Actiplay-Concoursmania entame son redécollage

 |   |  479  mots
Le marketing par le jeu, une spécialité historique de Concoursmania
Le marketing par le jeu, une spécialité historique de Concoursmania (Crédits : Groupe ConcoursMania)
Figure historique de l’innovation marketing à Bordeaux, le groupe coté Actiplay (ex-Concoursmania) fait face depuis le premier semestre à de sérieuses difficultés. Le plan de relance de son PDG, Julien Parrou-Duboscq, aurait permis d’initier le redressement du groupe depuis cet été.

Le groupe bordelais Actiplay, qui regroupe en particulier les sociétés Concoursmania - brique fondatrice de cet ensemble -, et Ciblexo, est sans doute l'un de plus innovants en France dans le marketing, en particulier pour la gestion des données en vue de la conquête et de l'engagement client. En difficulté depuis quelques mois, Actiplay, coté en Bourse, a obtenu l'ouverture d'une procédure de sauvegarde volontaire auprès du tribunal de commerce de Bordeaux le 5 juillet dernier, suite à un mauvais premier semestre 2017.

"Celle-ci a permis au groupe d'opérer depuis un recentrage rapide sur ses activités stratégiques et contributives que sont la généralisation des profils qualifiés pour le compte des marques et stopper des activités déficitaires" explique la direction du groupe.

Au cours du premier semestre 2017 le chiffre d'affaires a reculé de 40,6 % par rapport à la même période en 2016, à 4 M€, tandis que son activité à l'international progressait de +19,6 % à 1,7 M€.

Une vraie politique de rupture

Miné par un résultat avant impôts exceptionnellement mauvais, qui se traduit par une chute sur un an de -353.000 € au premier semestre 2016 à -6,9 M€ au premier semestre 2017, le résultat net du groupe suit une trajectoire négative comparable pour aboutir à une perte de 8 M€. Ces chocs brutaux résultent des choix faits pour sauver le groupe. Julien Parrou-Duboscq a ainsi décidé de stopper net les activités déficitaires ou sans perspectives de croissance suffisantes, ce qui s'est soldé par la fermeture de "plusieurs sites web grand public historiques...", avec au final une très lourde charge exceptionnelle de 6,7 M€.

"Grâce à nos outils technologiques internes très performants, la mobilisation de nos équipes et la confiance de nos partenaires clés, notre groupe a la pleine capacité de passer cette période de transition et en sortir plus agile, plus efficace et plus concentré sur les marchés clés de la génération de profils qualifiés pour les marques, déclare Julien Parrou-Duboscq. Je salue le travail de l'ensemble de nos équipes, poursuit-il, et remercie nos partenaires et clients pour ces premiers mois très encourageants depuis la fin juin. Cela confirme notre détermination totale à réussir cette mutation forte de notre groupe".

La filiale Telaxo, notamment liée à des réseaux de jeux sur Facebook, a été frappée de plein fouet par cette chute d'activité. Julien Parrou, qui a ramené l'effectif du groupe à 39 personnes, a par ailleurs cassé ou renégocié les contrats de sous-traitance jugés non essentiels, réduisant les charges d'exploitation en fin de semestre. L'accent a été mis sur les activités de conquête des profils qualifiés pour les marques et la direction souligne que les effets produits par cette stratégie ont été en ligne dès cet été avec le plan de marche de l'entreprise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :