Bordeaux, terre de vin... et de soda

 |   |  810  mots
Pomme ou fraise... Les amateurs de soda peuvent désormais hésiter
Pomme ou fraise... Les amateurs de soda peuvent désormais hésiter (Crédits : La Manufacture à soda)
Deux jeunes Bordelais viennent de lancer la commercialisation du premier soda 100 % local et artisanal. Cette boisson pétillante est fabriquée dans leur petit atelier du centre-ville de Bordeaux à partir de fruits récoltés à moins de 200 km de la capitale girondine. Plus d’une dizaine de cafés, restaurants et épiceries fines ont déjà été séduits par les saveurs des sodas à la pomme et à la fraise.

Et si le soda devenait synonyme de boisson saine ? Le chemin est long mais deux jeunes Bordelais y travaillent. Diplômés il y a trois ans d'une école d'agroalimentaire de Toulouse, Marion Gaudicheau et François Delmas Saint-Hilaire souhaitaient créer quelque chose qui ait une démarche locale. L'idée du soda 100 % artisanal et local naît en décembre 2014. En janvier 2015, l'entreprise La Manufacture de soda voit le jour et les jeunes entrepreneurs trouvent un local en centre-ville près de l'hôpital Saint-André. Marion Gaudicheau quitte son emploi au sein d'Euralis, groupe coopératif agricole et agroalimentaire (siège social à Lescar dans les Pyrénées-Atlantiques), et prend en charge la partie production et développement produit. François Delmas Saint-Hilaire a, lui, conservé son poste au sein de la Chambre d'agriculture de la Gironde et s'occupe de la communication et de la commercialisation de la boisson. Un soda 100 % artisanal qui a plus de points communs avec le vin qu'on ne le croit.

"Nous avons travaillé avec des viticulteurs pour transposer les techniques assez similaires de la viticulture. Le matériel avec lequel nous produisons nos sodas est du matériel d'occasion que nous avons acheté à des viticulteurs" explique Marion Gaudicheau.

La Manufacture à soda

François Delmas Saint-Hilaire et Marion Gaudicheau, fondateurs du 1er soda local bordelais (crédit photo : La Manufacture de soda)

Pur produit aquitain

Deux produits sont pour l'instant sortis de l'atelier de La Manufacture de soda : une boisson à la pomme et une boisson à la fraise. La recette : des fruits récoltés à moins de 200 kilomètres de Bordeaux pour garder la touche locale chère aux fondateurs, de l'eau gazéifiée et pas d'ajout de sucres, d'arômes et de colorants. Fraises et pommes sont issues d'une agriculture raisonnée et viennent respectivement d'Aiguillon (Lot-et-Garonne) et de Saint-Vincent-de-Pertignas (33).

"Pour la confection de nos sodas, nous nous basons sur les conseils des producteurs sur les variétés à utiliser. Pour la boisson à la fraise, deux variétés ont été utilisées : la Gariguette et la Clery afin que le duo libère des arômes de fraises des bois et un parfum de confiture faite maison. Le soda à la pomme mélange, lui, le côté acidulé de la Granny Smith, contrebalancé par la douceur sucrée de la Golden et la variété Chantecler apporte équilibre et légèreté au trio" ajoute François Delmas Saint-Hilaire.

Campagne de financement participatif à venir

Qualité et transparence sont les leitmotivs des deux Bordelais. Les fruits sont triés à la main et toutes les étapes demandent beaucoup de manutention. Pour ce qui est de la transparence, un flashcode est positionné sur l'étiquette afin d'avoir accès à la composition du produit et à l'origine du fruit (nom et lieu du producteur). Tout est fait dans l'atelier de La Manufacture de soda à l'exception de la gazéification et de l'embouteillage qui nécessitent des machines imposantes pour lesquelles il faudrait investir 200 à 300.000 €. Un prestataire, limitrophe aux départements de la Gironde et de la Charente, met ses locaux à disposition des Bordelais lors des phases de production qui dépendent du moment de maturation des fruits.

Deux "cuvées" sont, à ce jour, sorties de l'atelier : une petite série de 500 bouteilles pour finaliser les paramètres de production (taux de gazéification notamment) avec le prestataire extérieur et une série de 1.600 cols.
10.000 € en fonds propres ont été investis par Marion Gaudicheau et François Delmas Saint-Hilaire. Une campagne de financement participatif, avec pour objectif de récolter entre 3.000 et 5.000 €, devrait être lancée d'ici quelques mois sur KissKissBankBank afin de financer l'achat et l'habillage d'un triporteur qui sert pour les livraisons et l'achat d'une presse plus importante.

A siroter bien frais dans 10 spots bordelais

Pour découvrir ce "produit haut de gamme qui reprend les codes du vin", il suffit de se rendre dans l'un des dix cafés, épiceries fines ou restaurants bordelais qui ont été séduits par les boissons . Parmi eux : Odouze (place Pey-Berland), La Conserverie conserverie aux Chartrons, Belle Campagne, Le Chien de Pavlov, Le Potato Head (quartier Saint-Pierre)... qui vendent les sodas entre 3,80 et 4 €. Pour les particuliers, il est possible de commander en ligne et d'aller récupérer les sodas dans les locaux de La Manufacture de soda.

Après pomme et fraise, des sodas au raisin (en octobre après les vendanges) et à la poire (novembre) sortiront de l'atelier de La Manufacture à soda. Il y en aura pour tous les goûts... que l'on soit amateur de produits sains, chasseur de calories (pour une bouteille de 200 ml, le soda à la pomme compte 65 calories soit l'équivalent du fruit, et 62 calories par bouteille pour le soda à la fraise), ou amateur de sucré, voire adepte des mojitos fraise puisque le soda peut être utilisé dans la préparation de breuvages alcoolisés... Santé !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :