Régionales : Alain Rousset (PS) en tête en Nouvelle-Aquitaine

C'est Alain Rousset qui arrive nettement en tête au 1er tour de l'élection régionale en Nouvelle-Aquitaine avec 28,83 % des suffrages exprimés selon les résultats définitifs. Edwige Diaz (RN) arrive en seconde position (18,20 %) devant Geneviève Darrieussecq (LREM) à 13,71 %. Le tout dans un scrutin marqué par une participation historiquement faible de 35,96 %. Alors que cinq listes peuvent se maintenir au second tour, les discussions s'ouvrent à gauche en vue d'une fusion tandis que Nicolas Florian (LR) exclut toute alliance avec les Marcheurs.

9 mn

Le président socialiste sortant, Alain Rousset, est donné largement en tête au 1er tour de l'élection régionale en Nouvelle-Aquitaine.
Le président socialiste sortant, Alain Rousset, est donné largement en tête au 1er tour de l'élection régionale en Nouvelle-Aquitaine. (Crédits : Thibaud Moritz / Agence APPA)

Sur fond d'abstention massive et record (64,04 %), comme ailleurs en France, c'est le président socialiste sortant Alain Rousset qui sort son épingle du jeu en Nouvelle-Aquitaine et arrive largement en tête avec 28,83 % des suffrages exprimés, selon les résultats définitifs. Il devance ainsi de dix points Edwige Diaz, la candidate du Rassemblement national, qui réunit 18,20 %. Un cran en dessous, la ministre candidate Geneviève Darrieussecq (LREM) arrive en 3e position avec 13,71 %. Elle devance de peu Nicolas Florian (LR) à 12,48 % et Nicolas Thierry (EELV) à 12,09 %. Derrière ces cinq listes en mesure de se maintenir ou de fusionner en vue du second tour, suit Eddie Puyjalon (Mouvement de la ruralité) à 7,29 %. Le candidat soutenu par Jean Lassalle obtient un score nettement supérieur aux estimations des sondages qui le créditaient de 3 à 4 % des intentions de vote. Il devance ainsi Clémence Guetté (LFI/NPA) à 5,67 %, qui n'a pas réussi à percer dans la campagne, et Guillaume Perchet (LO) à 1,74 %.

Lire aussi 18 mnElections régionales : prime aux sortants, pari raté pour le RN, LaRem hors course

Nicolas Florian exclut toute alliance avec LREM

Comme dans d'autres régions françaises, cette abstention extrêmement élevée semble avoir bénéficié au président de région sortant : Alain Rousset a ainsi assuré sa première position avec un score supérieur aux estimations des sondages et assez proche de celui de 2015 (30,4 %) en arrivant nettement en tête dans les douze départements de la grande région. L'élu socialiste a réussi à mobiliser sa base électorale en vue d'un 6e mandat mais, du fait de l'abstention, il perd près d'un tiers de ses électeurs de 2015 avec 430.000 bulletins de vote en 2021, soit près de 200.000 de moins qu'en décembre 2015. Plus globalement, seulement 1,56 million d'électeurs néo-aquitains sont allés voter ce 21 juin, contre 2,18 millions en décembre 2015.

Alain Rousset

Le sourire d'Alain Rousset, à l'annonce des résultats du 1er tour des élections régionales en Nouvelle-Aquitaine qui le place largement en tête (crédits : Thibaud Moritz / Agence APPA).

Dans ce contexte particulier, le président sortant va pouvoir entamer en relative position de force les négociations avec la liste écologiste de Nicolas Thierry, avec qui il était allié au sein de la majorité régionale depuis 2015, sur une possible fusion de leurs listes au second tour du 27 juin. "Malgré des divergences, nous sommes d'accord sur l'essentiel avec les écologistes", a confirmé Eric Kerrouche, sénateur PS et candidat sur la liste d'Alain Rousset, au micro de TV7.

Dans une brève déclaration, Nicolas Thierry a estimé que "quoiqu'en baisse notable, le président sortant Alain Rousset, réalise un score qui lui donne la responsabilité de rassembler." Il n'a pas souhaité en dire plus sur ses intentions alors qu'il a doublé le score des écologistes par rapport à 2015, avec un gain de 65.000 bulletins de vote. Il assure d'ores et déjà qu'il fera "tout pour que l'écologie soit la boussole qui guide les pas de la Région dans les années qui viennent". "Cette abstention est le signe d'une crise profonde, durable et dangereuse. Elle constitue un défi énorme", a-t-il ajouté. La date limite pour déposer les listes en vue du second tour des élections régionales est fixée au mardi 22 juin à 18h.

Nicolas Thierry

"Alain Rousset, réalise un score qui lui donne la responsabilité de rassembler", a estimé l'écologiste Nicolas Thierry, ce dimanche 20 juin (crédits : Thibaud Moritz / Agence APPA).

Dans les prochaines heures, la centriste Geneviève Darrieussecq et le candidat LR Nicolas Florian devraient donc aussi mener d'intenses discussions, probablement plus compliquées, sur une éventuelle fusion de leurs deux listes. "Nous aurons une liste au second tour, je n'ai pas changé d'avis ! Il n'y aura pas d'alliance avec LREM ou la majorité présidentielle", a cependant réaffirmé Nicolas Florian, fermant la porte à toute alliance, avant de poursuivre : "C'est un double échec pour le gouvernement et la majorité présidentielle qui n'est en tête dans aucune région et cette abstention prouve aussi combien nos citoyens se désintéressent de la politique. On ne peut que s'en désoler. [...] Ce soir les LR sont le 1er parti de France. Je félicite pour leurs résultats mes amis présidentes et présidents de régions qui arrivent largement en tête."

Les Républicains pourraient aussi regarder du côté du Mouvement de la Ruralité (ex-CPNT) avec qui ils avaient fait liste commune dès le 1et tour en 2015. De son côté, Geneviève Darrieussecq, au micro de TV7, "déçue par l'abstention très importante", regrette que "Nicolas Florian se projette en 2022 au lieu de parler de l'élection régionale". Si elle se dit "déterminée" à aller au bout, elle est aussi "ouverte aux forces de rassemblement." Un rapprochement avec la liste d'Alain Rousset pourrait également être une option mais ce n'est pas le scénario qui semble tenir la corde à ce stade.

Le RN se réclame du "vote utile"

A l'extrême-droite, la candidate RN Edwige Diaz, qui réalise un score bien moins haut qu'attendu et inférieur à 2015 avec 270.000 votes en 2021, soit 210.000 de moins qu'il y a six ans (-44 %), cherchera à convaincre les électeurs de droite de la soutenir face à l'union de la gauche pressentie au second tour. "Il y a bien sûr un écart entre les sondages et les résultats mais il n'est pas synonyme de défaite. Je veux donner un message d'encouragement et d'optimisme à nos électeurs et je leur dis que nous disposons d'une grande réserve de voix. Si les électeurs de droite veulent mettre fin à 23 ans de socialisme, il faut voter Rassemblement national, c'est le seul vote utile !", a-t-elle réagit.

Edwige Diaz

Edwige Diaz appelle "au vote utile" contre la gauche ce dimanche 20 juin (crédits : Thibaud Moritz / Agence APPA)

Au total, le second tour qui se tient dimanche 27 juin devrait voir s'affronter soit quatre listes (PS-EELV, RN, LREM et LR), soit trois listes si la droite et le centre venaient à fusionner, ce qui semble pour l'heure, peu probable.

Dans un communiqué, la candidate LFI/NPA, Clémence Guetté, qui a réuni 15.000 bulletins de moins qu'Olivier Dartigolles en 2015, évoque "la catastrophe démocratique qu'a été cette élection. L'abstention record ce soir ne vient pas de nulle part. Le gouvernement porte cette responsabilité. C'est un crash démocratique sans précédent." "On a voulu, en faisant cette liste la plus large possible, rassembler des militants de tous les secteurs en lutte dans la région : pour conserver l'emploi, pour protéger les sols et l'environnement, pour nos libertés, pour la culture. Tout ce travail là n'est pas vain", a-t-elle également déclaré. Pour Lutte ouvrière, Guillaume Perchet salue "un courant bien vivant dans l'électorat ouvrier" et juge que "l'abstention record dans ces élections régionales et départementales exprime le désintérêt  profond, voire le dégoût croissant de l'électorat populaire".

Pour rappel, en 2015, la participation s'était élevée à 51 % aux élections régionales. Alain Rousset (PS) était arrivé en tête avec 30,4 % devant Virginie Calmels (LR) à 27,2 % et Jacques Colombier (FN) à 23,3 %. Suivaient Françoise Coutant (EELV) à 5,6 %, Olivier Dartigolles (FG) à 4,9 %, Yvon Setze (DLF) à 3,4 % et quatre autres listes à moins de 2 %.

Dans les départements

Selon les résultats définitifs, Alain Rousset arrive en tête en Creuse avec 28,69 % des suffrages exprimés devant Nicolas Florian (19,73 %), Edwige Diaz (15,55 %), Geneviève Darrieussecq (10,22 %), Nicolas Thierry (9,75 %), Eddie Puyjalon (6,99 %), Clémence Guetté (6,88 %) et Guillaume Perchet (2,18 %).

Dans la Haute-Vienne, Alain Rousset arrive en tête (31,67 %) suivi d'Edwige Diaz (17,82 %), de Nicolas Florian (14,30 %), de Nicolas Thierry (11,33 %), Geneviève Darrieussecq (10,70 %), Clémence Guetté (6,51 %), Eddie Puyjalon (5,44 %) et Guillaume Perchet (2,23 %).

En Dordogne, Alain Rousset arrive en première position avec 33,21 % devant Edwige Diaz (19,41 %), Geneviève Darrieussecq (10,43 %) et Nicolas Florian (10,26 %), Nicolas Thierry (10,04 %), Eddie Puyjalon (8,47 %), Clémence Guetté (6,21 %) et Guillaume Perchet (1,96 %).

Dans les Deux-Sèvres, Alain Rousset est en tête avec (25,31 %) devant Edwige Diaz (16,73 %), Nicolas Thierry (16,67 %), Geneviève Darrieussecq (15,62 %), Nicolas Florian (12,12 %), Clémence Guetté (7,36 %), Eddie Puyjalon (4,17 %) et Guillaume Perchet (2,03 %).

Dans les Landes, Alain Rousset est en tête avec (32,88 %) devant Geneviève Darrieussecq (22,24 %), Edwige Diaz (15,43 %), Eddie Puyjalon (8,91 %), Nicolas Florian (7,64 %), Nicolas Thierry (7,58 %), Clémence Guetté (4,04 %) et Guillaume Perchet (1,28 %).

En Charente, Alain Rousset arrive en première position avec 27,41 % devant Edwige Diaz (19,57 %), Geneviève Darrieussecq (17,36 %) et Nicolas Thierry (11,88 %), Nicolas Florian (9,63 %), Clémence Guetté (6,19 %), Eddie Puyjalon (5,77 %) et Guillaume Perchet (2,30 %).

En Charente-Maritime, Alain Rousset arrive en première position avec 23,22 % devant Edwige Diaz (21,81 %), Geneviève Darrieussecq (14,20 %) et Nicolas Thierry (13,96 %), Nicolas Florian (13,61 %), Eddie Puyjalon (5,76 %), Clémence Guetté (5,65 %) et Guillaume Perchet (1,80 %).

En Corrèze, Alain Rousset arrive en première position avec 26,72 % devant Edwige Diaz (21,81 %), Nicolas Florian (25,79 %), Edwige Diaz (15,04 %), Nicolas Thierry (9,87 %), Geneviève Darrieussecq (8,02 %), Eddie Puyjalon (7,50 %), Clémence Guetté (5,01 %) et Guillaume Perchet (2,06 %).

En Lot-et-Garonne, Alain Rousset arrive en première position avec 25,09 % devant Edwige Diaz (23,71 %), Geneviève Darrieussecq (13,19 %) et Nicolas Florian (11,06 %), Eddie Puyjalon (10,87 %), Nicolas Thierry (8,97 %), Clémence Guetté (5,35 %) et Guillaume Perchet (1,75 %).

Dans les Pyrénées-Atlantiques, Alain Rousset arrive en première position avec 29,75 % devant Geneviève Darrieussecq (13,75 %), Eddie Puyjalon (13,64 %), Edwige Diaz (13,50 %), Nicolas Thierry (13,15 %), Nicolas Florian (9,91 %), Clémence Guetté (4,68 %) et Guillaume Perchet (1,62 %).

Dans la Vienne, Alain Rousset arrive en première position avec 21,59 % devant Edwige Diaz (18,47 %), Nicolas Thierry (15,98 %), Geneviève Darrieussecq (12,99 %), Nicolas Florian (12,41 %), Clémence Guetté (9,13 %), Eddie Puyjalon (5,79 %) et Guillaume Perchet (3,64 %).

En Gironde, Alain Rousset arrive en première position avec 30,99 % devant Edwige Diaz (19,17 %), Nicolas Florian (13,13 %), Geneviève Darrieussecq (12,44 %), Nicolas Thierry (12,42 %), Clémence Guetté (5,55 %), Eddie Puyjalon (5,02 %) et Guillaume Perchet (1,29 %).

9 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 21/06/2021 à 8:40
Signaler
65% d'abstention et comme il fallait s'en douter cela ne les touche même pas tandis que le premier des partis de loin est celui des abstentionistes. Notons quand même comme le RN est vraiment mauvais tandis que la télévision lui fait de la publicité ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.