La nouvelle taxe LGV suscite des protestations en Charente

À peine votée, déjà contestée. La taxe spéciale d'équipement instaurée pour financer les lignes à grande vitesse vers Toulouse et Dax concerne 2.340 de Nouvelle-Aquitaine et d'Occitanie, y compris des communes éloignées de Charente qui la juge « insupportable ». Des remous qui pourraient bien faire tache d'huile dans le contexte inflationniste actuel.
Le projet de LGV vise notamment à mettre Toulouse à une heure de Bordeaux et trois heures de Paris à l'horizon 2030.
Le projet de LGV vise notamment à mettre Toulouse à une heure de Bordeaux et trois heures de Paris à l'horizon 2030. (Crédits : Région Nouvelle-Aquitaine / Région Occitanie)

[Article mis à jour à 15h30 avec la réaction d'Alain Rousset]

Fixée par un arrêté du 31 décembre 2022, la liste des 2.340 communes de Nouvelle-Aquitaine et d'Occitanie soumises à la taxe spéciale d'équipement (TSE) destinée à financer les LGV pour relier Toulouse à Bordeaux en une heure et Dax à Bordeaux en 50 min à l'horizon 2030-2034 est désormais connue. Ce nouvel impôt local, dont le montant sera réévalué chaque année, doit permettre de récupérer 24 millions d'euros en 2023. Il est instauré pour 40 ans et permettra donc de récupérer a minima un milliard d'euros sur un total d'au moins 14 milliards. Mais à peine entré en vigueur il suscite déjà des protestations. En cause, le critère retenu pour sélectionner les zones concernées : « les communes situées à moins de soixante minutes par véhicule automobile d'une gare desservie par la future LGV ».

Une taxe « insupportable »

Au regard de ce critère théorique, sont donc assujetties la quasi totalité des communes de Gironde, des Landes, de Lot-et-Garonne, de Haute-Garonne, du Tarn-et-Garonne certaines communes des Pyrénées-Atlantiques, du Gers, du Tarn, du Lot, de l'Aude et de l'Ariège et deux communes des Hautes-Pyrénées. Mais aussi, de manière plus acrobatique, des secteurs de Dordogne, Charente et Charente-Maritime qui sont objectivement moins concernés par la LGV au sud de Bordeaux mais dont les habitants et entreprises devront quand même mettre la main à la poche. Avec la désagréable sensation de ne payer que pour voir passer les trains et de revivre le mauvais scénario de la LGV Paris-Bordeaux.

Lire aussiUn an après la LGV, l'ex-Poitou-Charentes entre retombées économiques et sentiment de relégation

Des élus de Charente et Charente-Maritime, au nord de Bordeaux, s'indignent ainsi que leurs contribuables soient assujettis à cette TSE. Au total, 81 communes du sud des deux départements sont concernées. Cette taxe est « insupportable » pour des territoires « où la nouvelle ligne n'a aucun intérêt dans le quotidien » des habitants, a déclaré à l'AFP mercredi Jeanne Blanc, maire de Cercoux (Charente-Maritime). « Je mets au défi d'aller à Bordeaux en une heure », abonde Michel Masero, maire de Neuvicq (Charente-Maritime) qui souhaiterait donner la priorité aux petites lignes, utilisées par ses administrés.

Jacques Chabot, président de la communauté de commune charentaise de Baignes, Barbezieux, Blanzac et Brossac, fustige l'absence de « concertation » : « Personne n'a été prévenu. Les parlementaires n'ont rien dit, les préfets non plus », assure l'ancien maire de Jonzac (Charente-Maritime) et sénateur, Claude Belot. « Cette taxe est nécessaire et n'est pas une surprise puisqu'elle figure dans la loi de finances pour 2022 », juge de son côté Alain Anziani, le président de Bordeaux Métropole, favorable au projet.

Un projet alternatif vers l'Espagne ?

Cette nouvelle taxe s'ajoute aux taxes foncières, à la taxe d'habitation sur les résidences secondaires et à la cotisation foncière des entreprises (CFE). « Elle sera d'un montant d'environ 3,40 euros pour quelqu'un qui a 1.000 euros de valeur foncière », détaille Guy Kauffmann, directeur général de la société de financement du GSPO (grand projet ferroviaire du Sud-Ouest). Le Parlement a également adopté en novembre le principe d'une taxe additionnelle de 34 % à la taxe de séjour dans les départements traversés pour financer le GPSO, qui entrera en vigueur l'an prochain. Une fiscalité additionnell qui pourrait bien avoir du mal à convaincre dans le contexte inflationniste actuel avec une hausse de prix en France de +5,2 % sur l'ensemble de l'année 2022.

Lire aussiLe Sénat revoit à la hausse les taxes spéciales pour la LGV Toulouse-Bordeaux et d'autres lignes

Ce projet de double LGV est porté à bout de bras par les présidents de la Nouvelle-Aquitaine et de l'Occitanie, qui ont reçu ces dernières années le soutien décisif de l'ancien Premier ministre Jean Castex. même si des incertitudes conséquentes demeurent sur son financement par l'Union européenne. Et ce projet est critiqué pour son coût et son impact sur la biodiversité par d'autres élus locaux dont le maire écologiste de Bordeaux Pierre Hurmic. La semaine dernière, ce dernier a défendu avec les maires de Bayonne et Irun (Espagne) une alternative consistant à moderniser la ligne existante entre la frontière espagnole et Bordeau et dénonçant un projet GPSO « pas crédible car la prolongation vers l'Espagne n'est ni programmée ni finançable » soulignant qu' « un rapport du Conseil d'Orientation des Infrastructures du 12 décembre 2022 envisage une réalisation Dax-Irun au plus tôt en 2042 ».

Déjà l'an dernier, plusieurs intercommunalités de Nouvelle-Aquitaine invitées à voter leurs contributions financière au GPSO avaient trainer des pieds contraignant le conseil régional à avancer plusieurs centaines de millions d'euros.

Lire aussiPour ou contre : la LGV Bordeaux-Toulouse aura-t-elle un impact favorable sur l'environnement ? Jean-Luc Moudenc (maire de Toulouse) face à Pierre Hurmic (maire de Bordeaux)

Alain Rousset : « Il n'y a pas d'alternative ! »

À la Région Nouvelle-Aquitaine, le président Alain Rousset, est un farouche partisan de la LGV : « Tout le monde est attentif au moindre euro mais on est sur une taxe de trois à quatre euros par an pour un propriétaire sur une base foncière de 1.000 euros ! Il faut mettre en face de cela le service rendu par la LGV », réagit-il. Quand au projet alternatif de rénovation des lignes existantes défendu par le maire de Bordeaux, il ne le juge tout simplement « pas crédible » : « Il n'y a pas d'alternative ! Rénover l'existant c'est un projet qui ne tient pas, notamment parce cela nécessiterait d'arrêter tous les trains vers Toulouse et le sud de la région pendant cinq ans ! Ce n'est tout simplement pas faisable ! »

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 14/01/2023 à 18:04
Signaler
Bonjour,. Suivant régulièrement la construction de la ligne lgv le mans rennes. J'ai été choqué de la destruction du paysage, parfois 1 km de collines de détruites, rarement moins de 500 m (en gros un TGV ça fait 5m, les ponts les passages éliminés...

à écrit le 14/01/2023 à 13:31
Signaler
Taxes, taxes!!! Et les interconnexions européennes? A quand des vraies lignes trans EU car hormis Paris- Bruxelles, cela reste très léger....regardons la Chine!!!! En dix ans ils ont rattrapé 40 ans de retard avec des trains qui quadrillent le pays.....

à écrit le 14/01/2023 à 9:23
Signaler
Bonjour, Personnellement je reste surpris que l'ons taxe les commune sur la zone alors que nous avons la un chantiers de développement du territoire francais... Un exemple lors des jeux olympiques qui serons organisée a paris , une grande partis d...

à écrit le 13/01/2023 à 15:20
Signaler
Allez les zadistes on compte sur vous pour bloquer ce projet qui sert à rien et que personne ne veut si ce n’est Moudenc et Delga la catastrophe environnementale et sanitaire sera stratosphérique dans tout le sud ouest !

le 13/01/2023 à 16:52
Signaler
mais quand nos dirigeants ne savent pas gerer une situation leur recourt est la taxe ce qui en dit long sur leur capacites de gestion deja en general a cours d'idee pour une vision d'un pays a long terme la les sommets de la betise son ateint ...

le 14/01/2023 à 13:13
Signaler
Donc, vous prônez que l'on continue à développer Blagnac ? (cf évolution Mérignac depuis le TGV...)

à écrit le 13/01/2023 à 14:38
Signaler
Une taxe payé dans les communes situées à moins de soixante minutes par véhicule automobile d'une gare desservie par la future LGV ? C'est normal qu'il y ait des protestations. Quand on est à moins de 30 minutes c'est utile mais 60 minutes en voitur...

à écrit le 13/01/2023 à 11:18
Signaler
Ces régions ont fait des pieds et des mains pour avoir une LGV , il semble normal de participer au financement, ce n'est pas aux impôts des citoyens non concernés de financer ces dépenses d'infrastructures.

le 13/01/2023 à 13:25
Signaler
Vous avez vu passer un référendum chez vous? Que les élus veuillent cette ligne est une chose, s'en est une autre pour les habitants

le 13/01/2023 à 14:57
Signaler
comme dans la region grand est les magouilles et tripotage pour interets personnel sont une constance non reprime mais une statue chretienne derange ces minables qui dirige le pays

le 13/01/2023 à 15:01
Signaler
Ok, mais qui sont les personnes qui les ont élus ? Faut assumer sa votation et pas geindre sur les espaces commentaires des médias ou même des réseaux sociaux ensuite dés qu'une décision est prise ne nous plait pas.

à écrit le 13/01/2023 à 11:04
Signaler
C'est que le debut. Apres exproprier les terrains au nom d'interet publique (confiscation) et les barrieres anti-brut promis mais jamais realises un fois les TGV roulent.

à écrit le 13/01/2023 à 10:20
Signaler
Allez les gueux, 'faut payer cette nouvelle taxe spéciale "réévaluée chaque année" (comprendre : augmentée chaque année) pour payer cette infrastructure de transport ! Ensuite, vous paierez le prix du billet, qui lui aussi sera réévalué :) chaque ann...

le 15/01/2023 à 1:41
Signaler
Et en final, cette ligne sera privatisee. Que du bonheur pour les gogos.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.