Santé, mobilité, proximité : trois clefs pour les élections régionales en Nouvelle-Aquitaine

Dans cette grande région qu'est la Nouvelle-Aquitaine, les questions de proximité et de mobilité sont au cœur des débats sur fond de revanche des villes moyennes face à la locomotive bordelaise. Les enjeux de santé sont aussi au premier plan tandis que le soutien à l'économie fait plutôt consensus chez les candidats au scrutin régional des 20 et 27 juin.

5 mn

Concernée par la LGV Bordeaux Toulouse et par les problématiques de l'agriculture, de l'aéronautique et des petites villes, l'agglomération de Marmande et ses 30.000 habitants concentrent les enjeux de la campagne des élections régionales des 20 et 27 juin en Nouvelle-Aquitaine.
Concernée par la LGV Bordeaux Toulouse et par les problématiques de l'agriculture, de l'aéronautique et des petites villes, l'agglomération de Marmande et ses 30.000 habitants concentrent les enjeux de la campagne des élections régionales des 20 et 27 juin en Nouvelle-Aquitaine. (Crédits : Ville de Marmande)

Il faut plus de 4 heures en voiture pour rallier Brive à Bayonne et plus de 5 heures en train. Limoges et Poitiers, distantes d'une grosse centaine de kilomètres, sont à 2 heures de voiture et autant en train. Avec ses douze départements, la Nouvelle-Aquitaine est la plus vaste région de France et se cherche encore une identité commune. Elle compte 84 % de communes rurales, dix agglomérations de plus de 100.000 habitants et, avec Bordeaux, une seule métropole de premier plan, qui englobe quatre de ses douze plus grandes villes,

Proximité et mobilités

Et dans une région relativement épargnée par la crise sanitaire et économique, les moyens pour redynamiser et interconnecter ces villes petites et moyennes, dont on parle tant depuis les confinements sanitaires et la généralisation du télétravail, occupent une place centrale dans la campagne. Les candidats, craignant l'abstention, cherchent d'abord à parler à leur électorat traditionnel mais multiplient aussi les déplacements aux quatre coins de la région pour aborder des enjeux locaux.

Lire aussi 7 mnImmobilier : les villes moyennes ont-elles vraiment le vent en poupe autour de Bordeaux?

Taxé de centralisme régional par ses adversaires, le décentralisateur Alain Rousset arpente le territoire et ne manque pas une occasion de lister les projets de développement économique soutenus partout dans la région : d'Alsapan à La Courtine (Creuse) à la Phéromone Valley à Lacq (Pyrénées-Atlantiques), en passant par l'usine de batteries à Nersac (Charente), la papeterie de Condat (Dordogne), le Ferrocampus à Saintes (Charente-Maritime) et la Cité du cuir à Saint-Junien (Haute-Vienne). Ses adversaires de la droite (Nicolas Florian) et du centre (Geneviève Darrieussecq) promettent davantage de proximité, par le biais de maisons de la région dans les départements, davantage de collaboration avec les intercommunalités sur le plan économique et davantage de soutien aux villes moyennes, notamment par le déploiement du très haut-débit.

Edwige Diaz, la candidate RN qui  talonne le président sortant dans les sondages, vante la "démétropolisation" tandis que le Mouvement de la Ruralité, mené par Eddie Puyjalon et Jean Lassalle, parmi les premiers à défendre cette approche, a fait des villes moyennes et des lignes de proximité l'épine dorsale de ses propositions avec, en particulier, la décentralisation de services de la région pour donner l'exemple. Chez Clémence Guetté (LFI/NPA), la proximité se traduit aussi par la création d'un referendum d'initiative locale. Une proposition qui figure également chez les écologistes.

Lire aussi 3 mnLa manufacture Pinton va se doter d'une nouvelle usine robotisée à Felletin

Sur le plan de la mobilité, la majorité des candidats, hormis LFI/NPA et les écologistes, sont favorables au prolongement de la ligne à grande vitesse vers Toulouse mais, tous, insistent aussi sur l'amélioration des trains express régionaux. Des promesses qui relèvent d'une équation budgétaire peu évidente d'autant que les travaux routiers sont également au menu dans la majorité des programmes, tout particulièrement l'autoroute entre Limoges et Poitiers et l'hypothétique grand contournement de Bordeaux. De son côté, Clémence Guetté (LFI/NPA) promet plutôt la gratuité des transports publics régionaux tandis que Nicolas Thierry (EELV) propose une gratuité pour les étudiants de moins de 25 ans et les demandeurs d'emploi.

Santé et économie

L'autre enjeu en tête des préoccupations des électeurs serait la santé, devant l'éducation et à la sécurité, à en croire le sondage IFOP - La Tribune - Europe 1, et plusieurs candidats se saisissent logiquement du sujet. Alain Rousset en a fait un thème central, liant notamment la santé aux enjeux de qualité de l'air, d'alimentation, de recherche et de souveraineté économique. L'amélioration de l'accès aux soins, notamment via les maisons de santé, figurent aussi en bonne place chez Geneviève Darrieussecq et chez l'écologiste Nicolas Thierry, ce dernier associant étroitement la santé et les enjeux environnementaux. De son côté, Clémence Guetté plaide pour le renforcement des moyens humains et financiers des service de santé et une meilleure consultation des patients et des professionnels.

Enfin, si Edwige Diaz et Nicolas Florian mettent beaucoup l'accent sur la sécurité dans leur programme, les candidats s'accordent sur le maintien d'une action forte de la région sur le plan du développement économique et de la formation professionnelle même si les moyens et objectifs diffèrent.

Des fonds d'investissement, adossés à de l'épargne populaire, sont cités par Nicolas Florian et Nicolas Thierry tandis que Geneviève Darrieussecq propose des campus de formation décentralisés et veut mettre le paquet sur la filière robotique et la cybersécurité. Pour Clémence Guetté, les aides aux entreprises doivent être systématiquement conditionnées au maintien de l'emploi quand Nicolas Thierry promet que chaque euro d'argent public bénéficiera à la transition écologique. Enfin, Nicolas Florian veut revoir de fonds en comble les règles des aides aux entreprises tandis que la candidate du RN plaide pour une région plus proactive auprès des entreprises et aussi pour un conditionnement des aides aux entreprises au maintien de l'emploi dans la région.

Lire aussi 6 mnRégionales : les candidats néo-aquitains ne manquent pas d'idées pour le développement économique

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.