Le recrutement et la formation au cœur de l'édition 2018 de la Journée de l'économie

 |   |  530  mots
A l'instar de l'agroalimentaire, comme cette usine de l'entreprise Le Petit Basque en Gironde, de nombreux secteurs peinent à recruter en Nouvelle-Aquitaine.
A l'instar de l'agroalimentaire, comme cette usine de l'entreprise Le Petit Basque en Gironde, de nombreux secteurs peinent à recruter en Nouvelle-Aquitaine. (Crédits : Le Petit Basque)
Recrutement, fidélisation, emploi du conjoint : ce sont autant de problématiques d'actualité qui seront discutées lors de la Journée de l'économie de Nouvelle-Aquitaine qui se tiendra le 15 octobre 2018 dans quatre villes de la région. Objectif : remédier à l'inadéquation entre les compétences disponibles et les besoins des entreprises.

Agriculture, aéronautique, boucherie, BTP, réparation automobile, nautisme, métallerie, soudeurs, services numériques, filière cuir... La liste des secteurs qui peinent à recruter en Nouvelle-Aquitaine donne un aperçu de l'ampleur de la problématique mais aussi de la diversité des besoins des territoires et des opportunités d'emplois. C'est pour adresser cet enjeu stratégique que la CCI Nouvelle-Aquitaine, la Chambre des métiers et de l'artisanat, la Chambre d'agriculture et la Région ont retenu le thème "Recruter autrement : attirer et fidéliser" pour cette nouvelle édition de la Journée de l'économie de Nouvelle-Aquitaine. Elle se tiendra le lundi 15 octobre 2018 simultanément à Bordeaux, La Rochelle, Bayonne et Limoges.

"Le problème des entreprises aujourd'hui, ce n'est pas de faciliter le licenciement mais tout simplement d'arriver à recruter. Dans trop de secteurs, que ce soit l'aéronautique, le cluster naval et nautique ou la filière cuir, on constate une inadéquation entre la formation et les besoins des entreprises ainsi que des difficultés dans la transmission des savoir-faire", rappelle Bernard Uthurry, le vice-président du Conseil régional en charge du développement économique, qui souhaite réconcilier "l'intelligence conceptuelle et l'intelligence de la main" pour coller au plus près des besoins des entreprises.

S'appuyer sur les groupements d'employeurs agricoles

"Il y a un problème d'anticipation des besoins de l'économie qui évoluent trop vite par rapport à nos délais de formation", confirme Dominique Graciet, le président de la Chambre régionale d'agriculture. Et alors que l'agriculture et l'agroalimentaire représentent le premier employeur de Nouvelle-Aquitaine, il pointe une double difficulté : "il y a un problème d'attractivité et d'accessibilité de ces emplois puisqu'ils sont logiquement situés plutôt en zones rurales. Mais il faut aussi former davantage les chefs d'entreprises au recrutement et aux RH puisqu'ils sont bien souvent seuls face à ces questions." La chambre consulaire note ainsi le rôle positif des groupements d'employeurs pour faciliter les recrutements, assurer la formation et transformer plusieurs emplois saisonniers en équivalents temps plein.

Du côté de l'artisanat, Jean-Pierre Gros préconise d'adapter davantage le contenu des formations au public visé : "Il ne faut pas dispenser la même formation de plusieurs mois à un collégien, un bachelier et un déçu de l'université."

Arriver à fidéliser les salariés

Enfin, Jean-François Clédel, le président de la Chambre de commerce et d'industrie régionale, retient aussi l'enjeu de fidélisation des salariés dans certains secteurs très concurrentiels comme celui des services numériques. "Il y a une légère inflation salariale sur les secteurs en tension et c'est logique mais le critère primordial c'est d'abord l'organisation du travail et le sens des missions confiées qui permettent de retenir un salarié. Il faut travailler sur la marque employeur", assure-t-il. La question de l'emploi du conjoint pour attirer et retenir les cadres dans l'industrie et les technologies est aussi un enjeu à Bordeaux et ailleurs dans la région.

Autant de sujets qui seront discutés en simultané en visioconférences à Bordeaux, La Rochelle, Bayonne et Limoges. 600 décideurs économiques sont attendus.

Le programme ici.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :