Régionales : pas de fusion à gauche, ni à droite en Nouvelle-Aquitaine

PS, RN, LREM-Modem, LR et EELV : il y aura donc bien cinq listes dimanche 27 juin au second tour des élections régionales en Nouvelle-Aquitaine. A gauche, le divorce est consommé entre socialistes et écologistes tandis qu'aucun scénario de fusion n'a émergé à droite entre LR et le Mouvement de la Ruralité.

6 mn

A moins de 24h du dépôt officiel des listes pour le second tour des élections régionales en Nouvelle-Aquitaine, cinq listes ont confirmé leur intention d'y participer : Alain Rousset, Edwige Diaz, Geneviève Darrieussecq, Nicolas Florian et Nicolas Thierry.
A moins de 24h du dépôt officiel des listes pour le second tour des élections régionales en Nouvelle-Aquitaine, cinq listes ont confirmé leur intention d'y participer : Alain Rousset, Edwige Diaz, Geneviève Darrieussecq, Nicolas Florian et Nicolas Thierry. (Crédits : Agence APPA)

"Ce lundi, aucun accord n'a pu être signé. Il n'y avait manifestement aucune volonté d'accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation." Le communiqué de la liste PS, PC, PRF menée par Alain Rousset est tombé un peu avant 17h au lendemain du 1er tour des élections régionales qui lui ont octroyé une large avance avec 28,83 % des suffrages exprimés. Les discussion avec ses alliés écologistes ont bien eu lieu toute la journée mais ont visiblement échoué selon le président de région sortant de Nouvelle-Aquitaine :

"Je suis au service de tous et l'otage de personne [...] Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable. J'appelle au rassemblement autour de la liste que je mène [...] La feuille de route Néo Terra de transition environnementale, écologique et énergétique sera poursuivie, approfondie, accompagnée par les 450 scientifiques qui ont réalisé un travail énorme, unique en France et en Europe."

Lire aussi 9 mnRégionales : Alain Rousset (PS) en tête en Nouvelle-Aquitaine

Du côté des écologistes, Nicolas Thierry, l'ancien vice-président d'Alain Rousset au conseil régional, a doublé le score des Verts en récoltant 12,09 % des bulletins. Ses exigences étaient forcément fortes, peut-être trop. "Dimanche soir et lundi matin, les discussions engagées avec Alain Rousset ont eu lieu dans un climat de défiance et de fermeture totale. Avec obstination  les amis d'Alain Rousset ont refusé de prendre le moindre engagement ferme en faveur de la transition écologique, s'en tenant a de très vagues déclarations d'intention. Ils ont refusé de discuter de la sortie des pesticides, de la LGV ou encore des bassines préférant nous balader sur des propositions de postes aussi floues qu'insultantes. [...] Face à la fermeture et la brutalité d'Alain Rousset, nous défendrons les couleurs de l'écologie au second tour. Nous ne sommes pas des marchands de tapis", a fait valoir Nicolas Thierry. S'il reste encore quelques heures aux différents candidats pour discuter, l'échec des négociations entre socialistes et écologistes semble consommé. Le dépôt officiel des listes pour le second tour fixé au mardi 22 juin à 18h.

LR se maintient et rejette toute fusion

A droite et au centre, on ne semble pas prêt à s'unir pour profiter de la division de la gauche : chacun partira aussi dans son couloir au second tour. "Il n'y aura pas de fusion de liste avec qui que ce soit. On fait ce qu'on a dit c'est le choix de la clarté, de la cohérence et de la parole donnée !", a en effet réaffirmé Nicolas Florian, le candidat LR-NC qui a rassemblé 12,48 % des suffrages, confirmant ses déclarations de la veille. Dans le sillage des élus LR au niveau national, l'ancien maire de Bordeaux écarte donc catégoriquement une alliance avec Geneviève Darrieussecq, la candidate LREM-Modem qui a obtenu 13,71 %, jugeant au passage la majorité présidentielle "très affaiblie au regard des moyens humains et politiques investis dans la campagne". Extrapolant les résultats du scrutin au niveau national, Nicolas Florian juge désormais que "LR constitue la seule force d'alternance capable de combattre le RN et de remettre en cause le choix binaire entre LREM et le RN" et qu'il "faut donc continuer à parler de sécurité".

Lire aussi 6 mnRégionales : Nicolas Florian veut prendre le taureau de l'insécurité par les cornes

La fusion ne se fera pas non plus avec la liste du Mouvement de la Ruralité d'Eddie Puyjalon, qui a obtenu 7,29 % au 1et tour, bien qu'ils aient fait liste commune dès le 1er tour en 2015. "On a discuté avec Eddie Puyjalon avec qui on a travaillé au conseil régional et qui a réalisé un score assez remarquable mais nous avons convenu qu'une fusion n'était pas possible ni souhaitable notamment parce que nous défendons déjà un certain nombre de leurs engagements de campagne en faveur de la ruralité. Et il n'y a pas besoin d'un accord électoral parce qu'Eddie Puytjalon sait qu'il n'est pas propriétaire de ses électeurs et défend des idées avant tout", a expliqué Guillaume Guérin, tête de liste LR en Haute-Vienne et directeur de campagne de Nicolas Florian.

"Nous avons réalisé un très beau score, bien au-delà de ce que prédisait les sondages, mais je ne suis pas à la recherche d'un poste, je défends des idées politiques et je continuerai à le faire notamment aux élections législatives l'année prochaine. Il n'y avait nul besoin de fusionner pour cela", a confirmé Eddie Puyjalon à La Tribune. Pour autant, Nicolas Florian et son équipe estiment pouvoir compter sur "un réservoir de voix assez naturel parmi les électeurs du Mouvement de la Ruralité" et font le pari de terminer devant Geneviève Darrieussecq au soir du second tour dimanche 27 juin.

Cinq listes au second tour et l'abstention

En l'état, la configuration politique régionale semble donc s'orienter vers un second tour avec cinq listes en lice :

  • Alain ROUSSET (PS, PC, PRG) qui a obtenu 28,84 % au 1er tour
  • Edwige DIAZ (RN) qui a obtenu 18,21 % au 1er tour
  • Geneviève DARRIEUSSECQ (LREM-Modem) qui a obtenu 13,71 % au 1er tour
  • Nicolas FLORIAN (LR-NC) qui a obtenu 12,46 % au 1er tour
  • Nicolas THIERRY (EELV) qui a obtenu 12,08 % au 1er tour.

Lire aussi 12 mnRégionales : les projets économiques des huit candidats en Nouvelle-Aquitaine

Les cinq candidats misent sur une participation plus importante pour conforter ou renforcer leur résultat du 1er tour. Edwige Diaz, qui avec 18,20 a perdu près de la moitié de ses électeurs de 2015, compte notamment sur un "sursaut" de son électorat appelant au "vote utile" les électeurs de droite et d'extrême-droite face à au PS. Alors que seulement 1,56 million d'électeurs néo-aquitains sont allés voter ce 21 juin, contre 2,18 millions en décembre 2015, les jeux restent ouverts au second tour en cas de participation plus élevée même si les dix points d'avance d'Alain Rousset sur la candidate RN le placent logiquement en position de favori malgré le maintien de la liste écologiste.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.