Mérignac reste attractive et investira davantage en 2021

 |  | 641 mots
Lecture 4 min.
Pour rendre possible l'installation de cette librairie indépendante, la ville prend en charge une partie du loyer.
Pour rendre possible l'installation de cette librairie indépendante, la ville prend en charge une partie du loyer. (Crédits : HL)
La crise n’annihile pas tous les projets de développement à Mérignac. Bien que certains équipements et établissements restent fermés et que l’aéroport réduise ses investissements, le centre ville de cette commune de la métropole bordelaise débute sa mutation en accueillant de nouveaux commerçants. Des entreprises s’installent quand d’autres cherchent à s'y développer y compris dans l’aéronautique.

La ville de Mérignac a prévu de davantage investir en 2021. Selon le budget voté en décembre dernier, 27 millions d'euros sont prévus cette année pour poursuivre ou entamer des réalisations. C'est plus qu'en 2020 (21,5 millions d'euros) et qu'en 2019 (18,3 millions d'euros). "Nous arrivons à maîtriser la dette sans augmenter la pression fiscale", assure Alain Anziani, maire (PS) de Mérignac et président de Bordeaux Métropole, qui a déroulé la liste des chantiers municipaux réalisés, en cours ou à mener, ce lundi 11 janvier.

Un centre-ville plus commerçant

Focus tout d'abord sur la transformation du centre ville de Mérignac qui présente un nouveau visage, plus commerçant. De nouveaux commerces ont récemment ouvert dans un îlot qui vient d'être livré, en l'occurrence l'enseigne Monoprix ainsi qu'une librairie indépendante qui seront prochainement rejoints par des professionnels de la restauration tandis que trois cellules sont encore disponibles. Quelques mètres plus loin, une Halle gourmande de 1.000 m2 de surface est par ailleurs dans les cartons et la mairie devrait prochainement signer un protocole d'accord avec La Poste Immo pour la cession d'une parcelle de 2.500 m2 qui comprendrait également des commerces mais aussi des logements et une mini forêt urbaine.

Lire aussi : "Il faut casser du bitume" : Pierre Hurmic lance la végétalisation de Bordeaux

Installations et développement d'entreprises

Alors que de nombreuses entreprises ont établi leur sièges sociaux à Mérignac (Cultura, AT Internet, Filhet Allard, Unikalo, Partedis...), Groupama Gan a choisi d'y installer son campus tertiaire de 15.000 m2 en cours de réalisation. Il devrait regrouper, dès l'été 2022, la plupart des sites de l'assureur actuellement répartis sur la métropole. Cette nouvelle implantation devrait porter à 7.000 le nombre d'emploi dans la filière banque-finance-assurances à Mérignac.

La filière aéronautique, bien que touchée par la crise, n'est toutefois pas en reste. Sabena Technics, spécialiste de la maintenance aéronautique qui emploie 1.000 personnes sur son site de Mérignac a besoin d'espace pour se développer et assurer son carnet de commande. La ville l'accompagne en ce sens dans ses négociations auprès de l'aéroport et des communes voisines.

Lire aussi : Un nouveau hangar et 150 emplois créés pour Sabena Technics

A l'aéroport, priorité à l'environnement

Du côté de l'aéroport justement, le chantier du 45e Parallèle, porté par Nexity, se poursuit pour pouvoir accueillir un hôtel Sheraton, un centre de congrès et des immeubles de bureaux sur un total de 40.000 m2. Montant de l'investissement : 90 millions d'euros.

Pour le reste, le plan d'investissement de l'aéroport a été revu à la baisse lors du dernier conseil de surveillance de l'année 2020. "Mais si le projet d'extension du terminal low-cost Billi est notamment mis entre parenthèse, il n'est pas prévu de ralentir sur la partie environnementale", soutient Alain Anziani qui défend l'arrêt des vols de nuit.

Lire aussi : Pascal Personne démissionne de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac qui acte un plan de rebond

Pas de catastrophe économique à ce stade

Pas de pessimisme donc en ce début d'année. "Le commerce souffre bien évidemment mais l'aide de l'Etat est une sacrée bouffée d'oxygène même s'il va falloir rembourser les prêts garantis et qu'il y a des craintes pour le deuxième semestre 2021. Je ne vois pas de conséquence économique dramatique pour l'instant", a déclaré le maire de Mérignac qui a annoncé le maintien de la la suspension du paiement des loyers pour les équipements locataires de la ville jusqu'à la levée des fermetures administratives. Sont concernés la salle de spectacle le Pin Galant, le cinéma ou encore le Krakatoa.

Lire aussi : Aides aux entreprises : le portail unique de Bordeaux Métropole est en ligne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :