Saint-Valentin : quand les amoureux découvrent le point Zéro-G

 |   |  294  mots
Le septième ciel, oui, mais sans pesanteur, c'est ce que propose Novespace et Avico aux amoureux le 14 février.
Le septième ciel, oui, mais sans pesanteur, c'est ce que propose Novespace et Avico aux amoureux le 14 février. (Crédits : D.R)
Avico, premier courtier aérien européen, commercialise les vols Zéro-G “touristiques” réalisés par la société Novespace. Le dimanche 14 février, pour la Saint-Valentin, les amoureux ont rendez-vous avec 5 minutes d’apesanteur grâce aux vols paraboliques de l’A310 Zéro-G basé à Mérignac (Gironde).

En septembre 2014, la Tribune Bordeaux évoquait la stratégie de développement économique mise en place il y a deux ans par Novespace, filiale du CNES, opérateur de la micro-apesanteur via les vols Zéro-G de son avion basé à Mérignac (Gironde). Une stratégie de réponse à la baisse des commandes de vols scientifiques par le développement d'une offre de vols touristiques Zéro-G. Des vols d'autant plus importants qu'ils offrent de l'activité et des revenus à la PME de 10 personnes présidée par le spationaute Jean-François Clervoy et dirigée à Bordeaux par Thierry Gharib, mais aussi des subsides à la recherche. En effet, les bénéfices de ces vols touristiques contribuent au financement des vols de recherche scientifique.

15 paraboles, 5 mn d'apesanteur garanties

Sous le nom de marque AirZéroG, la première société de courtage aérien européen Avico commercialise entre cinq et six vols "touristiques" par an.
Le 14 février prochain, à l'occasion de la Saint-Valentin, pour la première fois depuis le lancement de cette offre touristique, Avico propose, moyennant un investissement de 6.000 euros TTC par personne, un vol à destination des amoureux. Une idée sans doute née de l'initiative d'un couple qui, en décembre 2013, avait choisi le vol Zéro-G de Bordeaux... à Bordeaux, en guise de voyage de noce.
Au programme de la journée : une immersion dans l'univers et les sensations ressentis par les spationautes en orbite, sous la conduite de Jean-François Clervoy, parti trois fois à bord des navettes spatiales américaines, avec, en point d'orgue, un vol ponctué de 15 paraboles qui permettent aux passagers de flotter 5 minutes au total.
Bref, les amoureux (mais des célibataires sont aussi attendus le 14 février) vont planer... encore plus que d'habitude, c'est garanti !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :