Lutte ouvrière veut donner la parole aux travailleurs, premières victimes de la crise

C'est à nouveau Guillaume Perchet, électronicien girondin, qui mènera la liste du parti trotskyste en Nouvelle-Aquitaine aux élections régionales des 20 et 27 juin. "Ce qui compte c'est la lutte sociale et la confrontation, pas les élections", estime la tête de liste qui veut donner la parole "aux travailleurs frappés par la crise sanitaire, sociale, économique et climatique" et défend la fin des aides aux entreprises pour financer les services publics.

4 mn

Guillaume Perchet (à gauche) et les têtes de liste de Lutte ouvrière en Nouvelle-Aquitaine pour le scrutin régional des 20 et 27 juin 2021.
Guillaume Perchet (à gauche) et les têtes de liste de Lutte ouvrière en Nouvelle-Aquitaine pour le scrutin régional des 20 et 27 juin 2021. (Crédits : Lutte ouvrière)

Le rapprochement politique entre le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) et La France insoumise (LFI) acté aux élections municipales à Bordeaux l'an dernier et reconduit pour les élections régionales de juin derrière Clémence Guetté a-t-il donné envie à Lutte ouvrière de s'associer à la démarche ? "Pas une seconde !", répond Guillaume Perchet, tête de liste du parti trotskyste dans la grande région, et fidèle à sa ligne révolutionnaire. "Les élections servent à débattre mais pas à changer la vie des travailleurs. Ce qui compte c'est la lutte sociale et la confrontation, pas les élections, parce qu'à la fin tous les gouvernements et toutes les régions mènent la même politique capitaliste", précise-t-il.

Ce Girondin de 50 ans, électronicien chez le sous-traitant aéronautique Nexeya et militant LO depuis plus de trente ans, mènera donc à nouveau la liste aux élections régionales. En 2015, Lutte ouvrière avait obtenu 1,41 % des suffrages au 1er tour et la liste est créditée de seulement 1 % des intentions de vote le 20 juin prochain dans le dernier sondage disponible.

Les travailleurs oubliés qui font fonctionner la société

Cette année Guillaume Perchet entend pourtant "tirer toutes les leçons de la crise sanitaire, sociale, économique et climatique qui a d'abord frappé les travailleurs", notamment ceux qui se sont trouvés en première ligne pendants les confinements. "Ce sont les travailleurs qui ont fait fonctionné la société, c'est à eux de la diriger, mais ils n'ont eu que des applaudissements !", lance-t-il, pointant le manque d'investissement dans les services de santé et les licenciements dans l'aéronautique malgré les aides très importantes déversées par l'Etat comme chez Stelia, Lisi-Creuzet Aéronautique, Toray CFE, MAP ou encore Lauak.

"2.600 emplois de la filière aéronautique et spatiale ont été détruits l'an dernier en Nouvelle-Aquitaine, selon l'Insee, particulièrement chez les sous-traitants, mais ça n'a pas empêche Airbus, Dassault, Stelia ou Safran de faire des bénéfices tout en touchant les aides de l'Etat et en faisant payer les salaires par l'argent public. La crise elle ne s'est vraiment matérialisée que pour les travailleurs. Il y a 512.000 chômeurs dans la région, ce n'est pas acceptable !", regrette le candidat de LO, qui dénonce également le désengagement de Renault vis-à-vis des Fonderies du Poitou.

Lire aussi 3 mnAéronautique : le Sud-Ouest perd près de 9.000 emplois en un an

Couper dans les aides aux entreprises

Pour y remédier, Lutte ouvrière préconise de supprimer les aides aux grands groupes et aux entreprises qui licencient ou qui versent des dividendes à leurs actionnaires. Il est aussi question de supprimer les dispositifs de formation aux métiers demandés par les grands comptes de l'aéronautique : "Ces entreprises qui vivent notamment des commandes publiques ont les moyens de former elles-mêmes leurs salariés, ce n'est pas à la collectivité de le faire à leur place", assure Guillaume Perchet. "Avec tout cet argent, on renforcera les services publics, les hôpitaux, les écoles, les crèches, pour répondre aux besoins bien réels des travailleurs et des habitants de la région. L'argent public doit servir à financer les services publics !", martèle-t-il.

Au fond, LO milite pour l'expropriation et la nationalisation des grandes entreprises "pour que la création de richesses bénéficie à tout le monde". Pour défendre ces idées, Guillaume Perchet recevra Nathalie Arthaud, la porte-parole nationale de Lutte ouvrière, mardi 1er juin à 18h à l'Athénée municipal à Bordeaux.

Lire aussi 5 mnEn Île-de-France, "le conseil régional ne va pas résorber les inégalités" (Nathalie Arthaud)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.