Poitiers : la chambre des comptes aurait-elle une approche trop budgétaire de la politique ?

 |  | 2186 mots
Lecture 12 min.
La CRC de Nouvelle-Aquitaine demande à la ville-centre de Poitiers de clarifier ses relations avec le Grand Poitiers et de réduire ses dépenses.
La CRC de Nouvelle-Aquitaine demande à la ville-centre de Poitiers de clarifier ses relations avec le Grand Poitiers et de réduire ses dépenses. (Crédits : CC Pixabay by ReA86)
ADans l'un de ses derniers rapports, la Chambre régionale des comptes (CRC) de Nouvelle-Aquitaine passe au crible la gestion de la ville de Poitiers (Vienne), en particulier depuis la transformation du Grand Poitiers en communauté urbaine en 2017. La CRC demande à la ville de Poitiers de clarifier ses relations avec le Grand Poitiers et d'en finir avec des dépenses qui pourraient être évitées. Des recommandations auxquelles Alain Claeys, l'ex maire de Poitiers, répond à plusieurs reprises par la nécessité de défendre des choix politiques.

Dans le rapport qu'elle a rendu public en décembre 2020 sur la gestion de la ville de Poitiers, de 2013 à 2019, la Chambre régionale des comptes (CRC) de Nouvelle-Aquitaine, présidée par Jean-François Monteils, insiste notamment sur l'enchevêtrement des interventions entre la ville de Poitiers et la communauté urbaine du Grand Poitiers.

Lire aussi : La CRC de Nouvelle-Aquitaine annonce un bilan positif en 2019

Le Grand Poitiers, qui était auparavant une communauté d'agglomération où étaient notamment associées quatre communautés de communes, est devenue le 1er janvier 2017 une communauté urbaine de 40 communes. Avec à la clé un changement de gouvernance marqué par le transfert de nombreuses compétences de Poitiers, ville-centre à l'origine de plusieurs infrastructures d'intérêt intercommunal, à destination du Grand Poitiers. Et dans ce contexte Poitiers, locomotive de l'intercommunalité, semble avoir voulu conserver cette fonction motrice y compris après la création de la communauté urbaine.

"(...) la création de Grand Poitiers en communauté urbaine, qui engendrait de substantiels transferts de compétences, (...) a rendu effectives les mises à disposition d'équipements et infrastructures déclarés d'intérêt communautaire (...). De fait, la ville a pris en charge des dépenses d'investissement et transféré sans compensation les installations après l'achèvement des travaux", souligne ainsi la CRC de Nouvelle-Aquitaine.

Quand Poitiers à du mal à se plier à la communauté urbaine

La CRC observe ensuite que les projets majeurs impliquant Poitiers et ayant un impact sur le Grand Poitiers sont désormais préalablement examinés par une instance communautaire informelle, baptisée conférence des maires.

Mais malgré cette nouvelle procédure, la CRC remarque que "la ville continue, pour des raisons financières, à assumer des charges de centralité liées à des équipements qu'elle considère unique sur le territoire intercommunal et à participer à des dépenses relevant des compétences attribuées à la communauté urbaine".

Autrement-dit, et malgré les changements réglementaires intervenus, la CRC de Nouvelle-Aquitaine estime que la mairie de Poitiers continue à intervenir dans la vie intercommunale comme elle le faisait avant 2017 et la création de la communauté urbaine, notamment en ce qui concerne la politique d'attractivité du territoire.

Jean-François Monteils bureau

Jean-François Monteils, président de la CRC de Nouvelle-Aquitaine.

"La requalification du quartier épiscopal, ayant vocation à être la porte d'entrée de l'agglomération au plan touristique ou l'organisation d'un événement culturel, du 12 octobre 2019 au 19 janvier 2020, « Traversées », en témoignent. A cet égard, l'action de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :