Territoires zéro chômeur : trois questions sur l'expérimentation de Castillon-la-Bataille

C'est la toute première commune de Gironde labellisée Territoires zéro chômeur de longue durée. Castillon-la-Bataille lance officiellement, mercredi 13 juillet, l'expérimentation dans une ville où le chômage touche plus de 30 % de la population active. Comment ? Pour qui ? Avec quel financement ? Décryptage.
Castillon-la-Bataille est la première ville de Gironde à intégrer l'expérimentation Territoires zéro chômeur avec 11 premiers contrats en CDI.
Castillon-la-Bataille est la première ville de Gironde à intégrer l'expérimentation Territoires zéro chômeur avec 11 premiers contrats en CDI. (Crédits : DR)

Enfin ! Après six ans d'attente pour intégrer le dispositif, Castillon-la-Bataille lance les premières mesures du Territoire zéro chômeur de longue durée. À mi-chemin entre Bergerac et Bordeaux, la commune girondine fait partie des villes labellisées pour cette deuxième vague d'expérimentations du dispositif national de lutte contre le chômage dans les zones désertées par l'emploi. Selon les derniers chiffres, Castillon-la-Bataille, qui compte un peu plus de 3.000 habitants, recense 468 demandeurs d'emploi, soit plus de 30 % de chômage parmi la population active.

Si la commune avait manqué de peu l'expérimentation en 2016, terminant en 12e position alors que seuls 10 candidats étaient retenus, les élus ont mis les dernières années à profit pour blinder leur préparation. Le maire de droite et le président de gauche du conseil départemental vont laisser leurs divergences politiques entre parenthèses pour signer aujourd'hui les conventions de lancement qui comptent les 11 premiers contrats en CDI. Alors que le chômage atteint un niveau record autour du bassin de vie de Castillon-la-Bataille, l'arrivée du dispositif est particulièrement attendue.

  • Comment la commune va-t-elle organiser le retour à l'emploi ?

Comme pour les autres territoires concernés par le programme, la commune va se doter d'une Entreprise à but d'emploi (EBE) dont l'objectif sera de créer des contrats et d'accompagner les demandeurs selon leurs attentes. En réalité, les élus de Castillon-la-Bataille n'ont pas attendu : en 2017, l'entreprise de préfiguration Casti'lab a été créée pour réfléchir à la stratégie à adopter. C'est ainsi qu'elle va signer, dès le 18 juillet et son changement de statut, les onze premiers contrats en CDI du dispositif.

Comme le veulent les principes du Territoire zéro chômeur, les emplois sont constitués selon les compétences des demandeurs et en fonction des besoins du territoire sur des domaines non concurrentiels avec les entreprises existantes. Les premiers emplois de la commune girondine seront dédiés à la confection de mobilier, à la conciergerie urbaine et à l'artisanat pour fabriquer les accessoires de l'événement autour de la bataille de Castillon.

L'entreprise Casti'lab va s'installer en centre-ville, dans des locaux gracieusement mis à disposition par la municipalité, comme le révèle le maire, Jacques Breillat, à La Tribune. C'est d'ailleurs lui qui préside le comité local pour l'emploi chargé du pilotage du dispositif. Celui-ci est également composé de représentants de la Région, de la sous-préfecture, du Département et d'entreprises du bassin local. Il leur incombe désormais la charge de déterminer le type de public à intégrer et de vérifier la non-concurrence des nouvelles activités créées avec celles déjà présentes sur le territoire, tout en gérant les entrées et les sorties.

Lire aussiTerritoires zéro chômeur : les clés pour comprendre cet outil expérimental

  • Qui est concerné par le dispositif Territoires zéro chômeur ?

Le dispositif s'adresse à toutes les personnes inactives souhaitant se diriger vers un retour à l'emploi. Seule condition pour prétendre à l'intégration : résider sur la commune de Castillon-la-Bataille depuis plus d'un an. Être inscrit à Pôle emploi n'est pas obligatoire et la démarche fonctionne sur la base du volontariat. "On a déjà de nombreux dispositifs d'accompagnement vers l'emploi mais là c'est une autre manière d'aborder les choses. C'est une démarche ascendante puisque l'on part des besoins des gens" abonde Sophie Piquemal, vice-présidente du conseil départemental de le Gironde chargée de l'urgence sociale, de l'habitat, de l'insertion et de l'économie sociale et solidaire.

Déjà, l'arrivée du dispositif est suivie de près par de nombreux bénéficiaires potentiels. "171 personnes se sont déjà portées volontaires pour intégrer le Territoire zéro chômeur, annonce le maire Jacques Breillat. Notre objectif c'est, à minima, de créer une centaine d'emploi sur les trois ans qui viennent et 150 d'ici cinq ans."

Sur un bassin de vie à cheval entre deux départements et majoritairement orienté vers les travaux agricoles, la volonté des élus est de créer une dynamique en diversifiant les activités. Il se joue aussi un enjeu d'attractivité pour une ville moyenne qui a des atouts à faire valoir face à la toute puissance de la métropole bordelaise.

Lire aussiGironde : le taux de création d'emplois y est 22 fois plus fort qu'en France !

"Je ne pouvais pas imaginer que le projet de revitalisation de mon centre-ville, qui est en cours, ne soit pas arrimé à un projet d'intégration sociale tel que le Territoire zéro chômeur. Nous avons en même temps beaucoup de personnes privées d'emploi et beaucoup de besoins sociaux non satisfaits", évoque Jacques Breillat.

  • Avec quel financement ?

Pour chaque contrat créé en CDI à temps plein, 22.000 euros seront investis chaque année. Une somme abondée à 75 %, soit 17.000 euros, par le fonds public d'expérimentation contre le chômage de longue durée, auquel tous les territoires concernés ont recours. Le reste étant complété par le Département de la Gironde comme le veut la seconde loi d'expérimentation du Territoire zéro chômeur. La Région Nouvelle-Aquitaine n'entre pas dans ce financement, mais seulement dans le soutien au lancement du dispositif via des subventions.

Un montage qui n'associe donc que deux parties et qui se veut comme un tremplin pour les futurs bénéficiaires. "C'est un peu comme un incubateur social, ils peuvent venir pour tester leur activité et ensuite être accompagnés vers la création d'entreprise", invite le maire. Le dispositif ne pourra pas pour autant répondre entièrement au problème structurel du chômage sur ce territoire en mal d'attractivité. Mais il constituera un laboratoire à scruter de près, dans un département qui, comme l'ont montré les dernières élections, est plus fragmenté que jamais.

Lire aussiLégislatives : ce qu'il faut retenir du second tour en Gironde

Bientôt à Bordeaux ?


  • La mairie de Bordeaux a exprimé, en septembre 2020, son souhait de déposer un dossier de candidature pour une expérimentation à conduire dans un périmètre rassemblant le Grand Parc, Jardin Public, les Chartrons et une partie de Bordeaux Maritime. Dans ce secteur qui concernerait 10.000 à 11.000 habitants, l'inactivité touche en particulier les jeunes. La phase de candidature se déroulera jusqu'en 2024. Bordeaux, qui devrait déposer une candidature officielle en fin d'année 2022, pourrait tout à fait prétendre à être retenue puisque d'autres villes, comme la métropole de Lille qui accueille deux Entreprises à but d'emploi, font partie des territoires pilotes.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.