La CCI s'inquiète de la chute du trafic piétonnier et aérien à Bordeaux

 |  | 1023 mots
Lecture 6 min.
Le confinement vide les rues du centre de Bordeaux, et les manifestations inquiètent les commerçants.
Le confinement vide les rues du centre de Bordeaux, et les manifestations inquiètent les commerçants. (Crédits : Thibaud Moritz / Agence APPA)
Le président de la CCI Bordeaux Gironde, Patrick Seguin, a fait ce jeudi un bilan de la situation économique en Gironde et Bordeaux Métropole, soulignant en particulier la chute du trafic piétonnier en centre-ville. Il a montré que la CCI gérait de plus en plus de fonds d'intervention des collectivités et rappelé l'importance stratégique de l'aéroport.

Lors de sa conférence de presse en ligne, ce jeudi 17 décembre, le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux Gironde (CCIBG), Patrick Seguin, s'est tout d'abord inquiété de la chute de la fréquentation piétonnière du centre-ville de Bordeaux, en recul de -77 % en novembre par rapport à 2019, soit une perte de 9,4 millions de passages. Entre séquences de confinement et manifestations, le patron de la CCIBG, comme les commerçants bordelais, craint de voir le centre-ville s'asphyxier : tendance que semble confirmer aujourd'hui le baromètre mis en place.

Lire aussi : Malgré les outils numériques, des commerçants bordelais inquiets avant les fêtes

Patrick Seguin a même souligné que le confinement a provoqué une chute de fréquentation piétonne de -80 % en cœur de ville en novembre (-6,1 millions de passages). Dans ce contexte, le numérique ne peut plus être considéré comme un gadget et la CCIBG a contacté 600 commerçants bordelais pour faire le diagnostic de leur activité et les faire monter en compétence dans le ce domaine.

La très forte croissance de l'aéroport fauchée par un virus

Patrick Seguin ne pouvait pas ne pas revenir sur la démission de l'emblématique patron de l'aéroport de Bordeaux Mérignac, Pascal Personne, dont le nom restera attaché à l'explosion du trafic aéroportuaire bordelais, boostée par le low cost.

Son mandat, arrêté ce 16 décembre, s'est soldé par une croissance continue du trafic, avec un total de +132 % en dix ans, à 7,7 millions de passagers : un vrai record. Comme dans une histoire religieuse édifiante il aura suffi d'une microscopique créature virale à peine vivante pour briser un business model qui paraissait indestructible, pour trancher net la croissance continue de la courbe du trafic aérien.

Attaque virale qui s'est doublée d'un effondrement historique de la droite à la tête de la mairie de Bordeaux, mise hors-jeu par une nouvelle majorité emmenée par Pierre Hurmic : un écologiste déterminé à en finir avec l'avion à tous prix... Il était sans doute difficile d'imaginer un scénario pire que celui-là pour un patron d'aéroport.

Plus de 176.000 emplois et 13,6 milliards d'euros de retombées

Questionné à propos de cette démission, le président de la CCI s'est voulu factuel.

"C'est un sujet sur lequel nous travaillons depuis plusieurs mois. Pascal Personne a des problèmes de santé et il avait besoin de temps pour être plus proche des siens. Il est à quelques trimestres d'avoir ses droits pour la retraite et nous l'accompagnons. Il n'y a pas de chèque mirobolant à la clé. Il s'agissait de lui enlever cette pression. Sa démission sera effective au 14 janvier 2021 et le recrutement de son remplaçant est lancé", a éclairé Patrick Seguin.

Mais le président de la CCIBG s'est également livré à un petit bilan d'activité doublé d'un rappel circonstancié sur le poids de l'aéroport dans les domaines de l'économie et de l'emploi.

"Le trafic aéroportuaire a reculé de -70 %, à 2,2 millions de passagers et nous avons adopté hier mercredi un plan de résilience, avec 20 millions d'euros d'investissement qui sont sanctuarisés. Il s'agit désormais d'amortir le choc de cette baisse sur l'économie et l'emploi, a déclaré le président. Quand il fonctionne normalement, l'aéroport injecte un total de 13,6 milliards d'euros dans l'économie de la Gironde et génère plus de 176.000 emplois au total, qu'ils soient directs, indirects et induits" a déroulé en substance le président de la CCIBG.

Et malgré un déficit conséquent dans les caisses de la plateforme aéroportuaire, Patrick Seguin a également précisé qu'aucun plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) n'était envisagé à l'heure actuelle à l'aéroport, afin de pouvoir redémarrer dans les meilleures conditions à la sortie de crise.

Des cessations d'activité en baisse en Gironde...

Il avait auparavant démarré sa conférence de presse par un point sur les créations et les cessations d'activité des entreprises. Ce qui lui a permis de souligner qu'il n'y a aucun déclin du côté des créations, avec léger recul dans de domaine de -2 % sur un an, avec 11.274 créations d'entreprises en Gironde depuis le début de l'année, dont 1.099 en novembre.

Les cessations d'activité sont de leur côté très en deçà de l'évolution en 2019, soit -27 % à 3.680 cessations, dont 210 en novembre, a comptabilisé le tribunal de commerce de Bordeaux.

"L'économie est sous perfusion des aides de l'Etat, et des collectivités.... Mais c'est efficace puisque nous avons moins de disparitions que l'an dernier. Il faudra cependant attendre le mois de janvier pour avoir une meilleure visibilité dans ce domaine, puisque de nombreux chefs d'entreprises attendent le 31 décembre pour cesser leur activité au moment du bouclage des comptes de l'année. Ce qui fait qu'il y a généralement plus de dépôts de bilan enregistrés en janvier", a prévenu Patrick Seguin.

Lire aussi : Faillites et créations d'entreprises : consultez nos tableaux de bord régionaux

La CCIBG gère dans la Métropole, en Médoc et bientôt en Libournais

Budgétairement mises à mal par les lois adoptées au cours des dix dernières années, les chambres consulaires (agriculture, commerce et industrie, métiers et artisanat) sont depuis quelques mois en charge de la gestion de plusieurs fonds d'intervention des collectivités auprès des entreprises. C'est ainsi que Patrick Seguin a souligné que la CCIBG gère désormais trois fonds d'intervention dont celui de Bordeaux Métropole.

Celui de la Communauté de communes Médullienne, qui regroupe une dizaine de communes du Sud Médoc, a été signé la semaine dernière, a précisé le président et se monte à 179.000 euros. Il a également annoncé que le nouveau fonds de la Cali (Communauté d'agglomération du Libournais), dont le montant n'est pas encore connu, serait pris en charge par la CCIBG à compter du 14 janvier prochain.

Lire aussi : Aides aux entreprises : le portail unique de Bordeaux Métropole est en ligne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2020 à 17:49 :
Oui louons celui qui a réussi à amener l'aéroport à émettre au minimum 2 millions de tonnes par an de CO2 (7,7 millions de passage, 1AR bordeaux paris c'est 250Kg de CO2) et donc a participé au réchauffement climatique qui menace l'humanité.
Est ce vraiment ce qu'il voulait pour ses enfants?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :