Isorg fabrique le capteur d'empreintes digitales du smartphone de demain

 |   |  1005  mots
Le capteur développé par Isorg, à Grenoble et Limoges, permet de transformer l'ensemble de l'écran du smartphone en capteur d'empreintes digitales.
Le capteur développé par Isorg, à Grenoble et Limoges, permet de transformer l'ensemble de l'écran du smartphone en capteur d'empreintes digitales. (Crédits : Isorg)
Entre Grenoble, Limoges et Bordeaux, Isorg développe des technologies de pointe permettant notamment de transformer l'écran des prochaines générations de smartphone en capteur d'empreintes digitales. De quoi ouvrir à cette entreprise de 70 salariés un marché de plusieurs centaines de millions d'euros sur lequel plane cependant l'ombre de la pandémie de coronavirus.

Isorg. Derrière ce nom étrange se cache une startup française particulièrement prometteuse qui a déjà levé pas moins de 32 M€ en deux fois en 2014 et 2018. Créée à Grenoble (Isère) en 2010 en tant que spin off du CEA (commissariat à l'énergie atomique), cette entreprise innovante compte aujourd'hui 70 salariés répartis son siège grenoblois, son usine de Limoges (20 salariés), son service de R&D à Bordeaux (dix salariés) et un bureau à HongKong. Plus de 70 brevets en propre ont déjà été déposés par ses équipes en particulier dans le domaine des capteurs polymères et des photo-détecteurs organiques permettant de convertir la lumière en signal électrique.

Le marché de la sécurisation des données

Le cœur de son offre actuelle c'est son capteur d'image grande surface qui, une fois apposé sur l'écran d'un smartphone ou d'une tablette, permet de le transformer en capteurs d'empreintes digitales. "Cela ouvre beaucoup de perspectives et de nouveaux usages, notamment pour la sécurisation des données mais aussi pour les équipements des douanes et de la police pour les contrôles aux frontières", fait valoir Jean-Yves Gomez, le CEO d'Isorg, avant d'illustrer les usages possibles : "On peut capter jusqu'à quatre empreintes digitales distinctes simultanément. Cela permet de configurer des degrés de sécurisation différents, y compris en combinant les empreintes de plusieurs personnes pour des cas particulièrement sensibles par exemple. L'accueil de cette technologie, sans équivalent à notre connaissance, a été très bon au CES de Las Vegas en janvier dernier." Isorg a ainsi été citée parmi les cinq innovations du smartphone de demain par le Wall Street Journal.

Présentation de son capteur d'empreintes digitales par Isorg

Compatible avec tous les smartphones, y compris les futurs écrans pliables, la technologie d'Isorg s'adresse à un marché mondial considérable. Le chiffre d'affaires de l'entreprise de 400.000 € en 2017 puis 1,8 M€ en 2018 a légèrement diminué l'an dernier mais est appelé à "atteindre plusieurs centaines de millions d'euros d'ici trois ans une fois que notre solution sera intégrée aux prochaines générations de smartphone, si possible dès la fin 2020", assure Jean-Yves Gomez.

Lire aussi : Startup : Isorg accélère avec le japonais Sumitomo Chemical

L'ombre de la pandémie

"Si possible", car depuis le début de l'année et l'émergence puis l'aggravation de la crise du coronavirus-covid 19 toutes les prévisions sont devenues au mieux aléatoires, au pire inutiles. Le Mobile World Congress de Barcelone a été annulé en février dernier et les usines tournent au ralenti en Chine. "Notre solution est fabriquée en France, à Limoges, mais près de 100 % des smartphones sont aujourd'hui fabriqués en Asie, notamment en Chine. Il y a donc de fortes incertitudes sur la possibilité d'intégrer notre technologie dans la prochaine génération de smartphones", explique le CEO.

Lire aussi : Coronavirus : les principales annonces d'Emmanuel Macron pour lutter contre l'épidémie

Dans l'immédiat, Isorg met tout en œuvre pour que ce soit le cas et adapte son fonctionnement en travaillant à distance avec clients et fournisseurs. "Pour l'heure, il n'y a pas encore de décalage acté et on pousse au maximum pour intégrer la génération 2020/2021 de smartphones", précise Nicolas Bernardin, le directeur du développement commercial. Si les principaux fabricants décident de reconduire des technologies déjà éprouvées compte tenu des difficultés et des délais de production contraints liés à la pandémie, Isorg devra faire face peu ou prou à un décalage d'un an dans la commercialisation de sa technologie. Une vraie épine dans le pied.

Une technologie fabriquée en France

Quant à la fabrication du capteur, elle se fait bien en France, à Limoges, où une usine a été livrée fin 2016. "La technologie a été conçue et développée en France, il nous paraissait donc logique qu'elle soit aussi fabriquée en France. A Limoges nous avons trouvé la proximité avec Bordeaux, des espaces disponibles, un accueil favorable et, surtout, de la main d'œuvre qualifiée, des écoles et des chercheurs. Pour être clair, on a eu zéro problèmes de recrutement pour constituer notre équipe d'ouvriers qualifiés, de techniciens, d'ingénieurs et même de fonctions administratives", salue Jean-Yves Gomez.

Isorg

L'usine d'Isorg, à Limoges (crédits : Isorg).

L'usine, qui compte 1.000 m2 de salles blanches, représente un investissement considérable pour l'entreprise qui a pu s'appuyer sur le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine, des banques et du programme d'investissement d'avenir (PIA). Quant à la levée de fonds de 24 M€ réalisée en 2018, après un premier tour de table de 8 M€ quatre ans plus tôt, elle a servi à financer le développement de la technologie extrêmement gourmand en cash. "On travaille sur des matériaux et des substrats très sensibles et très coûteux. Par exemple, un kilo de polymère c'est 2 M€ ! La levée de fonds finance aussi le processus d'industrialisation et la fabrication qui doit débuter en 2020 pour une mise sur le marché fin 2020 ou début 2021 si tout va bien", éclaire le dirigeant d'Isorg.

Plusieurs millions de pièces devraient être fabriquées à Limoges dans les années qui viennent. L'usine est configurée pour fonctionner en 3x8, 364 jours par an avec une équipe de production de dix personnes. "A pleine capacité, cela représente entre 80 et 100 salariés mais avant de recruter nous allons attendre d'en savoir un peu plus sur la suite des évènements", précise Jean-Yves Gomez. Dans tous les cas, Isorg, qui vise un équilibre financier à l'horizon 2021 et un cash-flow positif un an plus tard, travaille sur d'autres produits visant notamment les marchés de l'habitacle automobile et des caméras hybrides 2D/3D. Deux recrutements d'ingénieurs R&D sont ainsi prévus à Bordeaux où l'équipe d'Isorg est installée au sein du laboratoire ElorPrinTec de l'Université de Bordeaux, à Pessac.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :