Logement social : l'avis mitigé de Repentin sur le bilan régional

 |   |  543  mots
Sur le plan du logement social, l'Aquitaine ne compte que 12 communes visiblement volontairement en retard par rapport à la loi SRU. Il estime que pour elles, la pédagogie ne suffit plus...
Sur le plan du logement social, l'Aquitaine ne compte que 12 communes visiblement volontairement en retard par rapport à la loi SRU. Il estime que pour elles, la pédagogie ne suffit plus... (Crédits : Objectif Aquitaine / Mikaël Lozano)
Le délégué interministériel à la mixité sociale dans l’habitat, Thierry Repentin, effectue actuellement un tour de France pour évaluer le travail réalisé dans ce domaine depuis le vote de la loi SRU (solidarité et renouvellement urbain) en 2000. En passant par Bordeaux, hier, il a rendu le bulletin triennal de la région et son appréciation : sur la bonne voie, mais encore 12 mauvais élèves.

Tous les trois ans, l'application, par les collectivités, de la mise en œuvre de la loi SRU (solidarité et renouvellement urbain) passe au crible du délégué interministériel à la mixité sociale. Publiée au Journal officiel le 14 décembre 2000 et adoptée par le gouvernement de Lionel Jospin, cette loi SRU impose aux communes de plus de 3.500 habitants d'atteindre, à l'horizon 2025, un taux de logements sociaux de 25 % depuis 2013 et la loi "Duflot" (contre 20 % au début de la loi).
C'est donc en "contrôleur" que le délégué interministériel Thierry Repentin effectue actuellement un tour de France des initiatives concernant le logement social, avec un regard tout particulier sur les opérations liées aux ventes par l'Etat de certains de ses terrains à des prix décotés, c'est-à-dire moins chers que les prix du marché.
Hier, après Paris et avant Lyon (aujourd'hui), Thierry Repentin visitait Bordeaux et son agglomération et notamment une partie des quatre opérations nées des ventes de quatre terrains issus du patrimoine de l'Etat.

12 cancres élèves aquitains bientôt punis ?

L'occasion pour le délégué interministériel d'établir le "bulletin scolaire" de la région en matière logement social.

"En Aquitaine, nous avons identifié 96 communes qui doivent faire entre 20 et 25 % de logement social... 76 sont en dessous, on doit les accompagner pour qu'elles rattrapent leur retard", explique Thierry Repentin. "L'Aquitaine est plutôt sur la bonne voie, Bordeaux, sa capitale n'est pas une commune carencée, elle fait clairement des efforts pour atteindre les 20 - 25 % attendus à l'horizon 2025. Sur les 76 communes identifiées qui sont en dessous des ratios attendus, 21 étaient en retard par rapport au plan de rattrapage en cours qui doit leur permettre de s'inscrire dans le cadre de la loi sur le logement social. Je souhaite avant tout faire de la pédagogie plutôt que jouer les pères fouettards avec ces communes-là..."

Par contre, le délégué interministériel estime que pour 12  communes de la région, dont il préfère taire les noms mais qui apparaissent dans une liste du gouvernement arrêtée au 15 avril 2015 (En Gironde : Carignan de Bordeaux, Coutras, Cadaujac, Le Pian Médoc, St Denis de Pile, St Sulpice et Cameyrac, Tresses, en Dordogne : Chancelade et Trélissac, en Lot et Garonne Layrac et Marmande et en Pyrénées Atlantiques : Ciboure),  "la pédagogie ne suffit clairement pas. Sur les 1.022 communes françaises qui entrent dans le cadre de la loi SRU, 220 sont clairement carencées. La mauvaise volonté est manifeste. Je rappelle que les maires sont des élus, donc des républicains avant tout. Ils se doivent d'appliquer la loi républicaine... Quand je vois que certains font de leur retard en logements sociaux un argument électoral, je me dis qu'ils oublient que 70 % des foyers sont techniquement éligibles à l'accès au logement social..."
La région Aquitaine ne fait donc pas partie des plus mauvais élèves du logement social. Thierry Repentin a pointé du doigt les régions cancres. "Paca, qui est la région la plus carencée, l'Ile-de-France, le Languedoc-Roussillon et Rhône-Alpes concentrent à elles seules 195 des 242 communes identifiées comme les plus en retard sur le plan du logement social."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :