L’aéroport de Bordeaux déploie sa stratégie anti-TGV

 |   |  1149  mots
Air France KLM désormais talonné à Bordeaux par Easyjet, leader des liaisons à bas coût qui boostent le trafic bordelais.
Air France KLM désormais talonné à Bordeaux par Easyjet, leader des liaisons à bas coût qui boostent le trafic bordelais. (Crédits : Marcus Donner)
L’aéroport de Bordeaux a battu des records de fréquentation en 2017 et annonce 130 M€ d’investissement pour faire face à cette hausse d'activité, que va renforcer aussi le recrutement de 110 personnes pour la nouvelle base d'Easyjet. Il n’en reste pas moins que le TGV commence à attaquer l’avion entre Bordeaux et Paris.

L'an dernier l'aéroport international de Bordeaux-Mérignac a encore enregistré une forte hausse de son trafic, à +7,7 %, ce qui lui a permis d'atteindre la barre des 6,2 millions de passagers. Dire que la plateforme aéroportuaire bordelaise multiplie les records de hausse n'est pas exagéré. Entre 2009 et 2017 son trafic a ainsi grimpé de +87 % et en gagnant 500.000 passagers de plus l'an dernier, l'aéroport a établi un record jamais atteint au cours des huit dernières années.

Pour faire face à cette croissance du trafic et à l'installation de nouvelles compagnies aériennes, l'aéroport, dont Pascal Personne est le président du directoire, annonce un plan d'investissement de 130 M€ sur six ans, soit un investissement annuel deux fois et demi supérieur à la moyenne sur ces cinq dernières années. L'arrivée des TGV à Bordeaux depuis juillet 2017 modifie cependant la donne, comme l'avait anticipé la direction de l'aéroport. La concurrence que livre désormais chaque jour la SNCF à la navette Air France sur la liaison Bordeaux-Paris se fait sentir, sans entamer encore en profondeur la dynamisme du trafic.

Un trafic domestique à petite vitesse

"Si l'on isole le trafic des liaisons sur Paris (Orly et CDG), compte tenu du nouveau contexte de concurrence ciblée par la SNCF sur la LGV, la croissance de l'aéroport de Bordeaux est de 12 % (soit 558.000 passagers supplémentaires), ce qui signifie la meilleure performance depuis la création de la société aéroportuaire" souligne la direction de l'aéroport.

Avec une hausse de +0,6 % en 2017, pour un total d'un peu plus de 3 millions de passagers, le trafic national devient franchement poussif comparé à la croissance à l'international, qui enregistre un bond de +17 %. La tonicité du trafic domestique est clairement plombée par la concurrence du TGV Bordeaux-Paris puisque la liaison avec la capitale affiche un recul de 7,5 % sur l'année, avec 1,5 million de passagers transportés. Ce qui rappelle l'importance structurelle de cette route aérienne vers Paris pour l'aéroport de Bordeaux. Et qui démontre, si besoin était, que la perte de trafic se focalise sur la navette Air France à destination de l'aéroport de Paris-Orly.

Orly à -28 % en décembre

La direction de l'aéroport minimise toutefois l'impact de cette concurrence ferroviaire.

"La croissance du trafic domestique est bien sûr amoindrie par la forte pression concurrentielle sur la ligne aérienne Paris-Orly, observe la direction de l'aéroport. Le recul, poursuit-elle, reste cependant plus faible que prévu sur les premiers mois par rapport aux objectifs de captation du trafic aérien de la SNCF. Grâce à la politique proactive d'Air France, la Navette (aérienne -Ndlr) résiste à l'ouverture de la LGV, une bonne résistance qui confirme sa forte implantation à Bordeaux par le maintien des 10 fréquences journalières à la fin d'année 2017 et à l'été 2018. La ligne Paris Charles-de-Gaulle, principal hub intercontinental du groupe, n'est pas impactée et continue sa croissance sur l'année".

Sachant qu'Air France reste la première compagnie aérienne à opérer sur la plateforme bordelaise, avec 2,2 millions de passagers et 36,1 % de part de marché. Ce qui n'empêche pas qu'en décembre dernier le trafic sur la liaison aérienne Bordeaux-Paris ait sévèrement chuté de 28 % par rapport à la même période en 2016.

Citigroup Londres Brexit London City

Londres est en terme de trafic la troisième ville desservie depuis Bordeaux, après Lyon.

L'international double le national

Les quatre destinations nationales derrière Paris sont Lyon, avec 529.822 passagers en 2017 et une hausse de +4,4 %, Marseille (295.208 passagers, +17,2 %), Nice (199.927 passagers, +19,3 %) et Lille (149.723 passagers, +0,8 %). A noter toutefois la forte progression annuelle de Strasbourg, à +18 % avec 128.512 passagers. La croissance de l'aéroport de Bordeaux a été portée par un trafic international lui-même dopé par l'ouverture de 17 nouvelles lignes et l'arrivée de cinq compagnies : Blue Air, Lufthansa, Air Corsica, Aigle Azur et Wizz Air.

La direction souligne à ce propos que les "87 destinations régulières au plus fort de la saison et 104 lignes aériennes opérées par 31 compagnies" n'ont provoqué qu'une augmentation de +1,9 % des mouvements d'avions "en forte décorrélation avec la hausse du trafic, grâce à l'utilisation d'avions de plus grosse capacité". Avec 3,1 millions de passagers en 2017 le trafic international prend la tête devant les liaisons domestiques. Sans surprise Londres et ses trois aéroports (Gatwick, Luton, Stanted) s'impose comme la première destination à l'international, avec 458.459 passagers, ce qui place la capitale britannique juste derrière Lyon.

L'explosion du trafic avec Madrid et Barcelone

Tandis que le trafic à destination de Gattwick recule de -6,5 % (291.252 passagers en 2017), celui de Luton progresse de +6 % (83.557 passagers) et Stanted explose à +42,1 % (83.650 passagers). Il va peut-être falloir croiser les doigts à l'aéroport de Bordeaux pour que le Brexit ne provoque pas une nouvelle rupture entre l'Angleterre et l'Aquitaine.

Amsterdam s'impose comme la deuxième destination à l'international, avec 306.004 passagers en 2017 (-1,6 %), devant Genève (205.854 passagers, +5,1 %). Suivent ensuite Lisbonne (168.638 passagers, +23,8 %), Barcelone (161.281 passagers, +36,5 %), Bâle-Mulhouse (115.966, +1,5 %) et Madrid (102.868 passagers), qui voit exploser sa fréquentation, à +51,1 %. Cette importance croissante de l'international est elle-même directement liée au développement du trafic généré par les compagnies à bas coût. Un axe stratégique déterminant développé depuis une dizaine d'années pour préparer l'arrivée du TGV, dont l'impact sur la fréquentation de la navette Bordeaux-Paris d'Air France fait l'objet de discrètes réflexions depuis près de trente ans.

50 % de passagers à bas coût

En 2017 les compagnies à bas coût, qui disposent avec « billi » de leur propre hall d'embarquement, ont généré un trafic de 2,9 millions de passagers à l'international, sur un total de 3,1 millions. Si le trafic passager a augmenté de +87 % entre 2009 et 2017, le trafic low cost enregistre pendant la même période une hausse de +84 %. Destinations nationales et internationales comprises, les liaisons low cost représentent ainsi 3,1 millions de passagers, soit 50 % de l'activité globale.

Leader parmi ces compagnies à bas coût, Easyjet domine la concurrence avec 1,7 millions de passagers en 2017 (28,5 % de part de marché), pour une croissance de +11,5 % pendant l'année. D'où l'annonce par cette compagnie de la création, d'ici fin mars 2018, d'une base à Bordeaux, avec le positionnement permanent de trois Airbus A320 ainsi que le recrutement direct de 110 salariés. Avec au bout du compte une offre de 2 millions de sièges au départ de Bordeaux (+21 %) et la création de sept nouvelles lignes : Bastia, Catane (Sicile), Héraklion, Luxembourg, Tel Aviv, Londres Southend et Faro (Portugal).

Lire aussi : easyJet à Bordeaux : 1 nouvelle base, 5 nouvelles routes et 110 emplois


Viennent ensuite Volotea Airlines (7,8 % de part de marché), Ryanair LTD (6,8 %), KLM (3,7 %), Vueling Airlines (2 %), British Airways (1,8 %), Tui Airlines Belgium et Royal Air Maroc, à 1,4 % pour chacune, et Aer Lingus (1,1 %). L'aéroport va réaliser des travaux pour améliorer de +50 % le débit horaire des passagers low cost au terminal « billi ». Il sera possible de savoir à partir de 2021, date de sa mise en service, si l'extension du tram jusqu'à l'aéroport stimule le trafic aérien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2018 à 18:00 :
Lorsque le TGV est arrivé à Marseille, j'ai continué à prendre l'avion, c'était plus rapide, et le service s'était amélioré, globalement, porte à porte, je gagne une heure sur le train, et de meilleures conditions de voyage et de confort. Cout global quasi équivalent, voiture au parking au retour, et moins de fatigue. Idem pour Bordeaux, avec un bémol pour l'accès à son aéroport. La SNCF ne sait pas s'intéresser aux voyageurs, elle préfère soigner ses syndicats.
a écrit le 13/01/2018 à 15:40 :
A bien des égards la SNCF n'a pas encore voulu voir ce que les companies aériennes proposes. C'est très étonnant pour ne pas dire incompréhensible. Certes, en dessous de 1000kms le train est toujours là.
a écrit le 13/01/2018 à 14:16 :
Rien de surprenant :
Le TGV a tué l'avion entre Lyon et ORLY , Idem pour l' Eurostar entre LHR et Orly , pareil pour Strasbourg/ORLY ; MRS/ORLY .....Seules subsistent pour les provinces/ORLY les vols qui amènent des passagers en correspondance sur les ANTILLES .
MAIS AF a encore et pour longtemps un beau fromage sur ORY/TLS , Toulouse étant comme par hasard la ville d'AIRBUS , moyen courrier exclusif d'AF
a écrit le 13/01/2018 à 11:11 :
Hier je me suis rendu à la SNCF pour un billet canne Roubaix le billet était à 230euro quelle honte je vais voir un billet d'avion sur le net 67euros aller retour
La SNCF abuse beaucoup je vous conseille l'avion
a écrit le 13/01/2018 à 8:49 :
C'est bon, on est sur la bonne pente. Plus d'avions qui volent= plus de kerozene brule qui retombe sur les sols.
Miam.
a écrit le 13/01/2018 à 8:28 :
Acune prise 220v disponible dans les halles de check-in et du restauration.Airport pretentieus.
Réponse de le 15/01/2018 à 9:31 :
et un wifi de très mauvaise qualité.....quand il fonctionne !!!...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :