et l'un des trois cofondateurs.

Un secteur bousculé

"On bouleverse le secteur", reconnait-il.

"Depuis 40 ans, les opérations juridiques étaient le monopole des experts-comptables, avocats et notaires. Nous arrivons effectivement sur ce marché en proposant à nos clients de réaliser des démarches en ligne en 10 minutes aujourd'hui, en 3 clics demain avec l'intégration de la data publique. Par ailleurs, nos prix sont bas, 139 euros HT pour une création de société,  contre 1.000 habituellement. Un prix qu'il est possible de pratiquer dans la mesure où tout est automatisé. Certains professionnels se sentent attaqués tandis que d'autres comprennent ce que l'on fait, sachant que cela fait 15 ans que ce concept alternatif existe aux Etats-Unis", explique Loïc Le Goas.

Levée de fonds de 300.000 euros

LegalVision bouscule d'autant plus le secteur juridique qu'elle enregistre une croissance mensuelle de 30 % depuis septembre 2016. Elle compte à ce jour plus de 500 clients et pour faire face à une demande de plus en plus forte, LegalVision va ouvrir son capital aux investisseurs. La startup devrait finaliser une levée de fonds de 300.000 euros d'ici à fin mai 2017, la première de son histoire.

"Cette levée de fonds va nous permettre de recruter afin de nous faire connaître auprès du plus grand nombre, d'optimiser l'expérience utilisateur et de proposer encore plus de services à nos clients", affirme Loïc Le Goas.

Aujourd'hui concentré sur le droit des sociétés, LegalVision proposera cet été de nouveaux services en droit du travail et en matière de recouvrement de facture impayée.

Démarchée par de nombreux incubateurs parisiens, la startup a choisi de conserver son équipe juridique à Bordeaux pour poursuivre son développement et sa croissance. Elle fait déjà partie des pépites choisies par l'accélérateur Héméra, "ravi d'accompagner une équipe dynamique, ambitieuse et internationale", selon les mots de Benoît Droulin, associé d'Héméra. LegalVision a pour objectif d'atteindre un chiffre d'affaires de 800.000 euros dans les 12 mois suivant la levée de fonds, 1,5 M€ dans les deux ans.

500 opérations juridiques en 2016

Les opérations le plus couramment effectuées par les entreprises sur le site de LegalVision sont celles relatives au changement de siège social mais pour toutes les demandes, la démarche est identique.

"Les entreprises doivent répondre à quelques questions, cela prend 5 minutes à l'issue desquelles il est possible de pré visualiser ses documents. Ils sont ensuite signés, en ligne toujours, et déposés au greffe par nos experts sous 48 heures. Dans les 10 jours qui suivent, les entreprises reçoivent leur K-bis et statuts à jour par e-mail et par courrier. 50 % du travail est effectué par l'entreprise elle-même. Un expert juridique est également disponible par téléphone pour de l'accompagnement."

500 opérations juridiques ont été réalisées en 2016. L'objectif est de parvenir à 3.000 d'ici à fin 2017. LegalVision cofondée par un avocat, un webmarketeur et un développeur, compte aujourd'hui 5 salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2017 à 16:06 :
C mon pote !! Bj Loic jespere que ca va marcher
Réponse de le 23/03/2017 à 11:05 :
Merci Xavier !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :