Trois Néo-Aquitains intègrent le Conseil national du numérique

 |   |  865  mots
Maryne Cotty-Eslous, PDG fondatrice de la startup bordelaise Lucine, fait son entrée au Conseil national du numérique
Maryne Cotty-Eslous, PDG fondatrice de la startup bordelaise Lucine, fait son entrée au Conseil national du numérique (Crédits : DR)
Après les démissions en série en décembre, le gouvernement a nommé, ce mardi 29 mai, les 30 membres du Conseil national du numérique. Parmi eux figurent trois Néo-Aquitains : Maryne Cotty-Eslous (Lucine), Gaël Duval (JeChange.fr) et Gérald Elbaze (Média-Cités).

En souffrance depuis décembre dernier, le Conseil national du numérique (CNNum) est remis sur les rails. Mounir Mahjoubi, le secrétaire d'État chargé du numérique, a nommé ce mardi 29 mai les 30 membres du collège respectant une stricte parité. Salwa Toko a été placée à la tête de l'institution, comme l'avait annoncé La Tribune le 17 mai. La fondatrice de l'association Becomtech et ancienne de la Fondation Agir contre l'exclusion (Face) s'est fait connaître pour son engagement en faveur de l'inclusion des femmes dans le milieu très masculin de la tech est donc en adéquation avec la politique voulue par Mounir Mahjoubi, qui promeut une vision inclusive et sociale.

Parmi les 30 membres nouvellement élus, trois exercent en Nouvelle-Aquitaine.

Maryne Cotty-Eslous est la présidente fondatrice de la startup bordelaise Lucine, en pleine expansion. Lucine a mis au point une application mobile de santé, basée sur l'intelligence artificielle, qui mesure, analyse et soulage les douleurs chroniques à domicile. La jeune femme, elle-même atteinte de douleurs chroniques, est réputée pour son dynamisme.

Lire aussi : Projet Lucine, solution innovante pour tenir la douleur à distance


Lucine utilise plusieurs techniques pour mesurer le niveau de douleur du patient, notamment la reconnaissance faciale grâce à la caméra du smartphone, analyser les données et choisir la méthode la plus adaptée pour soulager en s'appuyant sur de la réalité virtuelle, des serious games... En complément, l'application génère des alertes et accompagne le professionnel de santé dans le suivi et le diagnostic. Lucine emploie actuellement 17 personnes.

Gaël Duval est le PDG fondateur de JeChange.fr, scale-up installée à Agen dans le Lot-et-Garonne. JeChange a développé des services permettant la gestion et la délégation de tâches administratives telles que la souscription ou la résiliation de contrats en énergie, télécoms, crédit, assurances... Gratuit pour le consommateur, l'entreprise se rémunère via des commissions versées par les prestataires comparés dès qu'une vente est conclue. Depuis 2010, JeChange a recruté plus de 120 personnes à Agen. Rentable depuis 2013, la société a affiché 13 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017. Elle est désormais engagée dans une phase de développement soutenu en Europe.

Lire aussi : "Une PME, c'est une startup qui a réussi, c'est le vrai tissu économique !"


Gaël Duval défend la vision d'une entreprise numérique impliquée dans la fertilisation de son bassin de vie. JeChange le montre à travers une palette d'actions orientée vers la diffusion de la transformation numérique auprès des PME et TPE du Lot-et-Garonne. Son mantra : "Contribuer à réduire le schisme entre les bénéficiaires de la transformation numérique et le reste de la population". Proche d'Emmanuel Macron pour qui il a planché sur le volet "numérique" de son programme avant son élection à la présidence de la République, Gaël Duval est aussi business angel et fondateur de la French Touch Conference. Il fait ici son retour au Conseil national du numérique, qu'il avait intégré en février 2016.

Gérald Elbaze est le cofondateur et gérant de Médias-Cité. La structure est initialement née sous la forme d'une association avec de se transformer en coopérative d'intérêt collectif en 2014. Médias-Cité accompagne les acteurs éducatifs, culturels, d'éducation populaire "pour faciliter l'appropriation critique des usages citoyens du numérique". La coopérative est installée à l'écosystème Darwin, sur la rive droite de Bordeaux. Intervenant principalement dans les champs de l'éducation, de la culture, de la jeunesse, de l'éducation populaire et de l'action sociale, elle ambitionne de faire en sorte que le numérique soit accessible au plus grand nombre, un sujet fortement poussé par Mounir Mahjoubi, en appuyant les projets en faveur de l'innovation sociale et numérique. MédiasCité opère notamment Aptic, le "chèque culture numérique pour tous", conçu sur le modèle des titres-restaurants qui permet de payer les services de médiation numérique et qui doit être déployé prochainement au niveau national. Gérald Elbaze copilotait notamment un groupe de travail sur le financement de l'inclusion numérique.

Le CNNum est censé représenter la diversité de l'écosystème numérique français : entrepreneurs, investisseurs, chercheurs, société civile. Cette commission consultative indépendante a pour mission d'évaluer les impacts de la révolution numérique sur la société et sur l'économie, et de publier des rapports, des avis et des recommandations au gouvernement, qui est libre de les suivre ou de les ignorer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2019 à 15:14 :
Bravo pour cette heureuse initiative
Tous mes voeux de succès pour Lucine

Dr Fabrice Lakdja
Ancien chef de service du centre d'evaluation et de traitement de la douleur Insititut Bergonie

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :