Alerte rouge au Covid-19 en Gironde : la préfète Fabienne Buccio dévoile son plan

 |  | 551 mots
Fabienne Buccio, préfète de la Gironde et de Nouvelle-Aquitaine.
Fabienne Buccio, préfète de la Gironde et de Nouvelle-Aquitaine. (Crédits : Agence Appa)
La préfète de la Gironde Fabienne Buccio vient d'annoncer toute une série de mesures territorialisées pour faire face à l'accélération de la circulation du Covid-19, qui frappe également la Guadeloupe et Marseille.

Pas d'annonce spectaculaire ce lundi 14 septembre à Bordeaux de la part de la préfète de la Gironde, Fabienne Buccio, pour faire face au classement du département de la Gironde en zone rouge par rapport à la circulation du Covid-19, mais de nombreuses mesures à la clé avec un durcissement général des règles. Ce renforcement de la répression des contrevenants passe par le détachement à Bordeaux de nouveaux moyens en CRS et gardes mobiles pour s'assurer de l'application du port du masque et des nouvelles mesures annoncées.

Pour répondre à la demande du Premier ministre Jean Castex, la préfète a souligné qu'elle avait beaucoup dialogué. Elle a ainsi présenté son plan d'action territorialisé en présence du président (PS) de Bordeaux Métropole, Alain Anziani, et du maire (EELV) de Bordeaux, Pierre Hurmic. Fabienne Buccio était également entourée de la directrice par intérim de l'ARS (Agence régionale de la santé) Nouvelle-Aquitaine, Hélène Junqua, l'infectiologue expert du CHU de Bordeaux Denis Malvy et du directeur général du CHU de Bordeaux, Yann Bubien.

Les manifestants devront avoir leurs masques

Face à la menace épidémique, la première priorité est de s'assurer que le système de soins tienne le coup en cas de flambée du nombre d'entrées en réanimation. Et sur ce plan le CHU de Bordeaux a encore de la marge, avec une offre de 180 lits, pour 24 malades du Covid-19 admis en réanimation, et une possibilité de grimper à 300 lits. Pour obtenir un renforcement maximal du potentiel d'accueil, le CHU de Bordeaux a par ailleurs signé une convention de coopération avec les deux autres CHU de Nouvelle-Aquitaine, ceux de Poitiers et Limoges.

S'agissant des nouvelles règles, les réunions sur la voie publique ouverte sont désormais réduites de 5.000 à 1.000 personnes, la Fête des voisins,, les fêtes foraines et les brocantes sont annulées et les manifestations revendicatives seront interdites si elles ne respectent pas les mesures barrières. Un avertissement sans fais qui semble taillé pour les Gilets jaunes. Par ailleurs, comme l'ont confirmé Alain Anziani et Pierre Hurmic, les polices municipales des 28 communes de la Métropole seront impliquées dans le contrôle du respect des règles de lutte contre le coronavirus.

Extension du port du masque à 50 mètres des établissements

De même, les Journées du Patrimoine sont annulées. Les bars et restaurants qui contreviendront aux nouvelles dispositions, comme l'interdiction de consommer debout, seront fermés du jour au lendemain. Si les parcs et les plages municipales restent ouvert, il sera interdit de s'y rendre à plus de dix personnes tout comme pour les rassemblements privés. Les soirées dansantes sont interdites tandis que les visites dans les Ehpad sont limitées à deux par semaine.

Quand il n'est déjà pas obligatoire à l'extérieur, le port du masque sera étendu dans un périmètre de 50 mètres autour des établissements culturels et sportifs. De plus les sorties scolaires sont annulées pour le moment dans les établissements du primaire et du secondaire. Enfin, les événements festifs doivent être proscrits en milieu professionnel. Le télétravail doit plus que jamais être privilégié avec une intensification des contrôles à la clef.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :