A La Rochelle, Elixir Aircraft lève 3 millions d'euros pour son avion low tech

 |  | 993 mots
Lecture 5 min.
Les trois cofondateurs d'Elixir Aircraft : Cyril Champenois, Arthur Léopold-Léger et Nicolas Mahuet.
Les trois cofondateurs d'Elixir Aircraft : Cyril Champenois, Arthur Léopold-Léger et Nicolas Mahuet. (Crédits : Jean-Marie Urlacher)
La startup rochelaise Elixir Aircraft est en train de lancer le premier avion low tech de l'aviation légère. Capable de décoller à seulement 100 kilomètres/heure, l'Elixir est aussi peu polluant et peu coûteux. Et sa méthode de construction innovante pourrait bien finir par révolutionner la fabrication de tous les avions. L'Elixir est l'un des premiers exemples d'avions de 4e génération.

Fondée en 2015, la startup rochelaise Elixir Aircraft, qui développe un avion biplace baptisé Elixir, vient de boucler une levée de fonds de 3 millions d'euros, abondé par les sociétés de capital risque Ouest Croissance (groupe Banque Populaire/à Nantes, Bordeaux, Paris -Ndlr) et Océan Participations (groupe Crédit Mutuel), ainsi que deux nouveaux investisseurs privés.

Ce tour de table complète la précédente intervention financière, mixant apports institutionnels, par le biais du fonds de co-investissement régional Poitou-Charentes et du FCI Limousin, gérés par Aquiti Gestion - où l'on retrouve notamment la Région Nouvelle-Aquitaine et Arkéa Capital -, de business angels, d'un fonds local mais aussi d'un apport des créateurs.

"Avec mes associés, Cyril Champenois, responsable marketing, vente et qualité, et Nicolas Mahuet, en charge du bureau d'études, nous avons amené 50.000 euros. Comme nous n'avons pas livré d'avion, ce qui va commencer cette année, notre startup n'a pas encore de chiffre d'affaires. Cyril, Nicolas et moi sommes actionnaires principaux mais pas majoritaires de la société", décrypte pour La Tribune Arthur Léopold-Léger,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :